Les Brèves

  • 74

    des entrepreneurs de la région sont stressés dans leur quotidien

LES ENTREPRENEURS SE SENTENT ISOLÉS

Centre-Val de Loire

Selon le 5e baromètre de la forme des dirigeants, les entrepreneurs de la région Centre-Val de Loire s’estiment heureux et utiles dans leur travail mais aussi impactés par le stress et la surcharge de travail. Claire Seznec

Généralement, le bien-être au travail est relié aux salariés. Cette fois, la fondation d’entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur et l’organisme OpinionWay s’intéressent aux dirigeants de micro et petites entreprises du territoire. Et ce 5e baromètre effectué dans la région Centre-Val de Loire* dresse un portrait contrasté. « Nous observons cette année combien le stress, la surcharge de travail pèse de plus en plus lourd sur la santé des dirigeants du Centre-Val de Loire, précise Hervé Frapsauce, président de la fondation. Le phénomène d’isolement se répand dans la région. » Un entrepreneur sur dix confie même avoir des journées « extrêmement stressantes ». Le manque de trésorerie et les incertitudes sur l’activité pèsent également dans la balance. D’autant que 20 % des sondés affirment que leur activité « était déficitaire » en 2018.

Garder une vie saine

En moyenne, les chefs d'entreprise interrogés travaillent 52 heures par semaine. Mais un sur trois travaillerait... plus de 60 heures par semaine. « Plus alarmant, ils seraient même 18 % à s’imposer plus de 70 heures de travail hebdomadaires », complète l’enquête. Forcément, ces nombres d’heures travaillées influent sur la facilité à concilier la vie professionnelle et la vie privée, un équilibre important pour la santé mais aussi pour l’activité. En Centre-Val de Loire, 34 % des dirigeants déclarent ne pas parvenir à le maintenir. Cette situation conduit également 44 % d’entre eux à se sentir isolés dans leur quotidien. A contrario, ils sont 9 % à se sentir très entourés.

Heureusement, les entrepreneurs garderaient une bonne hygiène de vie, ce qui permettrait de tenir bon. D’ailleurs, certains (79 %) s’astreignent à une bonne alimentation quand d’autres (42 %) s’accordent le droit à une pratique sportive, bénéfique pour la santé physique et mentale. Ils demeurent cependant unanimes : les bonnes pratiques de prévention santé sont positives sur les performances de leur entreprise. Et si, en préservant ses salariés, les dirigeants se préservaient aussi et préservaient leurs entreprises de la crise ? 

* Enquête réalisée auprès d’un échantillon de 112 entrepreneurs

de la région

Les Brèves