TOPS & FLOPS

Les Brèves

  • TOPS

    S’évader à l’hôpital

    Afin d’humaniser les soins à l’hôpital Clocheville, la salle d’attente des consultations d’anesthésie a notamment été décorée avec l’association Inner Wheel. Sur les murs, un grand ciel bleu ludique avec des montgolfières, afin de s’évader en posant ses yeux dessus, qu’on soit enfant ou parent.

    Dormir au chaud

    Expulsée il y a dix jours de chez elle alors que ses enfants étaient à l’école, une maman congolaise a pu être hébergée par une enseignante jusqu’à présent. Après 5 ans sur le territoire français, à Tours précisément, elle pourrait obtenir un titre de séjour « Vie privée de familiale ». Une pétition en ce sens sera déposée en préfecture cette semaine.

    Un « Roi » à Tours

    Surprise au lycée Clouet à Tours : le chanteur Bilal Hassani, qui a représenté la France à l’Eurovision 2019, y a donné un petit show grâce à un concours de la radio NRJ. Une élève tourangelle l’a remporté et toute sa classe a pu profiter de ce concert privé. La classe.

  • FLOPS

    Européennes, la suite

    Alors que la préfère l‘Indre-et-Loire dédramatise la non distribution de 15 000 cartes d’électeurs pour les européennes, les groupes de gauche s’allient pour dénoncer « la radiation » de nombreux électeurs. Selon eux, « la sincérité du scrutin est gravement mise en cause à Tours ». Ils veulent même constituer des recours.

    Quitter le navire

    Jusqu’à présent dans la majorité municipale, Céline Ballesteros (ex-adjointe au commerce de Serge Babary) vient d’intégrer l’opposition, dans le groupe de Xavier Dateu. Il s’agit du 4e adjoint à quitter la majorité en quelques mois. Et les raisons demeurent les mêmes : problèmes de comportement et de ligne politique.

    Petite commune, petit siège

    Suite à une loi votée par le parlement français, la future assemblée de Tours Métropole prend en compte la population de chaque commune pour déterminer l’influence de cette dernière... Le monde rural est mis à l’écart par la politique « d’en haut », au détriment de ceux « d’en bas ».