Les Brèves

  • CV

    1997

    1er album Rêves d’enfants

    2016

    récompense Fabrique à Chansons – SACEM

    2019

    7e album On marche sur la tête

XAVIER STUBBE : CHANTEUR SUPER CHOUETTE !

Il domine son public de plusieurs têtes, et pour cause : Xavier Stubbe chante pour les enfants depuis près de vingt-deux ans. Une passion que l’artiste a transformée en métier, avec un savoir-faire certain pour s’adresser aux spectateurs en herbe. Avant de fêter la sortie de son 7e album au Petit Faucheux, le chanteur s’est laissé tirer le portrait. Émilie Mendonça

Ne cherchez pas chez Xavier Stubbe un adulte voulant à tout prix retomber en enfance, à travers son métier de chanteur pour un public n’ayant pas encore de poil au menton. C’est en adulte qu’il conçoit son métier, avec un regard bienveillant pour ses fans hauts comme trois pommes : « L’enfance est sans aucun doute la plus belle période de l’existence lorsqu’elle se passe bien. C’est une période qu’il faut respecter, un cocon dont il ne faut pas extirper les enfants trop vite, pas avant que leurs ailes aient poussé. Avec mes chansons, j’essaie d’aider les enfants à se construire, de leur faire comprendre qu’à tout âge, ils peuvent avoir un avis ».

Tuteur musical de jeunes pousses en devenir ? Xavier Stubbe s’est en tout cas formé dès ses débuts à la pédagogie musicale, avec un DUMI – Diplôme Universitaire de Musicien Intervenant, intégrant le corps de ces artistes-formateurs qui parcourent les écoles. Quelques mois plus tard, il sortait déjà un premier album, début d’une longue série qui se poursuit cette année avec son 7e opus, On marche sur la tête.

Chanteur à texte…

S’il confesse avoir mis un peu de temps à trouver sa place dans le monde de la chanson jeune public, il est aujourd’hui sûr de lui : « je propose des chansons à texte pour enfants, même si l’expression n’est pas très utilisée ! Les enfants ne sont pas là juste pour sauter en l’air, ou pour écouter de la musique ''de grands'' sans la

comprendre, précise l’artiste. Ils réfléchissent, ils ont des points de vue… Donc j’essaie de leur parler normalement, en les amenant à s’interroger sur tout un tas de sujets ». La chanson qu’il a créée avec des élèves de Neuville-sur-Sarthe en 2017, dans le cadre du projet Fabrique à Chansons de la SACEM, a été fidèle à ce projet : dans « Chanteurs engagés », les enfants affirmaient « comme il n’y a pas d’âge pour dire et pour penser… » et s’interrogeaient sur divers faits d’actualité, depuis leur quotidien d’écoliers. La « Tata 5G » et les gens hyperconnectés, « le premier de la classe » qui a réponse à tout mais permet à ses camarades de se motiver… Le tout récent album On marche sur la tête de Xavier Stubbe explore quant à lui une myriade de thématiques, parmi lesquelles la nature et le développement durable tiennent une bonne place. La chanson-phare, qui donne son titre à l’opus sorti le 24 mai dernier, évoque ainsi le réchauffement climatique et la protection de l’environnement. Si l’éveil musical rime avec éveil des consciences, il n’est toutefois pas question de faire la leçon : « je ne veux pas que mon concert soit un rendez-vous politique ! Il s’agit plutôt de parler de tout, de proposer un regard sur le monde, avec une approche positive et une musique gaie, à l’image des illustrations de Charlotte Volta, pour l’album et le décor sur scène ».

… pour public sans filtre !

S’adresser aux enfants n’est pas toujours si simple. Tout d’abord car il faut trouver le bon angle d’approche pour traiter tous ces sujets. Puis il faut se confronter à cette foule en délire, qui ne mâche pas ses mots. « Les enfants, c’est un public sans filtre ! Ils n’ont pas cette hypocrisie polie qu’on apprend en grandissant. Mais cela ne m’angoisse pas. »

Avec près de 80 concerts par an, Xavier Stubbe est en effet rôdé à l’exercice du concert pour enfants, qui n’est pas synonyme de concert au rabais. Pour lui et les deux musiciens qui l’accompagneront dans cette nouvelle tournée, il ne s’agit pas de lésiner sur les moyens, sous prétexte que « pour des enfants, ça fera l’affaire ». Au contraire : « c’est l’âge où ils se forment à l’écoute, où ils font leurs goûts, il est donc important de leur proposer un vrai concert, de qualité, et de mettre la barre de plus en plus haut ». Pour partir toujours plus haut et en musique avec Xavier et son équipe, le rendez-vous est fixé au Petit Faucheux le 26 juin ! 

Les Brèves

  • Voter vert, et quoi faire ?

    L’environnement, parlons-en. Encore ? Oui. Ces dernières années et pour plusieurs années, voire décennies, à venir, le changement climatique et la protection environnementale sont au cœur des discussions politiques, lycéennes, associatives et même autour de la machine à café. Rien que cette semaine, deux « journées mondiales » mettent en avant l’environnement (mercredi 5 juin) et les océans, source de toute vie sur Terre (samedi 8 juin). Ce vendredi, le mouvement Nous voulons des coquelicots va refaire parler de lui dans les rues tourangelles, avec un départ de la place Jean-Jaurès. Dans ces mêmes rues, les jeunes du groupe Pas de printemps silencieux continuent de défiler. Pendant un mois, deux Tourangeaux ont relevé le défi de porter sur eux leurs déchets mensuels afin de sensibiliser au gaspillage et à la multitude d’emballages que nous utilisons. Au niveau régional, la mobilisation commence également à se ressentir avec la création de la fameuse COP régionale, sur le modèle de la COP21 mondiale (lire page 06). En France, et même en Europe, les politiques écologistes se sont fait une place dans le scrutin européen, arrivant en 3e position sur le territoire français. Le sursaut semble là. Mais il est bien beau de voter Europe Écologie-Les Verts et de brandir une pancarte au slogan écolo. Cela ne suffira sans doute pas : il faut agir. En tant que citoyen.ne, il est temps de (re)penser son alimentation, de manger local au maximum, de consommer de manière durable, sans acheter des vêtements, de la vaisselle ou des gadgets à tire-larigot. Les entreprises doivent aussi s’y mettre, en favorisant le covoiturage de leurs salariés, en éteignant les ordinateurs, les imprimantes, les enseignes le soir venu. Il existe sans aucun doute de nombreuses façons d’agir pour le climat, pour éviter la surchauffe. Alors parlons-en encore, et échangeons.