Les Brèves

  • en bref

    Belle au bois d'Orient

    Au château d'Ussé, c'est pour une série tv chinoise à succès, « 1001 Nights » qu'une équipe de tournage conséquente a investit les lieux pour une semaine. Pour cette scène du mariage d'une star et d'une marquise, 30 000 fleurs ont été commandées à un fleuriste de Saumur. Les propriétaires du château comme les promoteurs du tourisme en Val-de-Loire ne pouvaient rêver mieux comme action de communication.

    Saint Martin en vadrouille.

    A l'occasion de l'été de la Saint-Martin, qui célère chaque année le trajet de la dépouille du thaumaturge, un gisant en cire – Il eut été moins morbide en pierre ou en bois - a été réalisé par la canadienne sœur Rose-Marie Labonté. Parti de Candes-Saint-Marin, son arrivée à Tours en bateau, le 10 novembre, fera l'objet d'une mise en scène organisée par la compagnie le Miroir aux alouettes et donnera lieux à d'autres événements et animations. La soirée sera clôturée par un feu d'artifice tiré de l'île Simon. Mais le gisant devrait encore voyager puisque d'autres villes européennes ont prévu de l'accueillir.

    Des start up tourangelles au Web Summmit de Lisbonne

    Les start up tourangelles Fintech lab, My serious game, kazeko et Wazashirt figurent parmi les entreprises régionales accueillies au Web Summit de Lisbonne du 6 au 9 novembre, une des rencontres les pus importantes de l'économie digitale en Europe. Accompagnées par l'agence de développement régionale Dev'up et par des élus locaux dont Thibault Coulon, ces Start up devraient pouvoir tisser des relations économiques fructueuses avec leurs homologues du monde entier.

Meurtre à Tours : saint Martin impliqué ?

POLAR

En novembre débutera à Tours le tournage d'un téléfilm policier, intitulé « La part de l'autre »scénarisé par leTourangeau David D'Aquaro et réalisé par François Guérin. Non, Saint Martin n'est pas suspecté, mais sa relique semble avoir fait remonter les plus bas instincts de certains... florian mons


Lorsqu'en 2014 la statue de saint Martin fut déposée pour être restaurée, une relique du thaumaturge fut retrouvée dans une cachette aménagée dans le monument. Cette redécouverte a laissé songeur le scénariste tourangeau David D'Aquaro, qui a fait de cette relique le point de départ d'une intrigue policière, pour un téléfilm destiné à la chaîne France 3.

Installé en Touraine depuis une quinzaine d'années, David D'aquaro a d'abord travaillé sur les tournages comme décorateur et fréquenté les compagnies de théâtre. « Mais j'écrivais et réalisais également des courts métrages. Alors, il y a cinq ou six ans, j'ai décidé d'en faire un métier. C'est une deuxième carrière » confie-t-il. Depuis, si tous ses scenarii « n'ont pas pas abouti », d'un précédent téléfilm policier se déroulant sur l'Ile D'aix, diffusé il y a quelques mois, a obtenu un franc succès et offert à France 3 une audience et des parts de marché inhabituels. De quoi convaincre la chaîne de faire apparaître à nouveau le scénariste dans les bancs-titres.

Tours, un personnage principal.

« Ça m'amusait d'associer un polar à saint Martin » explique David D'aquaro. « Et puis cette idée du partage et cette question de donner un bout de soi, induite par la relique, est riche en questionnement supplémentaires… Mais, quoi qu'il en soit, une relique fait forcément fantasmer, autant qu'elle excite les convoitises ». Au point de tuer ? Si David d'Aquaro veille à ne pas trop déflorer les secrets de l'histoire, on sait au moins en effet que la relique sera volée, qu'un sculpteur sera assassiné et qu'un prêtre participera à l'enquête… L'autre personnage principal, c'est Tours. « Je suis parti de quelques éléments, comme les bords de Loire, les troglodytes et, bien sûr, la basilique et la cathédrale. Je suis assez fier d'avoir fait en sorte qu'on voit la ville » se réjouit-il. Un cadre qui a séduit le réalisateur François Guérin, habitué à travailler avec David D'acquaro et qui débutera le tournage dans le courant du mois de novembre. « Ce sont des lieux éminemment cinématographiques ! Les décors, la lumière, les escaliers dérobés, les souterrains… Quand j'ai lu le scénario, j'ai su qu'il y avait quelque chose à faire. » explique-t-il. Car, si la relique du saint et les sites martiniens sont évoqués, sa vie et sa légende ne seront pas traités en profondeur. « Mais cela nous permet d'explorer des endroits beaux et riches ».

Une relique fait forcément fantasmer, autant qu'elle excite les convoitises

D'autres sites ont été retenus, comme le musée des Beaux-Arts, la friche artistique de La Morinerie, à Saint-Pierre-des-Corps ou les bords de Loire. De cette essentielle ambiance locale, il faut également retenir la participation de techniciens, de figurants et d'autres professionnels tourangeaux du cinéma. « Sans compter que quand on débarque, on fait vivre les hôtels, les restaurants, les commerces… » plaide le réalisateur, qui en rajoute : « La diffusion de ces téléfilms est toujours une excellente nouvelle pour le tourisme. » La date de diffusion du téléfilm n'est pas encore fixée et il faudra attendre plusieurs mois avant de connaître le coupable. De quoi faire durer le suspense. 

Les Brèves

  • « La claque », une clique tourangelle.

    « Il s'agit de s'entraider dans un esprit de compagnonnage » résume David D'acquaro à propos du collectif « La Claque » qui réunit scénaristes, réalisateurs ou opérateurs de la région. « Nos métiers sont souvent solitaires et nous évoluons dans un milieu très concurrentiel. De plus, les débouchés sont à chercher plus vers Paris que localement... », ajoute le scénariste. Aussi les compères échangent-ils les bonnes adresses, conseils pratiques et opportunités de collaboration. Un petit vivier qui, s'il n'a pas vocation, en tant que collectif, à produire ni réaliser, a le mérite de rendre visible une somme de compétences locales auprès des professionnels.