Les Brèves

    Les clés pour bien renégocier votre prêt

    EMPRUNT 

    Cela fait maintenant quelques années que ça dure et on a dû vous le suggérer à plusieurs : si vous avez souscrit votre prêt immo avant 2016, année où les taux sont tombés à leur plus bas historique, vous avez sans doute intérêt à renégocier votre crédit avec votre banque… Mais celle-ci n’est pas obligée d’accepter, au risque de vous voir filer à la concurrence… P.N.

    Avant de vous lancer dans la renégociation avec votre banque, vérifiez bien l’année où vous avez contracté votre prêt et donc le taux qui lui est associé. En effet, plus la souscription est proche de 2016, disons à partir de 2012, plus votre taux a des chances d’être compétitif. En revanche, si votre emprunt est plus ancien, datant donc d’une période où les taux étaient bien moins avantageux, vous avez a priori tout intérêt à le renégocier. Pour cela, vous vous adressez à votre banque et, en fonction de votre profil de client et donc d’emprunteur, vous serez plus ou moins en position de force. Si vous êtes un « bon » client, avec de bons revenus (au moins 5 000 euros de revenus mensuel pour un couple), votre banque aura tout intérêt à vous garder parmi ses clients et à répondre favorablement à votre demande. À partir de là, tout sera affaire de négociation au 10e de point près, mais ça se tente…

    Négocier les frais de dossier

    En revanche, si votre banque refuse de renégocier, comme cela arrive parfois quand elle ne tient pas à vous comme client, vous allez devoir vous adresser à une autre banque et pour cela faire jouer la concurrence entre les différents établissements bancaires. Certains, selon leur stratégie commerciale du moment, sont prêts à tout pour gagner de nouveaux clients, quels que soient votre profil et vos revenus. Il s’agit dans ce cas d’opérer un rachat de crédit. En effet, votre nouvelle banque va racheter auprès de votre ancienne banque le solde de votre crédit avant de vous débloquer la somme convenue à un taux plus avantageux qui vous fera économiser quelques milliers voire dizaines de milliers d’euros sur la période de l’emprunt. Attention toutefois aux frais du dossier qui doit être constitué lors de votre arrivée dans une nouvelle banque. Ils peuvent être offerts en cadeau de bienvenue mais là encore rien n’est obligatoire : il ne faut pas hésiter non plus à négocier le montant de ces frais avant de signer…

    Faire appel à un courtier

    Mais opter pour le rachat de votre crédit signifie rencontrer plusieurs banquiers pour faire jouer la concurrence. Et c’est là où les choses se compliquent : une ou deux banques, ça va ; trois banques ou plus, bonjour les rendez-vous ! Soit vous avez du temps et vous pouvez enchaîner les rendez-vous ; soit vous n’en avez pas et vous pouvez déléguer à un courtier qui va monter votre dossier afin de le présenter à différentes banques. Et c’est lui qui négociera pour vous le nouveau taux et vous présentera les différentes offres des banques pour vous permettre de faire votre choix. Cette solution est moins chronophage pour vous… Les courtiers ont fait la preuve de leur utilité sinon ils n’auraient pas connu un tel développement ces dernières années. Tout le monde y trouve son compte : le courtier qui est rémunéré en tant qu’intermédiaire ; la banque qui n’a pas à mobiliser ses agents pour monter et vérifier votre dossier puisque c’est le courtier qui s’y colle ; et vous aussi car, en général, le courtier obtient pour vous de bonnes conditions, et même avec la commission qu’il prend, vous serez encore gagnant par rapport à votre ancien taux !

    Profitez-en aussi pour renégocier l’assurance emprunteur car sur un prêt de 15 ou 20 ans, cela fait aussi une sacrée différence vu le niveau extrêmement bas des taux sur le crédit lui-même ! Et vous n’avez aucune obligation de la souscrire auprès de votre banque, vous pouvez le faire auprès de n’importe quel autre organisme habilité… CQFD ! 

    Les Brèves

    • L’ACTU DE L’IMMOBILIER

      Le baromètre des taux actuels

      Selon les professionnels, les taux des crédits immobiliers devraient remonter très légèrement de 0,05 % à 0,1 % en ce début d’année. Tout dépend évidemment du montant emprunté, de la durée de l’emprunt et de votre profil d’emprunteur (revenus, apport ou non, etc.)

      • sur 15 ans : 0,85 % à 1,05 %

      • sur 20 ans : 1,05 % à 1,20 %

      • sur 25 ans : 1,20 % à 1,50 %

      Une nouvelle loi sur la location en préparation

      Le député LREM de Haute-Garonne Mickaël Nogal prépare

      un projet de loi qui pourrait être voté au mois de mai. Cette loi concerne les relations entre propriétaires et locataires. Elle s’articule autour de trois grandes mesures :

      • 1 : Rétablir la confiance autour de la restitution du dépôt de garantie

      La loi permettra au locataire de faire le dépôt de garantie auprès d’un professionnel de l’immobilier et non plus du propriétaire, ce qui lui permettra de le récupérer plus facilement. Le dépôt lui sera restitué après accord avec le propriétaire mais au moins celui-ci ne pourra pas le conserver abusivement.

      • 2 : Mettre fin aux abus dans la sélection des locataires en autorisant le recours à un seul garant

      Il n’est plus rare de voir des propriétaires demander non pas un mais deux, voire trois ou quatre garants à des locataires, malgré leur solvabilité prouvée par les différents documents fournis. Le projet de loi prévoit d’interdire cette pratique mais, en contrepartie, les propriétaires auront de nouvelles garanties contre les impayés.

      • 3 : Sécuriser les propriétaires contre d’éventuels impayés ou dégradations

      La proposition de loi prévoit que les propriétaires auront l’assurance de percevoir leur loyer tous les mois quoi qu’il arrive du côté du locataire. Cette sécurisation totale sera rendue possible grâce à la création d’un nouveau mandat de gestion qui sera proposé par les administrateurs de biens. Il intégrera également la prise en charge d’éventuelles dégradations ou des frais de procédure. Les professionnels de l’immobilier apporteront ainsi une véritable valeur ajoutée aux locataires et aux propriétaires.