Les Brèves

    « La réflexion doit être globale »

    Xavier Dateu

    Sans étiquette


    Qui êtes-vous ?

    Je suis Tourangeau et, depuis 1981, je suis plutôt du centre libéral droit. En 1989, je suis entré au cabinet de Jean Royer. En 2014, j’ai été adjoint aux sports en 2014 avec Serge Babary. J’ai quitté la majorité municipale lorsque Christophe Bouchet a été élu, en interne, pour devenir maire de Tours. En 2015, j’ai été élu Conseiller départemental d’Indre-et-Loire. Aujourd’hui, je n’appartiens à aucun parti mais je fais partie du mouvement Territoire.

    Pourquoi vous présentez-vous aux élections municipales de Tours en 2020 ?

    Ça fait 35 ans que je suis dans le champ politique tourangeau. À la différence de certains, j’ai été élu au suffrage universel direct et ai un rapport important avec la population du fait de mon rôle de conseiller départemental. De rêve en ambition, j’ai donc décidé de briguer le mandat de maire de Tours. D’autant qu’il faut que ça change dans la majorité municipale… On est en pleine crise.

    Quels sont les grands axes de votre campagne ?

    Il y a trop de bazar dans les projets actuels. Tout est contesté, faute de discussions. Pour tout remettre à plat, la municipalité doit se donner six mois, le temps d’un moratoire sur l’urbanisme et les projets immobiliers : on doit poser un diagnostic et réhabiliter l’existant et les 8 000 logements vacants. Évidemment, une des priorités est d’apaiser les conflits entre les élus et la population grâce à des échanges francs et un vrai investissement des élus locaux. Pour ça, un budget participatif sera alloué dans chaque canton de la ville. La réflexion doit être globale, avec les acteurs des quartiers, sur les transports, les écoles, l’alimentation locale, l’écologie. C’est du bon sens qu’il faut ensuite traduire en actes.

    Existe-t-il un enjeu particulier dans ces élections ?

    Une bonne fois pour toute, il faut faire de Tours la première entrée touristique du Val de Loire, qui est le 3e territoire touristique de France. Pour ça, la place de l’aéroport doit être confortée et développée. Cette structure est un lever économique important qui peut permettre le développement des restaurants, des hôtels, des commerces. C’est une pépite.

    Les Brèves