Les Brèves

    WETº : LE THÉÂTRE TOUJOURS MIROIR DU MONDE

    Du vendredi 22 au dimanche 24 mars, le festival WETº proposera à Tours et La Riche un condensé de la scène théâtrale contemporaine, avec neuf spectacles et vingt-trois représentations en prise directe avec le réel. Émilie Mendonça

    Politique, immigration, place de la femme, monde ouvrier… Avec sa 4e édition, le festival WETº dédié à la jeune création théâtrale promet un week-end où le théâtre se mêle au réel. Du vendredi 22 au dimanche 24 mars, le public découvrira neuf spectacles (pour vingt-trois représentations), sélectionnés par l’ensemble artistique du Théâtre Olympia.

    De manière volontaire ou non, les jeunes comédiens et techniciens de l’Olympia proposent un festival 2019 en prise avec les problématiques sociopolitiques d’aujourd’hui. Le festival débutera ainsi avec Je m’en vais mais l’État demeure, travail évolutif d’Hugues Duchêne, qui suit dans chaque « épisode » un temps fort de la présidence d’Emmanuel Macron, tissé avec la vie personnelle des personnages. Deux épisodes et demi seront présentés, et il faudra attendre la fin du mandat pour découvrir l’œuvre entière.

    Part-Dieu, chant de gare de Julie Rossello-Rochet se bâtit autour de l’histoire de Theodor, clandestin congolais perdu dans les gares lyonnaises. Dans Change Me de la compagnie Mauvais Sang, les questions de genre et sexualité seront au cœur de l’action, tandis que le milieu ouvrier sera le cadre du thriller atypique Toi tu creuses, bien loin de la clownesque Chantal, dont Le Grand Chelem interrogera (entre autres) la place de la femme dans le sport…

    La loufoquerie, la réflexion artistique et les classiques auront bien sûr eux aussi leur place au WETº, avec un Hamlet en une heure, des plantes musicales pour Le palace de Rémi et la pluridisciplinarité de Durée d’exposition, sans oublier une soirée de clôture « bleue » pleine de surprises.

    Au théâtre Olympia mais aussi au Volapuk, à la Pléiade, à Mame, au Petit Faucheux et à la salle Thélème, le théâtre se fera donc miroir de nos quotidiens et chambre d’écho de nos rêves les plus fous, durant trois jours à ne pas manquer ! 

    Du 23 au 24 mars 2019 à Tours et La Riche. Tarif 8€/spectacle. Programme et résa. www.cdntours.fr

    Les Brèves

    • LES ENFANTS AUSSI !

      Le jeune public a aussi son rendez-vous avec Capuche, accessible à partir de 7 ans. La danseuse et chorégraphe Victoria Belen Martinez fait vivre un immense survêtement sur scène, entre cirque, acrobatie, danse et marionnettes. Et les enfants seront dans le public et sur scène samedi à 17 h, puisqu’après des ateliers avec l’artiste, ils seront une quinzaine à l’accompagner sur scène en tant que « Anonymes à Capuches ».