Les Brèves

  • 10 à 11 000

    logements devraient être construits dans les années à venir à Tours

TOURS VA PERDRE DE LA HAUTEUR

Plan Local d’Urbanisme

Moins de bâtiments hauts, plus de place pour la nature... Le prochain Plan Local d'Urbanisme* (PLU) de Tours a été présenté lundi soir en conseil municipal. L’enquête publique à son sujet doit démarrer en septembre. Claire Seznec

Le dernier conseil municipal de Tours a été marqué par la présentation des orientations d’urbanisme pour la ville pour les années à venir. Le Plan Local d’Urbanisme (PLU) va être révisé et les règles vont, de fait, changer. Il a tout de même fallu quatre longues heures de débat pour que les élus tombent plus ou moins d’accord. L’objectif de Christophe Bouchet, le maire de Tours, pour l’avenir ? Créer « une ville douce, élégante et joyeuse, une ville facile à vivre ». Concrètement, les coteaux devraient être préservés afin de « respecter la nature » en ville ; des îlots de pleine terre devraient également être imposés pour faire croître les grands arbres ; tous les espaces verts devraient être conservés ; et l’utilisation du vélo devrait être valorisée. Le PLU se penche également sur la diminution du trafic automobile et sur l’incitation à l’usage des modes de transport alternatifs comme le tramway ou le bus.

Malgré cet étalage de volonté en termes d’écologie, Emmanuel Denis, élu de l’opposition, regrette que le document « ne prévoit pas d’imposer des bâtiments aux performances énergétiques renforcés dans certains secteurs ». Il craint aussi un « étalement urbain et moins de biodiversité » s’il y a moins de densification des constructions.

La « verticalité » en débat

Car dans l’idée, les futurs bâtiments de Tours devraient être moins hauts qu’aujourd’hui, « sauf quelques poches de verticalité », notamment au nord de la ville. Lors du dernier PLU, les riverains du plateau nord s’étaient emportés contre les hauteurs du quartier, vécues pour une brutalité. Afin d’avoir une « ville plus douce », elles seront réduites « de façon drastique ». Au Champ-Girault, également, les hauteurs maximales plafonnent à 65 mètres de haut, là où se trouve l’actuelle cité administrative. Entre 10 et 11 000 nouveaux logements pourraient être construits. De son côté, le groupe « Tours à Gauche » et Nicolas Gautreau, du groupe « Les Démocrates » s’émeuvent : « 55 % des ménages sont composés d’une seule personne à Tours ». D’où une question posée par l’opposition : pourquoi produire de grands logements pour les familles s’il y a une majorité de personnes seules ? Selon Nicolas Gautreau, « les propositions de logements doivent être mieux réfléchies pour s’adapter aux demandes des familles ».

Les Tourangeaux vont pouvoir participer à l’enquête publique du PLU en septembre. Un arrêté devrait être pris en décembre.

* Le PLU est un document de référence adopté par la Ville. Il définit les règles et les cadres d’aménagement et d’urbanisme (usage des sols, volumétrie, hauteur, surface de stationnement, etc) sur son territoire. 

Les Brèves