TOPS & FLOPS

Les Brèves

  • TOPS

    Les mousses roulent

    C’est une première en Centre-Val de Loire : deux jeunes Tourangeaux lancent la start-up « Bière Truck » qui promeut 14 artisans brasseurs de la région. Après un an de restauration et de soins, leur Combi Volkswagen aménagé avec des tireuses à bières attend « le bonheur de faire la fête » avec ses 70 binouzes dans le ventre. Ça promet !

    Dans de beaux droits

    Le Rotary et le Rotaract de Tours organisent une action au profit de la Maison des Droits de l’Enfant de Touraine, le 27 avril prochain : « Echap’et Belles ». Le concept ? Des voitures de collection et de prestige vont être présentées... Et pour une participation financière, vous pourrez même faire un tour avec.

    Trop zen !

    Le premier salon Zen & Bio du parc des expos de Tours a remporté un franc succès : 10 000 visiteurs férus d’alternatives de consommation ont franchi ses portes et déambulé parmi les cabines d’hypnose, les huiles essentielles et les sacs en cuir végétal. L’événement doit revenir en mars 2020.

  • FLOPS

    Du rouge au jaune

    Afin d’éviter les débordements du rassemblement des gilets jaunes, samedi dernier, l’événement « Mon sang pour les autres » a été raccourci d’une demi-journée ! Ce n’est pas la première fois qu’une manifestation culturelle et/ou associative est supprimée pour cette raison. En espérant que les donneurs ont pu s’y rendre tout de même.

    Le silo au plus bas

    Au Tours Nord, les riverains ne veulent pas du parking silo de 180 places prévu près de l’école. Au début de l’année, une pétition en ce sens a même circulé, signée par plus de 700 personnes. Ce qu’ils dénoncent ? Des nuisances sonores, peu de soleil et un urbanisme tout béton. Et pourquoi pas une école plus grande ?

    Rideaux tirés

    Les six supérettes Vival ont fermé à Tours. Ouvertes une par une depuis 2016, elles ont souffert ces derniers mois, les rayons devenant de moins en moins remplis. Le problème reste que certains riverains comptent sur ce genre de commerce de proximité. Et qu’il n’y en a plus beaucoup dans nos communes.