Les Brèves

    AUTISME : UN CENTRE D’ACCUEIL PILOTE À MOSNES

    Éducation

    650 000 personnes sont atteintes d’autisme en France, selon l’association vaincre l’autisme. 1 naissance sur 100 serait touchée par ce trouble. Et pourtant, si les autistes sont tout aussi intelligents que les autres, et même parfois beaucoup plus que les autres, il est difficile pour eux de s’adapter à la société dans laquelle nous évoluons. De quoi les rendre fragiles. Certains se replient sur eux-mêmes. Pourtant, un simple environnement bienveillant pourrait les faire briller. Face à ce constat, Christophe Villemain, maire de la commune de Mosnes, en Indre-et-Loire, veut construire une nouvelle école accueillant en son sein un centre d’accueil pour enfants autistes. Marie Olympe Deroubaix

    L’autisme, c’est quoi ? En réalité, il y a plusieurs degrés et formes différentes d’autisme. La définition la plus commune indique qu’il s’agit d’ « un trouble du développement neurologique caractérisé par une altération des interactions sociales (repli pathologique sur soi), de la communication (langage) et du comportement ». Mais un autiste Asperger par exemple présentera des troubles des interactions sociales, des comportements stéréotypés, mais pas de retard de langage. Pour Françoise Roingeard, qui accompagne vers l’emploi des personnes en situation de handicap, « un Asperger ne comprend pas par exemple tout ce qui est implicite. » De quoi rappeler le personnage de Sheldon Cooper dans la série The Big Bang Theory, dont les capacités intellectuelles sont hautement supérieures, bien qu’il ne maîtrise pas les codes sociaux traditionnels. Notre société très hiérarchisée et codifiée devient donc un véritable enfer pour eux. Ce qui aurait pour conséquence de les isoler encore plus.

    Des méthodes pédagogiques innovantes

    Pour Françoise Roingeard, il suffit d’un « environnement bienveillant » pour « faire émerger les compétences des autistes ». Et c’est exactement ce que souhaite mettre en place Christophe Villemain, maire de Mosnes, sur sa commune, en créant une nouvelle école communale accueillant un centre d’accueil pour enfants autistes. Ce centre comportera des classes pour les enfants jusqu’à 11 ans. « Une panoplie de méthodes pédagogiques » y seront testées, explique le maire, comme « un jardin d’éveil, de l’art-thérapie, de la musicothérapie... » Mais rien n’est encore figé. L’idée est de mettre en place des méthodes innovantes qui n’ont peut-être même pas encore émergé à l’heure actuelle. De grands espaces verts et la présence d’animaux font également partie du projet. Si certains parents semblent avoir émis des critiques sur le fait d’accueillir des enfants autistes dans la nouvelle école de la commune, Christophe Villemain a su les rassurer. Ce sera même un véritable avantage pour tout le monde puisque le nouveau centre devra comporter des équipements particuliers pour faciliter l’intégration des enfants autistes, des équipements « dont profiteront aussi les autres élèves, comme par exemple un dispositif contre le bruit, car les autistes y sont hypersensibles ». Le centre servira d’observatoire inédit pour les professionnels de la recherche sur l’autisme puisqu’ils auront ainsi la possibilité d’analyser les différentes avancées et évolutions des méthodes mises en place. Les travaux, dans l’idéal, devraient commencer en 2020.

    Un projet à 3,3 millions

    Le coût du projet est estimé à 3,3 millions d’euros. « Il va sans dire que le coût de ce projet est conséquent, que le budget alloué par l’Éducation nationale, joint à la contribution de la commune ne pourra pas suffire », explique Christophe Villemain. D’où son idée de collecter des fonds via du mécénat, et des concerts solidaires « Une musique, un sourire ». Des musiques de films seront interprétées au piano par Jean Musy, avec un accompagnement vocal d’Anne-Marie David et un ensemble orchestral dirigé par Pascal Caraty. 

    Françoise Roingeard organisera une table ronde lundi 1er octobre, de 14 à 18 heures, à la Villa Rabelais, sur l’insertion professionnelle des personnes autistes dans les métiers de la gastronomie. Tous les acteurs du secteur sont invités à venir. À 14 h 40, Frédérique Bonnet-Brilhault, chef de service du Centre universitaire de pédopsychiatrie du CHRU de Tours, mènera une conférence. Inscription avant le 1er septembre : phroing@club.fr 

    Les Brèves