Les Brèves

    LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE SUR LES CHAPEAUX DE ROUE

    Les véhicules électriques peinent à se développer en Europe comme en France. Pour tenter d’accélérer le marché, des bornes électriques sont installées, notamment dans les communes d’Indre-et-Loire et sur l’autoroute A10. Claire Seznec

    À la fin de l’année 2017, la Ville de Tours a annoncé vouloir installer quatre bornes de recharge électrique payantes afin de pouvoir recharger huit véhicules en même temps. Elles ont été placées dans les quartiers, notamment à Velpeau et au Beffroi. En Indre-et-Loire, en 2016, plus de 400 bornes de recharge lente et accélérée étaient dispersées dans la moitié des communes du département. Elles ont été installées par le SIEIL, syndicat intercommunal d’énergie d’Indre-et-Loire, afin de répondre à l’objectif de la loi Grenelle 2. Cette dernière prévoit effectivement de multiplier les points d’alimentation des véhicules électriques sur tout le territoire français. Actuellement, l’Indre-et-Loire fait partie des départements les plus pourvus en bornes de recharge.

    Mais le maillage territorial peine à se concrétiser. On compte environ 28 000 bornes accessibles au public aujourd’hui en France. Pourtant, selon l’Association nationale pour le développement de la mobilité électrique, avec près de 100 000 véhicules électriques, il faudrait au moins 120 000 bornes.

    Se charger en 20 minutes

    L’été dernier, deux stations-service ont inauguré leurs six bornes de recharge électrique à très haute puissance pour une recharge en moins de vingt minutes. Elles se situent sur les autoroutes A11, près d’Angers, et A11, près de Tours. Elles ont été déployées par le groupe Vinci et par Ionity, une co-entreprise créée par plusieurs constructeurs automobiles. Pour ces derniers, investir dans la mise en place de bornes pourrait bien booster le marché des véhicules électriques qui plafonne à seulement 1 % des ventes de voitures neuves en Europe. « L’enjeu aujourd’hui est de favoriser le développement de l’usage des véhicules électriques hors des zones urbaines, en rendant possibles les trajets de longue distance », indique Pierre Coppey, le président de Vinci Autoroutes, dans un communiqué. À terme, environ 80 stations-service des autoroutes gérées par Vinci doivent posséder des bornes de recharge. L’heure de traverser la France en voiture électrique n’est pas encore arrivée : il faut s’arrêter chaque heure et demie en moyenne et patienter une demi-heure pour faire « le plein ». Encore faut-il trouver une borne dès que le véhicule en a besoin... 

    Les Brèves

    • 6


      Bornes de recharge rapide pour voitures électriques sont recensées en Indre-et-Loire.