Les Brèves

    Service à la personne : un secteur en plein boom

    Indre-et-Loire

    Ce n’est un secret pour personne, les métiers d’aide à domicile et d’aide ménagère sont de plus en plus recherchés. Et le département d’Indre-et-Loire ne fait pas exception. Décryptage d’une activité dont on ne peut plus se passer. Marie DEROUBAIX 


    Une enquête publiée par Pôle Emploi début 2017 sur les besoins en main-d’œuvre du département montrait que le secteur des services concentrait 63,5 % des projets d’embauche, devant les industries agroalimentaires et celles du domaine agricole. L’un des facteurs principaux expliquant cette forte demande est évidemment le vieillissement de la population. « Il n’y a plus assez de places en structures ou en maisons de retraite, et en plus, tout le monde ne souhaite pas y aller », résume Philippe Rémy, dirigeant de Petit Fils, une entreprise tourangelle spécialisée dans le service à la personne. Mais si l’expansion de ce secteur est rapide, le métier d’auxiliaire de vie, lui, n’a pas la cote. « C’est un métier qui peut être ingrat, avec des amplitudes horaires importantes. Il faut une grande disponibilité », explique Philippe Rémy. C’est également un métier où la surveillance médicale est prédominante. « Certains de nos clients ne veulent pas entendre parler de maison de retraite, et pourtant, leurs pathologies mériteraient un placement », confesse le dirigeant de Petit Fils, avant de poursuivre « on va jusqu’à une présence 24 heures sur 24 pour certains d’entre eux. Ce sont des personnes qui ne peuvent même pas se lever. Si l’on ne vient pas, elles ne peuvent pas manger, ni se laver. » Il y a ainsi une vraie pénibilité du métier, à la fois physique avec parfois le besoin de soulever quelqu’un de son fauteuil par exemple, et psychologique puisque que les aides à domicile sont confrontées à des situations de fin de vie. En parallèle, les personnes travaillant dans ce secteur « reçoivent en retour une vraie reconnaissance affective des personnes dont ils s’occupent ». C’est donc un métier avant tout profondément humain, comme il en existe de moins en moins... 

    Les Brèves

    • Le Département accompagne aussi les seniors

      Le Conseil départemental d’Indre-et-Loire a des missions en direction des publics seniors. Il s’occupe notamment de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA). L’APA domicile, qui permet de financer une partie des dépenses nécessaires à son maintien à domicile, concernait 6 315 personnes sur notre territoire en 2016, et quasiment le même nombre en 2017. Cela représentait 25,5 millions d’euros pour 2016, contre 28 millions cette année. Une hausse qui s’explique par la revalorisation des aides versées suite à la nouvelle loi ASV sur le vieillissement. L’APA établissement, qui représente l’aide versée aux structures d’hébergement, est d'environ 23 millions d’euros pour 2016, et la même somme pour 2017. De manière plus globale, on peut rappeler que le Département est chargé d’organiser sur le territoire les services gérontologiques. Un bilan sera bientôt dressé pour comprendre les besoins de places en Ehpad en fonction de l’évolution démographique. L’Indre-et-Loire dispose de 54 Ehpad dont 17 publics autonomes, 6 hospitaliers, 4 privés totalement habilités à l’aide sociale, 20 privés à but lucratif et 7 privés associatifs.