Les Brèves

  • Des plateformes fragilisées

    Les plateformes régionales ou départementales subissent les effets indésirables de l’évolution des compétences entre les différentes collectivités. Pour Initiative Centre-Val de Loire comme pour ses représentants départementaux qui avaient en charge l’accompagnement des personnes en recherche d’emploi dans les dossiers Nacre (accompagnement à la création ou reprise d’entreprise), cette mission était aussi synonyme de finances pour la structure. « Nous étions jusque-là rémunérés par l’État pour assumer cette mission de service public » confirme le président régional. « Aujourd’hui c’est la région qui en récupère la gestion en même temps que la compétence économique. Tout n’est pas prêt et nous ne savons pas comment les choses vont se dérouler : s’il y aura un appel d’offres ou appel à projet ? C’est important car cela correspond, en fonction des départements entre 10 et 15 % de nos recettes de fonctionnement.

Initiative CVDL : 2 438 emplois créés dans notre région

Entreprise

C’est un bilan positif et en hausse. Pour la plateforme régionale d’Initiative France présidée par le Chinonais Daniel Durand, la pertinence de cette structure associative tient dans sa capacité à accompagner et à compléter le tour de table par un prêt. Mais l’équilibre de la structure est plus fragile que jamais depuis les évolutions de la loi NOTRe.

Par Philippe Hadef

Créée en 1985 par deux parlementaires, l’un de gauche, l’autre de droite, Initiative France a essaimé après une expérience parisienne positive. L’objectif était, de pallier quelques manques de la part des chambres consulaires dans certaines catégories d’entreprise. C’est seulement en 1990 que sous l’impulsion d’un enseignant, baignant dans un environnement familial bercé par l’entrepreneuriat, que cette idée prend corps dans notre région. D’abord à Chinon, puis dans d’autres secteurs plutôt ruraux ou périurbains avant de toucher les deux villes phares que sont Orléans et Tours. D’ailleurs, si l’on s’en tient à l'exemple qui nous concerne territorialement, nous avons 60 % des dossiers qui concernent des zones en-dehors de la métropole de Tours pour notre département. Aujourd’hui cette association d’une vingtaine de salariés et de plusieurs centaines de bénévoles – dont de nombreux chefs d’entreprise mais pas seulement – qui s’intéresse à toutes les formes d’entreprises, y compris dans le domaine agricole ou des professions libérales, obtient des résultats très probants : « le taux de réussite des créations d’entreprises que nous soutenons est de 90 % alors que la moyenne est de 71 % ». Et Daniel Durand a une explication à ce chiffre : « ce n’est pas tant le prêt à taux zéro, c’est surtout l’accompagnement qui est organisé qui permet d’obtenir ces résultats ». Le soutien à la création d’entreprise n’est pas le seul levier de l’emploi sur lequel agit Initiative Centre-Val de Loire. L’association intervient aussi dans le cadre de reprise ou pour accompagner la croissance de celle-ci.

2 067 projets suivis en Région

En 2016, ce sont ainsi des aides à hauteur de 8 millions qui ont été accordées (pour des enveloppes moyennes oscillant entre 5 000 et 15 000 euros). Des prêts d’honneur qui ont fait levier auprès des banques qui ont accordé 60 millions d’euros de prêts à ces postulants validés par le comité d’agrément. Toujours concernant la région Centre-Val de Loire, cette enveloppe de 8 millions a été consommée au fil de 2 067 projets (52 % de création de sociétés, 37 % de reprise et 10 % pour la croissance d’entreprise). C’est au total 2 438 emplois qui ont été créés ou sauvés avec, dans le cas des créations, plus de la moitié portée par des personnes en recherche d’emploi. Parmi ces nouveaux entrepreneurs, la plateforme régionale note d’ailleurs qu’il s’agit pour 37 % de femmes et pour 28 % des personnes de plus de 45 ans. Des catégories qui sont parmi les plus fragilisées sur le marché de l’emploi. « Il est vrai que ces personnes au chômage, faute d’activité leur correspondant, créent ainsi leur propre emploi. Pour autant, cela va au-delà. Car, ajoute Daniel Durand, la moyenne d’emploi créée par une nouvelle entreprise est de 2,8… ». Les projets, eux, sont très divers. « On voit émerger des métiers nouveaux. Certains parfois même étonnants comme celui d’un élevage de perroquets que nous avons soutenu dans le Chinonais ».

Les Brèves

  • L’innovation aussi

    Dans les projets que souhaitent voir émerger Daniel Durand il y a notamment la mise en place d’une plateforme d’accompagnement spécialement dédiée à l’innovation. Il ne s’agit pas là seulement de focaliser sur les start-ups mais d’aller dans un champ plus large lié à l’innovation : « toutes les innovations seront éligibles à cette nouvelle plateforme. Y compris dans l’innovation sociale dans le cadre, par exemple, de la gestion de l’entreprise », précise Daniel Durand.

    Cette nouvelle entité régionale qui pourrait proposer des soutiens financiers plus importants pour chaque dossier et des modes de remboursement adapté, viendrait ainsi rejoindre les cinq existants actuellement en France (Paris Orsay, Lyon, Marseille, Bordeaux, Lille) et pourrait s’installer à Mame. Un terrain évidemment propice quand on s’intéresse à l’innovation.