Les Brèves

    LE DOMAINE DE CANDÉ ROUVRE

    Printemps

    Après un hiver de travaux de remeublement et de restauration, le Domaine de Candé a retrouvé, encore un peu plus, son atmosphère originelle. Claire Seznec

    Chaque année, au début du mois d’avril, le Domaine de Candé ouvre de nouveau ses portes. Ce monument historique est l’un des moins connus de Touraine, même par les Tourangeaux. Pourtant, situé à quelques kilomètres de Tours, il est en avance pour son époque (début du XVIe siècle) : les salles de bains ultra modernes, les cuisines, la salle de culture physique où on peut encore découvrir comment on faisait de la musculation auparavant, le pressoir, et encore l’orgue, monumental et surtout en parfait état...

    Tout pousse à se rendre en ce lieu. « Il y avait même un central téléphonique, souligne Céline Ballesteros, vice-présidente en charge de la politique culturelle au Conseil départemental d’Indre-et-Loire. C’était l’un des seuls, voire le seul en Touraine. »

    En « perpétuels travaux »

    Aujourd’hui les visiteurs peuvent toujours découvrir les objets et les châteaux d’époque car des restaurations courent depuis des années dans tous les monuments détenus par le Département (lire ci-contre). « On est en perpétuels travaux dans l’ensemble des bâtiments grâce au plan d’investissement annuel, précise l’élue. Notre rôle est de faire vivre ces châteaux, de les faire visiter, d’en prendre soin et donc de les rénover. On tient à notre patrimoine, il faut le transmettre en bon état. » Cet hiver, au Domaine de Candé, de nouvelles pièces ont été restaurées. Le Mobilier National et ses historiens ont participé au remeublement de la salle de bains des domestiques, de la chambre Empire, de la chambre craquelée et de leurs salles de bains respectives. L’objectif ? Mettre en avant leur rare modernité et l’authenticité des lieux pour le public.


    « on tient à notre patrimoine, il faut le transmettre dans un bon état »
    Céline Ballesteros, vice-présidente du Conseil départemental d’Indre-et-Loire, en charge de la politique culturelle


    Un immense parc

    Dans le parc de 230 hectares du Domaine de Candé, les jardiniers s’activent également. Ils améliorent la déambulation des visiteurs afin qu’ils profitent au mieux du patrimoine. Il présente surtout de nombreux intérêts puisqu’il possède un réseau hydraulique complexe, un potager et un verger de sauvegarde, ainsi que des arbres centenaires. Deux sentiers de randonnée y ont été créés. « Les jardiniers sont très attachés à leurs monuments, dont celui de Candé, affirme Céline Ballesteros. Ils veulent le faire évoluer et sont toujours à la recherche de nouvelles animations, même à faire bénévolement. » 

    Les Brèves

    • Ils sont gérés par le Département

      L’Indre-et-Loire est riche de patrimoine historique. Le Département lui-même gère plusieurs bâtiments historiques et les fait rayonner au niveau national : le Domaine de Candé, la Cité royale de Loches, la Forteresse royale de Chinon, le Château du Grand Pressigny, la Maison de la Devinière, le Château de Saché, l’Hôtel Goüin et encore le Prieuré Saint-Cosme, à La Riche.