Les Brèves

    En 2017, la CCI veut « rompre l’isolement des chefs d’entreprise »

    Commerce et industrie

    Philippe Roussy, président de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Touraine, évoque les nombreux changements à prévoir pour cette nouvelle année 2017, entre la redéfinition des compétences avec la loi NOTRe, un espoir de redressement économique et l’enjeu, devenu vital, du numérique.

    Par Marie Deroubaix

    Une relance de l’économie est-elle à espérer en 2017 ?

    Philippe Roussy : Nous sommes dans un contexte économique qui semble annoncer un léger redressement, ou du moins un arrêt de la descente. La Touraine a toujours eu un gros ressort, on ne ressent jamais de gros à-coups : quand l’économie va mal on chute moins vite mais lorsqu’elle remonte, on remonte aussi moins vite. Cela s’explique par le fait qu’en Touraine, le gros de l’activité, ce n’est pas l’industrie mais le service.

    Quels sont vos objectifs en 2017 ?

    Philippe Roussy : Nous continuerons à favoriser le développement des entreprises du territoire. Mais nous allons travailler différemment, et s’attacher à accompagner les entreprises sur les sujets importants : le digital, le numérique, et, ce qu’il y a d’essentiel en Touraine : le tourisme ! La chambre va également essayer de faire fonctionner des mises en réseaux.

    On est arrivé dans une époque où on ne travaille plus du haut vers le bas et du bas vers le haut mais avec des cellules qui vont intervenir les unes avec les autres.

    Pourquoi cette notion de mise en réseaux est-elle importante ?

    Philippe Roussy : Nous souhaitons nous appuyer sur la notion de mise en réseaux afin de rompre l’isolement des chefs d’entreprise. Notre rôle est de les accompagner quand ils ont besoin de se développer, mais aussi quand ils se confrontent à des difficultés de carnet de commandes ou encore de trésorerie.

    Comment allez-vous procéder ?

    Philippe Roussy : Nous allons mettre l’accent sur nos nouveaux outils, comme l’impulseur by CCI, qui est un accélérateur de projet. Face à des chefs d’entreprise qui sont toujours en manque de temps, le nez dans le guidon, nous organisons des sessions de formation à la chambre, on les exclut du quotidien pour qu’ils puissent discuter entre eux et avec des experts et aboutir à la mise en œuvre de leurs idées, ce qui permettra d’accroître leur activité.

    En quoi le digital constitue-t-il un enjeu aujourd’hui ?

    Philippe Roussy : Aujourd’hui, pour un commerce, la première vitrine, ce n’est pas la vitrine physique mais celle du web. Nous sommes en pic de réflexion sur la manière d’attirer les consommateurs qui sont très versatiles et qui n’ont pas besoin de passer devant une vitrine pour être attirés par un commerce. Il faut désormais les attirer par le web pour qu’ils se déplacent physiquement sur les sites. Nous assistons à une réforme des modes de consommation avec le web et nous sommes là pour attirer l’attention des commerçants indépendants sur les changement sociétaux.

    « Chaque département ne peut plus faire ce qu’il veut dans son coin »

    Quels changements pour la CCI de Touraine impliquent la loi NOTRe, portant sur la nouvelle organisation territoriale ?

    Philippe Roussy : C’est une année de changement qui s’annonce. La CCI de la région Centre-Val de Loire va prendre la main sur les CCI départementales. On est parti pour déterminer les axes stratégiques et d’intervention au niveau régional et on va également devoir agir en concertation avec les deux grandes métropoles qui vont arriver. Nous allons être en relation avec les chambres d’industrie et les chambres consulaires. Chaque département ne peut plus faire ce qu’il veut dans son coin.

    Il doit y avoir un travail de proximité dans les départements vis-à-vis des entreprises et des élus locaux mais dans le cadre d’une stratégie régionale qui sera définie à la CCI régionale.

    Les Brèves