Les Brèves

  • 54 000

    nouveaux cas de cancer du sein sont répertoriés chaque année en France.

29 000 MAMMOGRAPHIES SONT RÉALISÉES À TOURS

Centre de coordination de dépistage des cancers

Au centre hospitalier de Tours, le centre de coordination de dépistage des cancers d’Indre-et-Loire invite les femmes de plus de 50 ans à se faire dépister tous les deux ans. Un suivi est ensuite mis en place si une anomalie est détectée. Claire Seznec

En France, une femme sur huit sera confrontée au cancer du sein. À partir de 50 ans et jusqu’à 74 ans, les femmes sont invitées à passer une mammographie tous les deux ans en vue de dépister le cancer du sein. Le centre de coordination de dépistage des cancers d’Indre-et-Loire (CCDC 37) les sollicite et les suit dans ce cadre. Il enregistre toutes les mammographies réalisées dans le département. « Les examens normaux sont revus par un des seize radiologues du centre afin de sécuriser le diagnostic, précise le Dr Somany Sengchanh, en charge du CCDC au centre hospitalier de Tours. La mammographie est un acte médical complexe et on peut passer à côté de toutes petites lésions. C’est donc un dispositif intéressant pour les patientes. » Si une anomalie est détectée, des examens complémentaires sont préconisés et le centre s’assure que les femmes les réalisent bien même si le diagnostic ne porte pas sur un cancer.

Donner une « information honnête »

Au quotidien, le centre de coordination de dépistage informe également sur les bénéfices et les inconvénients de la mammographie. Comme chaque examen, les médecins doivent prendre en compte les parcours médicaux et personnels de chaque patiente. Le principal avantage à se faire dépister au cancer du sein ? Plus la maladie est détectée tôt, plus les chances de guérison s’élèvent et les traitements sont moins lourds. « Mais lors de la lecture d’une mammographie, on peut parfois inutilement inquiéter la patiente, souligne le Dr Somany Sengchanh. L’image peut alerter le radiologue mais ça peut être dû à une ombre ou à un problème d’imagerie. » Généralement, lorsqu’on annonce à une femme qu’une tumeur cancéreuse s’est logée dans sa poitrine, la patiente panique et pose de multiples questions à propos des suites. Mais les médecins ne peuvent pas prédire si les tumeurs vont dégénérer et si le pronostic vital peut être engagé.

L’objectif du centre de coordination du dépistage cherche à « ouvrir la discussion » et à donner « l’information la plus honnête » possible pour rassurer et aiguiller au mieux les patientes.  

Les Brèves

  • LES DATES ROSES

    Ce mois d’octobre, le Centre de coordination des dépistages des cancers met en place plusieurs événements à travers le département. Ils se déroulent majoritairement sous forme de stands d’information. Plus d'infos sur ccdc37.fr