Les Brèves

    « L’une des urgences demeure le climat »

    Françoise Amiot

    Candidate à l’investiture La République En Marche – Association Tours à venir


    Qui êtes-vous ?

    Née en Bourgogne, je me suis pleinement installée en Touraine en 1983. Commissaire aux comptes, j’ai créé mon cabinet en 2008 et j’ai enseigné pendant trente ans, notamment à Sciences-Po Paris. J’ai plein de passions et d’intérêts, ce qui m’a amenée et m’amène à m’engager dans des associations. En 2008, j’ai rejoint l’opposition à la mairie de Tours. Puis, en 2014, j’ai été en charge du pôle financier, urbanisme, patrimoine et Ville de Tours. En janvier 2017, j’ai rejoint LREM.

    Pourquoi vous présentez-vous aux élections municipales de Tours en 2020 ?

    Après avoir rejoint En Marche, j’ai créé l’association Tours à venir qui regroupe des citoyens dans une démarche de rassemblement. On n’y manque pas d’idées pour l’accessibilité, pour l’économie, pour la culture. Cela fait deux ans que je prépare ces élections municipales en tant que marcheuse de conviction. J’ai toujours été sur le rang.

    Quels sont les grands axes de votre campagne ?

    Tout part d’une colonne vertébrale qui se décline, ensuite, en priorités. Le socle de toute réflexion est l’égalité, la solidarité et le caractère inclusif de toutes les propositions engagées. Le tout doit garantir la sécurité des citoyens, leur tranquillité de vie. L’une des urgences demeure le climat et l’écologie. Il est indispensable de réhabiliter et de rénover l’habitat existant et le parc social. Il existe des matériaux durables pour cela. La ville doit être verdie. Les mobilités doivent être repensées pour être plus douces. Ce n’est pas spectaculaire mais une municipalité doit être capable de tenir des engagements, pas vendre du rêve. Il faut avoir les moyens de ses ambitions. Les citoyens sont pragmatiques et voient leur quotidien.

    Existe-t-il un enjeu particulier dans ces élections ?

    Soit on reste dans une politique politicienne. Soit on donne la parole aux Tourangeaux pour faire vivre un projet qu’on construit ensemble. J’ai l’ambition de pouvoir relancer cette ville, de la projeter avec des éléments de projets, au-delà des clivages politiques. La bienveillance est une notion un peu oubliée dans la politique locale mais elle est essentielle. On avance par l’écoute des citoyens.

    Les Brèves