Les Brèves

    Une nouvelle cellule pour traiter les signalements préoccupants

    Protection des enfants

    En 2016, 1 191 informations préoccupantes ou signalements d’enfants en danger ont été traités. Un chiffre en augmentation par rapport aux deux années précédentes. Face à ce constat, le département, chef de file de la protection à l’enfance depuis 2007, a décidé de mettre en place un tout nouveau protocole d’actions. Explications. Marie DEROUBAIX 


    « Le traitement d’une information préoccupante doit se faire en trois mois. En Indre-et-Loire, et c’est notre honneur, on respecte ce délai, contrairement à d’autres départements », explique Jean-Gérard Paumier. Toutefois, le président du Conseil départemental d’Indre-et-Loire pense que le dispositif de recueil des informations préoccupantes (DRIP), instauré en 2010, n’était pas assez efficient. Avec le DRIP, dix points d’entrée permettaient de transmettre une information préoccupante, ce qui ne garantissait ni une équité de traitement, ni des modes d’action cohérents sur l’ensemble du département. Une toute nouvelle cellule, baptisée CRIP37*, vient ainsi de voir le jour. Elle centralise toutes les informations préoccupantes signalées sur le territoire et incarne l’interlocuteur privilégié de l’ensemble des professionnels, de l’Éducation nationale, des hôpitaux, des médecins et spécialistes libéraux, des associations, des services de police et de gendarmerie ou encore des élus locaux. Cela permettra un meilleur traitement des données, notamment des signaux faibles : « Plusieurs informations peuvent se recouper, au fil du temps, d’où l’importance de traiter ces petits signaux », explique-t-on. Aurélie Béron, juge pour enfants, se satisfait d’une telle initiative : « In fine, la CRIP va permettre à l’autorité judiciaire de prendre plus rapidement des décisions avec moins de déperditions des informations, un délai de traitement plus rapide, et une aide à la prise de décision grâce à un interlocuteur unique. » 

    * La CRIP est aussi la porte d’entrée pour tout citoyen qui a des doutes et des inquiétudes concernant un enfant. Le correspondant du service national d’accueil téléphonique est le 119. 

    Les Brèves

    • La phrase

      « La CRIP est là pour que les enfants, nombreux, puissent voir leur situation personnelle traitée dans les meilleurs conditions », Louis Le Franc, préfet d’Indre-et-Loire.