Les Brèves

    « Il est temps de réveiller Tours »

    MickaËl Cortot

    Sans étiquette – Association Projet citoyen pour tous


    Qui êtes-vous ?

    J’ai été professeur de maths mais j’ai changé de voie il y a dix ans afin de faire de la politique. J’ai notamment été premier secrétaire fédéral du PS, que j’ai quitté il y a quatre ans, et je travaille maintenant au Conseil régional.

    Pourquoi vous présentez-vous aux élections municipales de Tours en 2020 ?

    À la fin de l’année 2017, après la séquence électorale de la présidentielle et l’explosion des partis, j’ai créé l’association Projet citoyen pour tous, indépendante mais aux valeurs humanistes de gauche, pour amorcer une réflexion sur les municipales. L’idée est de sortir du cadre de la politique traditionnelle et d’écouter, de dialoguer avec la population lors de réunions d’appartement, en petit comité.

    Quels sont les grands axes de votre campagne ?

    Les priorités ressorties de ces réunions fondent notre projet municipal. Tout d’abord, il y a la question des mobilités : nous aimerions créer les conditions pour la gratuité des transports publics d’ici la fin du prochain mandat mais aussi créer une continuité et une sécurité pour les voies douces (vélo, piétons). On imagine développer entièrement une surface piétonne entre la cathédrale et les Halles. Il en découle la plantation d’arbres dans les rues, par exemple rue Marceau et place de la Résistance. C’est indispensable de multiplier les espaces végétalisés. Pour travailler les projets, nous souhaitons développer la co-construction avec les citoyens grâce à un budget participatif. Une charte des élus locaux, avec une baisse des indemnités de 10 %, est également envisagée. On voudrait mettre en place le non-cumul des mandats car un élu doit être investi à 100 % dans sa mission.

    Existe-t-il un enjeu particulier dans ces élections ?

    Il est temps de réveiller Tours et sa métropole. On aime cette ville, on veut qu’elle progresse du nord au sud. La municipalité a des leviers importants pour l’aider à retrouver son dynamisme et sa dynamique. C’est ce qui manque aujourd’hui. Il y a un vrai travail à faire avec la métropole pour donner à certains projets un intérêt territorial tout en restant moteur.

    Les Brèves