Les Brèves

  • À CHAQUE ALBUM SA REPRISE

    Il y avait eu « Partenaire particulier » en 2007, « Sans contrefaçon » en 2013, ou encore « L’amour à la plage » en 2016. Sur Espèces menacées paru au printemps, les Fatals Picards proposent leur version de « Banana Split ». Au-delà d’un goût pour la musique de leur enfance, les trublions adorent revisiter ces morceaux. Lio leur ayant fait le plaisir de se joindre à l’enregistrement, pourquoi bouder son plaisir ? 

lES FATALS PICARDS, DRÔLES DE RÉVOLTÉS

Avant le concert des Fatals Picards à l’Escale de Saint-Cyr-sur-Loire ce vendredi 11 octobre, le guitariste Laurent Honel a pris le temps de répondre à nos questions. Le groupe branché sur 100 000 volts se révèle toujours engagé dans l’humour.

Emilie Mendonça

Dans votre dernier album en date Espèces Menacées, le Ku Klux Klan, les industriels ou la dictature nord-coréenne se retrouvent en chanson. C’est plus simple de se moquer des méchants ?

Ce sera difficile de faire une chanson méchante sur Mandela, c’est sûr ! Une des caractéristiques des Fatals Picards c’est l’humour, le décalage, qui nous permettent de parler de choses qui nous révoltent, et dont on aurait du mal à parler au premier degré, car ce serait moins naturel pour nous. Ayant grandi en écoutant des groupes de rock alternatif des années 80 ou des chanteurs engagés comme Renaud, Brassens ou Ferrat, c’est assez naturel pour moi, quand un sujet me révolte, de l’exprimer en chanson. Mais on ne fait jamais d’attaque ad hominem quand on critique des idéologies qui nous révulsent, car ces gens-là sont le symptôme d’autres phénomènes plus profonds. Je pense par exemple que Marine Le Pen est le symptôme d’un désarroi profond d’une partie de la population, qui se traduit par des opinions extrêmes.

Et cette révolte ne s’apaise pas avec l’âge ? Plus le temps passe et plus je suis révolté,

mais aussi plus lucide par rapport au fonctionnement de notre monde. Dans la chanson « Combat ordinaire » (album Le sens de la révolte, 2009), on questionnait le parcours de ces personnes qui ont beaucoup lutté, mais pour des résultats pas toujours à la hauteur de leurs espoirs.

Le nouveau titre « Dans un ciel de 1er mai » en est la suite, où on exprime cette lucidité par rapport à la modification des modèles économiques, l’obsolescence programmée…

Mais cette lucidité est toujours contrebalancée par la volonté de continuer à lutter, comme un baroud d’honneur.

Espèces menacées regroupe 17 chansons, vous étiez très inspirés !

D’habitude on a du mal à réunir 10 ou 12 chansons, alors que là c’était plus simple, on a passé plus de temps à l’écriture avec Paul, le chanteur, et plus de temps en studio. Et la société est magique, elle nous fournit plein de sujets de chansons !

Des nouveautés et des grands succès à retrouver sur la scène de l’Escale, pour un concert qui promet ! 

Ven. 11 oct. à 20 h 30à l’Escale, Saint-Cyr-sur-Loire. Tarif 26€. Résa. www.az-prod.com et points habituels. 

Les Brèves