Les Brèves

  • Demandez le programme !

    Un espace de conférences et de débats va permettre aux visiteurs du Salon de l’Auto de Tours d’échanger sur plusieurs thèmes avec des spécialistes. Voici les dates à retenir :

    Vendredi à 15 h : les seniors au volant

    Samedi à 15 h : la mobilité responsable avec le SIEIL (syndicat intercommunal d’énergie d’Indre-et-Loire) et le CEA

    Dimanche à 10 h 30 : le projet modula, qui consiste à déployer les infrastructures de recharge de tous véhicules utilisant une énergie durable

    Dimanche à 15 h : la transition écologique

    Dimanche à 16 h 30 : le sport automobile, avec la présence du pilote Jacques Laffite

LES COMBUSTIBLES VERTS ÉLECTRISENT TOURS

L’électrique, l’hybride et l’hydrogène ont le vent en poupe dans l’industrie automobile. Cette année, le Salon de l’Auto de Tours traite le sujet avec la présence de plusieurs acteurs du secteur et de nombreux véhicules « verts ». claire seznec

Le monde de l’automobile évolue sans cesse. À l’heure du réchauffement climatique et des polémiques liées aux carburants actuels (essences, diesel), des réflexions sur d’autres combustibles automobiles sont en cours. De nombreux essais ont d’ores et déjà été réalisés en ce sens ; et plusieurs technologies qui émettent peu de gaz à effet de serre avancent aujourd’hui particulièrement. L’hybride et l’électrique connaissent un intérêt croissant.

Durant les deux mois estivaux de cette année, « près de 6 000 immatriculations » ont été enregistrées. Le marché a progressé de 34 % par rapport à l’an dernier. Certes, la tendance n’est pas homogène : les ventes d’automobiles hybrides rechargeables ont bondi de près de 60 % contre 20 % pour les voitures électriques. Les véhicules à hydrogène, eux, peinent un peu plus à prendre leur essor. Seules neuf ventes ont été effectuées l’été dernier, soit un recul de 34,48 % en un an.

Si ces chiffres peuvent sembler corrects, l’Avere-France, association pour le développement de la mobilité électrique, affirme que les ventes ne sont pas encore au niveau attendu par la filière et par les acteurs de la mobilité durable. Certes la tendance est « globalement positive en France », mais le marché « manque de dynamique au regard des chiffres européens ». Pour être plus clair, la mobilité verte avance moins vite en France qu’ailleurs. « La promotion, les mesures incitatives et aides au passage à la mobilité électrique doivent être davantage soutenues, estime-t-on à l’Avere. Il faut offrir un environnement réglementaire et fiscal favorable afin de rejoindre les niveaux de croissance du trio de tête des pays européens et ainsi atteindre les objectifs fixés pour 2022. »

« La promotion, les mesures incitatives et aides au passage à la mobilité électrique doivent être davantage soutenues » L’association Avere-France

Cap sur l’hydrogène

Comme pour répondre à ce constat national, le salon de l’auto de Tours s’ouvre à ces nouvelles technologies automobiles. Dans son espace Mobilité responsable, des véhicules hybrides, électriques et à hydrogène vont être présentés pendant trois jours. De la voiture à la trottinette en passant par le vélo et l’overboard, tous les types de locomotion vont être passés au crible. De nombreuses marques, dont BMW, Nissan et encore Opel, se tournant vers les énergies combustibles vertes seront représentées. Dans le LAB, des innovations pour les véhicules de demain seront aussi à découvrir. Parmi elles, on compte notamment le solaire et l’hydrogène. Dans ce cadre, des prototypes de véhicules automobiles développés par les élèves du lycée Vaucanson de Tours vont être exposés aux visiteurs. Finalement, les nouveaux carburants appartiennent à un proche avenir. Même si les avancées sur l’hydrogène restent limitées, la Touraine est bel et bien au cœur du sujet : installé à Monts, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) est un précurseur dans le domaine depuis plusieurs années. Il est notamment partenaire du projet PUSHY, piloté par la société McPHY qui ambitionne de créer un hydrogène « vert et rentable ». Afin de développer cette étude, le CEA possède deux départements : l’institut de technico-économie des systèmes énergétiques, à Saclay, et le laboratoire L2ED, qui accompagne les programmes de développement sur les points clés qui limitent encore la compétitivité des solutions hydrogènes. À terme, l’objectif est de démocratiser l’usage des piles à combustible à hydrogène dans les véhicules. Lors du Salon de l’Auto de Tours, le CEA va donc exposer une maquette et une voiture à hydrogène. Des essais vont également être réalisés sur cette dernière...

La Salon de l’auto de Tours se tient du vendredi 19 au lundi 22 octobre, de 10 h à 19 h, au parc expos de Tours. Tarif : 5 euros ; gratuit pour les moins de 12 ans. En savoir plus sur salonautotours.com

Les Brèves