Les Brèves

  • Groupe A : les Bleues à l’épreuve du feu

    Pour devenir les meilleures, il faudra battre les meilleures. Les Bleues ne cessent de le répéter quand on leur demande si elles se voient remporter LEUR Coupe du monde. Le tirage au sort leur a donné une magnifique occasion de le démontrer en affrontant la Norvège d’Andrine Hegerberg (Paris Saint-Germain) qui, sacrée championne du monde en 1995, n’a jamais raté une seule édition du Mondial. Le vainqueur de ce onzième face-à-face entre les deux équipes (3 victoires de chaque côté et 4 matchs nuls) pourrait bien prendre une option sur la première place de ce groupe A.

    Des Coréennes très solides

    Mais avant de penser à battre les redoutables Scandinaves, les joueuses françaises doivent déjà parvenir à se défaire de la République de Corée, qui possède ni plus ni moins l’une des meilleures défenses de la phase de qualifications, toutes confédérations confondues. Les attaquantes tricolores devront donc rivaliser d’imagination et montrer toute l’étendue de leur talent pour faire trembler les filets des Guerrières Taegeuk, lesquelles n’ont pris qu’un petit but en 8 rencontres, pour 30 buts marqués.

    Une troisième victoire face au Nigeria ?

    Enfin, la France clôturera cette phase de poules de la compétition en affrontant pour la troisième fois de son histoire le Nigeria, une équipe qui a également l’expérience de la Coupe du monde mais qui a plutôt bien réussi aux Bleues jusqu’ici. Lors du Mondial 2011 en Allemagne, les Tricolores s’étaient en effet imposées 1-0 face à des Super Falcons qui leur avaient néanmoins donné du fil à retordre. Mais, cinq ans plus tard, en match amical, les coéquipières d’Amandine Henry avaient collé un sévère 8-0 aux partenaires de l’attaquante Desire Oparanozie, laquelle ne sera pas en terrain totalement inconnu puisqu’elle évolue en France depuis maintenant cinq ans, sous les couleurs de l’En Avant de Guingamp.

ALLEZ LES BLEUES !

Football

La liste des 23 joueuses retenues pour jouer la Coupe du monde (7 juin-7 juillet) a été dévoilée le 2 mai sur TF1 par Corinne Diacre, sélectionneuse de l’équipe de France.

Le 2 mai dernier, soit 36 jours avant le coup d’envoi de la Coupe du monde féminine, Corinne Diacre, sélectionneuse de l’équipe de France, a dévoilé la liste des 23 joueuses retenues au 20 heures de TF1. Signe de l’importance de ce Mondial disputé à domicile, c’était la première fois de l’histoire du football féminin tricolore que la liste des Bleues avait les honneurs du JT de la Une, co-diffuseuse de la compétition avec Canal+.

Katoto non retenue

Sans surprise, le groupe concocté par Corinne Diacre est constitué de 3 gardiennes, 8 défenseuses, 6 milieux et 6 attaquantes. La sélectionneuse des Bleues a fait le choix fort, mais néanmoins attendu, de ne pas retenir Marie-Antoinette Katoto (PSG), pourtant meilleure buteuse de la D1 féminine avec 22 réalisations cette saison. Comme lors du dernier rassemblement de l’équipe de France, Emelyne Laurent (Guingamp) lui a été préférée.

« C’est un choix difficile et je l’assume. Elle a un énorme potentiel, elle est jeune et elle a encore du temps devant elle. Elle a manqué de quelque chose, d’autres ont montré un peu plus. J’ai fait un choix fort car Marie-Antoinette Katoto était très attendue, mais j’ai privilégié le groupe, a souligné Diacre. Les filles que j’ai choisies ce soir méritent d’être là. Notre objectif est de gagner. Je n’en rêve pas car quand je rêve, en général, mes rêves ne se réalisent pas. Nous avons bien travaillé jusqu’ici mais nous avons encore du chemin à faire. »

Possibilité de remplacement

Autre décision attendue, la milieu Kheira Hamraoui, pourtant finaliste de la prochaine Ligue des Champions avec le FC Barcelone (contre Lyon), ne figure également pas dans le groupe, tout comme Kenza Dali (Dijon). En revanche, Maeva Clémaron (Fleury) est bien présente dans la liste. À noter que Corinne Diacre a encore la possibilité de remplacer une joueuse en cas de maladie ou de blessure grave, au plus tard 24 heures avant le match d’ouverture des Bleues, le 7 juin prochain contre la Corée du Sud au Parc des Princes (21 h). Cette joueuse remplaçante devra être issue de la première liste provisoire de 50 noms que la sélectionneuse a transmise à la FIFA le 26 avril dernier.

Déjà la télé vendredi

Après ce premier match du Mondial, les Tricolores affronteront la Norvège le 12 juin à l’Allianz Riviera de Nice (21 h), puis le Nigeria le 17 juin au Roazhon Park de Rennes. Avant leur entrée dans la compétition, les joueuses françaises seront rassemblées à compter du 8 mai pour un stage à Perros-Guirec (Côtes-d’Armor). Elles rejoindront cinq jours plus tard leur centre d’entraînement de Clairefontaine. Actuelles quatrièmes mondiales au classement FIFA, les Bleues disputeront ensuite deux rencontres de préparation, face la Thaïlande le 25 mai à Orléans (16 h), et contre la Chine le 31 mai à Créteil (21 h). Deux matchs diffusés en direct sur W9. 

Les Brèves

  • La liste des 23 Bleues

    Gardiennes : Sarah Bouhaddi (OL, 139 sélections), Solène Durand (Guingamp, 0 sélection), Pauline Peyraud-Magnin (Arsenal, 1 sélection)

    Défenseuses : Julie Debever (Guingamp, 2 sélections), Sakina Karchaoui (Montpellier, 23 sélections), Amel Majri (OL, 46 sélections), Griedge Mbock Bathy (OL, 49 sélections), Eve Périsset (PSG, 13 sélections), Wendie Renard (OL, 108 sélections), Marion Torrent (Montpellier, 20 sélections), Aïssatou Tounkara (Atlético de Madrid, 11 sélections)

    Milieux : Charlotte Bilbault (Paris FC, 14 sélections), Elise Bussaglia (Dijon, 186 sélections), Grace Geyoro (PSG, 20 sélections), Amandine Henry (OL, 83 sélections), Maeva Clémaron (FC Fleury 91, 3 sélections), Gaëtane Thiney (Paris FC, 154 sélections)

    Attaquantes : Viviane Asseyi (Bordeaux, 30 sélections), Delphine Cascarino (OL, 11 sélections), Kadidiatou Diani (PSG, 45 sélections), Valérie Gauvin (Montpellier, 17 sélections), Emelyne Laurent (Guingamp, 3 sélections), Eugénie Le Sommer (OL, 159 sélections)