Les Brèves

  • 5 350

    Le nombre d’entreprises créées en 2019 en Centre-Val de Loire

2020 : bilan et perspectives en Centre-Val de Loire

La Banque de France a présenté début janvier son analyse de la conjoncture économique en Centre-Val de Loire et les tendances pour 2020. Et dans plusieurs domaines, en raison du Brexit notamment, l’heure est aux doutes. Même si sur le front du chômage, la baisse devrait continuer après une année 2019 déjà marquée par un recul de 0,3 % sur un an… Gaëla Messerli

Malgré quelques données encourageantes, les chiffres de fin 2019 présentés par la Banque de France en région ne font pas rêver, même s’il devrait y avoir quelques reports, notamment de production, début 2020. Bien qu’au niveau national, on prédise une baisse du chômage sur le printemps 2020 – avec un taux qui devrait redescendre à 8,2 % –, des inconnues existent en région Centre-Val de Loire. Parmi elles, les affrontements douaniers entre la Chine et les États-Unis au niveau international, ainsi que les conséquences du Brexit pour notre région, qui a des liens commerciaux forts avec l’Angleterre et qui compte de nombreuses entreprises étrangères pouvant être impactées.

Pour ce qui est du Brexit, Laurent Sahuquet, le directeur régional de la Banque de France, tempère la situation. « Rien n’est réglé aujourd’hui, explique-t-il. Les négociations peuvent durer jusqu’à fin 2020. On est toujours dans l’inconnu. Il y a aussi une part de psychologie qui peut jouer. S’il y a un impact du Brexit, il devrait plutôt être ressenti en 2021. Il y a aussi eu des phénomènes d’anticipation avec l’annonce du retrait britannique, notamment sur les expéditions. »

Autre élément perturbateur : la fin programmée du diesel et la transition écologique en cours devraient également toucher le secteur automobile de notre région, qui compte de nombreux sous-traitants.

Un record de créations d’entreprises

Au rayon des bonnes nouvelles, les créations d’entreprises en Centre-Val de Loire sont en augmentation avec 5 350 nouvelles entreprises recensées en 2019, le nombre le plus important atteint depuis 2010 ; revers de la médaille : ce sont majoritairement des microentreprises donc peu créatrices d’emplois salariés. « Nous sommes clairement dans une ubérisation de la société », analyse-t-on à la Banque de France, qui s’appuie pour cela sur les études et statistiques de la DIRECCTE Centre-Val de Loire, qui indiquent un taux de survie plutôt faible de ce type d’entreprises (trois ans en moyenne), même si la pérennisation des structures semble être plus forte en région Centre-Val de Loire que dans le reste de la France.

Les services de la Banque de France soulignent néanmoins la progression des entreprises hors microentreprises (3 000 fin 2019). Ces créations se concentrent pour plus de la moitié dans le secteur des services (53 % des créations). On a aussi constaté moins de défaillances d’entreprises au 3e trimestre : 1 840 défaillances tout de même, principalement dans les secteurs du commerce, des transports, de l’hébergement et la restauration.

Le bâtiment en forme

L’emploi, c’est aussi là que le bât blesse… Le chômage a en effet enregistré une légère hausse au 3e trimestre dans presque tous les départements du Centre-Val de Loire, avec un taux de 8,2 % enregistré en région, contre 8,3 % au niveau national. Ce taux est de 8,4 % dans le Loiret (en baisse de 0,4 % sur l’année), mais à l’opposé il est de 7,9 % en Indre-et-Loire (en baisse de 0,3 % sur l’année)…

Ces chiffres donnent clairement à réfléchir quand on entend les représentants des entreprises évoquer leurs difficultés de recrutement. C’est d’ailleurs le cas dans le bâtiment, qui « a une bonne orientation de + 6 % par rapport au trimestre précédent, mais qui enregistre une décélération sur la fin d’année (NDLR : les élections municipales arrivent). En matière de construction de logements, notre région se situe cependant dans une tendance positive par rapport au niveau national. Nous progressons au niveau de la construction de maisons individuelles, mais aussi de bâtiments industriels. »

« nous sommes clairement dans une phase d’ubérisation »

L’industrie en retrait

Région industrielle, le Centre-Val de Loire observe une activité en retrait dans ce domaine en fin d’année, mais ne développe pas d’inquiétudes pour autant. « En raison du manque de transport notamment, il y a eu des fermetures d’usines, et il devrait avoir un report de certaines commandes sur le début d’année 2020, modère Christine Gord, la directrice adjointe régionale de la Banque de France.

Les services, quant à eux, sont un secteur « qui dope la région », avec une progression de 12 % pour les activités informatiques. En ce qui concerne la restauration, contrairement à l’an passé où le secteur avait souffert de la crise des Gilets jaunes, celui-ci progresse. Enfin, les transports connaissent également une évolution positive pour la logistique. 

Les Brèves

  • La société Worldline recrute 200 personnes à Tours

    La société spécialisée dans la sécurité des transactions en ligne qui est installée aux 2-Lions va développer son centre de recherche et d’innovation en matière de sécurité, d’authentification et d’identité numérique (ITA), dans le domaine du paiement digital. 9 millions d’euros seront investis sur les quatre prochaines années. À Tours, 200 personnes seront recrutées, sans compter la centaine d’embauches également prévues à Blois.

    Ces recrutements viendront s’ajouter aux quelque 840 personnes travaillant déjà pour le groupe en région Centre-Val de Loire : 246 à Tours, 535 à Blois et 35 à Vendôme. La société compte deux autres sites d’importance à Lyon et à Zurich en Suisse. Et les perspectives de croissance sont très importantes pour elle avec le développement de tous les usages du e-commerce, du paiement et de la banque en ligne.