Les Brèves

  • L’ESS EN CHIFFRES

    2,4 millions de salariés en France

    14 % des salariés du secteur privé

    + 0,4 % d’emplois créés chaque année depuis 2010

    (source : Conseil National des CRESS)

L’ESS, DYNAMIQUE MAIS ENCORE MÉCONNUE

SOCIALE ET SOLIDAIRE

Le mois de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) se clôture à Tours avec des rencontres autour de l’emploi. Ce secteur encore mal connu du grand public offrira en effet des milliers de postes dans les années à venir. ÉMILIE MENDONÇA

Avec le départ des babyboomers à la retraite, on estime à plus de 15 000 emplois le nombre de postes à pourvoir dans l’Économie Sociale et Solidaire en région Centre à l’horizon 2020 » expliquent Julie Lambin et Sophie Chaigne, conseillères à Tours pour la Mission Locale de Touraine.

Pourtant, le secteur est encore mal connu, y compris au sein des structures qui en font partie : « notre association en délégation de service public fait partie de la sphère de l’ESS, mais les employés eux-mêmes ne savaient pas ce que ces termes signifiaient. » Les deux conseillères ont donc mené une action d’information en interne, avant de proposer au public des 16-25 ans dont elles s’occupent une rencontre « Emploi et Citoyenneté » ce mercredi 27 novembre, dans le cadre du mois de l’ESS.

L’ESS, KÉZAKO ?

La définition de l’ESS se résume à trois piliers fondamentaux : « l’ESS se caractérise par son objet social, sociétal ou environnemental ; une gouvernance participative ; et une lucrativité limitée » résume Marie-José Batlle, responsable des partenariats pour l’APEC (Association Pour l’Emploi des Cadres), qui proposait en Touraine deux interventions tournées vers l’emploi et la création d’entreprise dans ce secteur.

La loi de 2014 relative à l’économie sociale et solidaire laisse aussi la porte ouverte aux sociétés commerciales, à condition qu’elles respectent le principe de la gouvernance démocratique et d’une « lucrativité » limitée (autrement dit : on ne fait pas du bénéfice seulement pour le redistribuer aux actionnaires !).

Dans la pratique, on retrouve donc dans le secteur de l’ESS des mutuelles, des coopératives, des fédérations, des associations et des fondations œuvrant dans divers domaines : culture, environnement, social, mais aussi la banque ou la santé. Au forum « Emploi et Citoyenneté » de la Mission Locale, on croisait aussi bien les associations Courteline ou Giraudeau-Bastié que le Crédit Mutuel ou la MGEN. Loin des clichés parfois colportés qui réduisent l’ESS à un domaine de bobos et autres écolos, l’économie sociale et solidaire est donc présente dans de multiples activités déjà connues des Français. La différence ? Des valeurs fortes.

« On estime à plus de 15 000 emplois le nombre de postes à pourvoir dans l’économie Sociale et Solidaire en région Centre à l’horizon 2020 »
Mission Locale de Touraine


DES VALEURS QUI SÉDUISENT

Dans ses formations « Opportunités d’emploi dans l’ESS » et « Créer ou reprendre une entreprise » dispensées dans toute la France, l’APEC constate l’attrait du secteur pour un public varié, motivé par ces valeurs : « Les porteurs de projet sont souvent des cadres en activité qui souhaitent se reconvertir, ou des étudiants ou jeunes diplômés qui veulent créer une structure pour s’y salarier, ou mener une activité en parallèle de leur emploi principal. Pour tous, ce qui fait la différence, c’est la notion d’engagement : ils trouvent dans l’ESS un sens et une proximité avec le territoire qu’ils n’avaient pas dans l’économie dite lucrative » explique Marie-José Battle.

C’est pour cette même raison que la Mission Locale a mis l’accent sur la notion de citoyenneté auprès des jeunes chercheurs d’emploi : « nous voulions favoriser l’échange et la rencontre avec les acteurs de l’ESS, pour engager une réflexion sur la citoyenneté, au sens large, grâce aux valeurs dont sont porteuses les structures invitées. » Et si la rencontre débouche sur un emploi ou le développement d’un réseau professionnel, c’est encore mieux !

PLUS DE 10 % DES EMPLOIS EN RÉGION CENTRE

La région Centre-Val de Loire n’est certes pas la plus dynamique comparée aux chiffres nationaux, avec 10,1 % d’emplois dans l’ESS,en deçà de la moyenne nationale de 10,5 %, et derrière d’autres régions comme la Bretagne qui caracole entre 12,6 à 14,3 % (données INSEE/CRESS). Mais cela représente tout de même 2 287 établissements employeurs et 22 702 employés dans le seul département d’Indre-et-Loire, le plus actif à l’échelle de la région.

Quant à l’avenir, il s’annonce prometteur. Même si le secteur accuse le contrecoup des évolutions des politiques publiques (suppression des contrats aidés, réformes fiscales affectant le don par exemple), le départ à la retraite de la génération 1950-60 laisse entrevoir de grands besoins. On parle ainsi de 600 000 emplois à pourvoir dans toute la France (dont 15 000 en région Centre). Lorsqu’on a conscience de la variété des structures et domaines d’activités, et des évolutions de carrière possibles, l’ESS apparaît alors comme une option à ne pas négliger. 


Porteurs de projets ? Vos interlocuteurs : le CRE-SOL www.cresol.fr et la CRESS (Chambre Régionale de l’Économie Sociale et Solidaire) www.cresscentre.org

Les Brèves