Les Brèves

  • ET SI ON SE PRÉPARAIT ?

    Au nombre des enseignements, si le BTS Tourisme a été transféré sur le site de l’institution Notre Dame La Riche, deux autres formations sont venues compléter l’offre de Sainte-Ursule même s’il s’agissait de filières dispensées jusque-là par l’établissement de Saint-Gilles-Fontiville. Les sciences et technologies de la santé et du social (ST2S en 1re et terminale) sont donc maintenant prises en charge par le lycée Sainte-Ursule, ainsi que la préparation post bac à l’examen d’entrée à l’Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI).

UN REGROUPEMENT OFFENSIF POUR CONSTRUIRE L’AVENIR

Enseignement privé catholique

Les établissements privés ont répondu à la demande du diocèse et regroupé leur force pour pouvoir développer une continuité pédagogique, suivre les élèves de la primaire jusqu’aux études supérieures, et mieux gérer leur orientation. Mais aussi financer, ensemble, les investissements immobiliers nécessaires pour conserver la qualité d’accueil des élèves de la Touraine avec notamment l’émergence d’un nouvel établissement à Fondettes. Philippe Hadef

Ensemble on est plus fort ». Cette phrase simple d’efficacité et qui ne souffre d’aucun bémol vient de permettre la création d’un nouvel ensemble scolaire depuis le mois d’avril dernier. Le groupe Saint-Jean XIII est ainsi né de cette volonté du diocèse d’entamer une réflexion forte sur la carte des formations avec la nécessité de se projeter dans l’avenir avant que des contraintes ne viennent fermer des horizons.

L’avenir est ainsi préservé et les options futures tout autant. Avant d’être ainsi, comme dans d’autres territoires, pris à la gorge par le maintien en état du patrimoine immobilier et l’augmentation des charges de fonctionnement, les établissements privés se sont retrouvés sur un projet commun, mutualisant leurs compétences et leurs moyens pour reprendre l’initiative, notamment après la fermeture de Saint-Gilles-Fontiville peu fonctionnel et trop onéreux à remodeler dans les normes imposées et que s’impose l’enseignement privé catholique en Touraine. Si les formations qui y étaient prodiguées sont réinstallées dans d’autres établissements, cette décision ne marque pas pour autant un coup d’arrêt. Elle serait même le coup d’envoi d’un nouvel envol. « Quel enseignement à échéance de 15 ou 20 ans ? » commente Alain Cerruti, coordinateur de l’ensemble scolaire Saint-Jean XXIII. Cette question a trouvé une réponse par la mutualisation et la création de ce groupe qui rassemble l’école Notre Dame à Fondettes, le collège Saint-Martin de Tours et le lycée Sainte-Ursule.

2 500 élèves à l’horizon 2020

Il sera même complété par la mise en œuvre d’un nouvel établissement à Fondettes sur un terrain de plus de deux hectares sur lequel sera transférée l’école maternelle et primaire de Notre Dame auquel viendra s’ajouter le nouvel établissement secondaire. Un collège qui pourrait être opérationnel pour la rentrée 2020 et viendra compléter le maillage territorial qui était devenu défaillant au nord du territoire. Une structure qui devrait pouvoir accueillir environ 240 collégiens sur un territoire en plein développement. Il restera ensuite à valider cette prévision des besoins et à définir le cahier des charges définitifs ainsi que le choix de l’architecte qui aura en charge l’émergence de cette nouvelle bâtisse.

Mais tout ne tient pas qu’à la structure immobilière.

Cette mutualisation amène également l’ensemble des établissements à faire des économies d’échelle. « Nous avions, pour la restauration par exemple, trois prestataires différents. Nous allons maintenant pouvoir sélectionner ce dernier avec un volume de repas plus conséquent et ainsi peser plus sur nos fournisseurs. Il en est de même pour la question énergétique, etc... », ajoute Alain Cerruti.

Une pensée globale pour un parcours unique

Mais derrière la création de cet ensemble scolaire Saint-Jean XXIII se cache une réflexion majeure : celle du projet pédagogique. « Les trois structures sont saines sur le plan financier. Alors plutôt que d’être contraint à une mutualisation défensive, nous avons souhaité mettre en place un projet dynamique. Et là où il y avait jusque-là une proximité pédagogique, il y a maintenant une continuité pédagogique », ajoute Alain Cerruti. Et ce changement peut être majeur dans le suivi de l’élève et la prise en compte de ses difficultés ou à l’inverse de ses facilités. Rappelons qu’ils n’étaient pas moins de 2 100 à franchir les portes des établissements depuis regroupés lors de la dernière rentrée scolaire.

Dans les prochaines semaines, plusieurs temps forts sont programmés. Les journées portes ouvertes le 24 novembre prochain et la journée du partage, ainsi nommée car elle rassemblera l’ensemble des personnels des établissements, génèreront des rencontres, des réflexions et fédéreront les équipes pédagogiques pour penser plus globalement le parcours de l’élève. 

Les Brèves

  • UNE DIMENSION INTERNATIONALE

    L’ensemble scolaire Saint-Jean XXIII ne devrait que renforcer la dimension internationale de ses établissements. Rappelons notamment qu’outre ses classes européennes et ses échanges avec l’Italie, les États-Unis, l’Espagne et l’Allemagne, le lycée Sainte-Ursule est habilité par l’université de Cambridge et celle de Salamanque à préparer les lycéens à leur inscription dans ces deux lieux prestigieux. Les élèves peuvent ainsi avoir la reconnaissance de leur niveau scolaire et se préparer à l’examen d’entrée. Une préparation au long cours puisque cette capacité à aller découvrir d’autres horizons par le biais de ces bastions de l’excellence se prépare dès le collège avec, à chaque fin de cycle, un examen de maîtrise de la langue à l’écrit et à l’oral notamment.