Les Brèves

  • PROCHAIN CYCLE : SÉRIE NOIRE

    Tous les lundis, la Cinémathèque de Tours propose des films au cinéma Studios. Le premier cycle de l’année s’appelle « Série noire ». Trois films vont être projetés sur grand écran : Assurance sur la mort (1944) le lundi 1er octobre, En quatrième vitesse (1955) et L’ultime razzia (1956) le lundi 8 octobre.

    Plus d’informations sur cinematheque.tours.fr

  • AVIS DE RECHERCHE

    Lorsqu’elle était installée au Beffroi, la Cinémathèque de Tours avait sa propre salle obscure. Elle y a diffusé de nombreux films. Pour les annoncer, des affiches ont été dessinées. Plusieurs ont été retrouvées et vont être exposées à partir du 15 janvier prochain à la Médiathèque François Mitterrand. Mais l’équipe de la Cinémathèque cherche le dessinateur de ces anciennes affiches (voir-ci contre). Si jamais vous reconnaissez sa signature, n’hésitez pas à la contacter ! 

PROMENADE DU BEFFROI AUX TANNEURS

Depuis quarante-six ans, la Cinémathèque de Tours raconte l’histoire du 7e Art à travers des films anciens emblématiques. Chaque année, la programmation retrace les évolutions technologiques du cinéma. Claire Seznec

Au début des années 60, le nord de Tours n’était que des champs et a été construit comme une nouvelle ville, raconte Agnès Torrens, la directrice de la Cinémathèque de Tours. En 1972, un centre social éducatif est né au Beffroi, créé par un passionné de cinéma. » Ce dernier a notamment rencontré Henri Langlois, père de la Cinémathèque Française de Paris. À cette époque, il a été décidé de faire de Tours une antenne de cette Cinémathèque. Un succès, puisqu’aujourd’hui encore, alors qu’elle s’est délocalisée en 1997 aux Tanneurs, en centre-ville de Tours, elle continue à raconter l’histoire du 7e art.

L’histoire du 7e Art

Qu’est-ce que le cinéma ? Comment est-il devenu un art ? Quelles sont ses évolutions au fil des années ? Autant de questions auxquelles la Cinémathèque tente de répondre en proposant une programmation de films emblématiques. « Ce sont des longs-métrages anciens mais ils ont encore des choses à nous dire, affirme Agnès Torrens. Ils parlent de nous, de nos espoirs, de nos attentes, de nos désillusions. Et les problématiques d’hier sont les mêmes qu’aujourd’hui. » En s’appuyant sur l’actualité, la Cinémathèque met en avant des films souvent oubliés et pourtant importants : certains ont révolutionné le montage, d’autres sont les initiateurs de la couleur à l’écran. « Ils sont comme une promenade dans l’histoire du cinéma, estime l’équipe de la structure. Même les films muets sont incroyables : les réa-

lisateurs avaient une parfaite maîtrise de l’image. Il ne faut pas avoir peur du muet. » Néanmoins, pour des questions de droits d’auteur, il n’est pas toujours évident de trouver ces pépites cinématographiques. 

Les Brèves