TOPS & FLOP

Les Brèves

  • TOPS

    Le CHRU en soutien des femmes victimes de violences conjugales

    Le CHRU de Tours a signé une convention avec le parquet pour permettre aux victimes de violences conjugales de bénéficier d’une prise en charge judiciaire rapide. Grâce à une ligne téléphonique dédiée, elles pourront rentrer en contact avec les services de police ou de gendarmerie sans avoir à se déplacer en vue d’un dépôt de plainte futur. Le but est d’éviter de laisser repartir la victime sans lui proposer une prise en charge judiciaire. Cela peut aussi permettre de limiter les risques de récidive, car un cas signalé et traité est beaucoup plus dissuasif pour l’auteur des faits. Même si la victime ne souhaite pas porter plainte, elle pourra aussi faire constater ses blessures au service des urgences médico-judiciaires à l’institut médico-légal de Tours, également signataire de la convention. « Une avancée très importante » pour Caroline Lefranc, directrice adjointe du CHRU Trousseau puisque la prise en charge médicale assurée par ses services est ainsi complétée par la prise en charge judiciaire.

  • FLOPS

    Les sinistrés du coteau de Montbazon pas sortis des éboulis

    Le 14 décembre dernier, une partie du coteau s’est effondrée en deux temps – à 4 du matin, puis à 22 h – sur les maisons situées au pied de la forteresse de Montbazon. Bilan du sinistre : entre 500 et 700 m3 de tuffeau dans le jardin de six maisons qui, depuis, sont frappées par un arrêté municipal interdisant d’y habiter jusqu’à nouvel ordre. Ce qui n’arrange évidemment pas les familles, d’autant qu’une d’entre elles, venait d’acheter il y a moins de 2 ans à cet emplacement. Ce dont on pourrait s’étonner mais sans doute qu’un diagnostic géologique réalisé à l’époque ne pouvait prévoir que les pluies abondantes de l’automne allaient fragiliser le coteau à ce point. Mais il est à parier qu’avec l’alternance des périodes de grande sécheresse comme on en a connu l’été dernier, et de fortes pluies comme à l’automne, ce phénomène se généralise ici et ailleurs. En attendant, les victimes espèrent que le décret de catastrophe naturelle soit pris rapidement afin de leur permettre de passer à autre chose... Au pied du coteau ou ailleurs ?