Les Brèves

  • 10 500

    C’est le nombre de personnels que doit recruter l’armée de l’Air d’ici à 2022. Le recrutement est piloté depuis Tours où sont installées les directions RH des trois armes depuis 2015, soit 900 personnes au total. En ce qui concerne spécifiquement l’armée de l’Air, si l’état-major est toujours basé au ministère des armées, au sein du « pentagone à la française » de la place Balard, la direction des ressources humaines est installée sur la base 705 où travaillent 250 militaires qui seront renforcés par 275 autres personnes pour mener à bien cette campagne de recrutement qui s’affiche partout depuis le début de l’année à grand renfort de sports télé et ciné notamment.

  • LA PHRASE DE LA SEMAINE

    « Je souhaite installer en 2020 un 2e groupe local de traitement de la délinquance pour mieux appréhender le phénomène de violences entre bandes rivales qui se développe au sein de la métropole, l’objectif étant de mettre un terme à ces phénomènes qui se déroulent sur fond de rivalités de quartiers, de conquêtes féminines, de provocations futiles sur les réseaux sociaux ou de trafics de stupéfiants... »

    Lors de la présentation de ses vœux au Tribunal de Tours, le procureur Grégoire Dulin a assuré l’assistance de sa détermination à lutter contre ces violences entre bandes qui se poursuivent jusque dans le tram à coups de barres de fer ou de matraques et qui ont pris, ces derniers temps, une ampleur nouvelle dans la métropole. 

La liaison vers la Corse supprimée cette année

AÉROPORT

Il n’y aura pas de liaison vers la Corse au départ de Tours cette année. Le tour opérateur Corsicatours qui proposait des vols charter vers Figari en saison, d’avril à septembre, n’a pas trouvé d’accord avec une compagnie aérienne pour assurer cette liaison cette saison. Cette destination représentait en 2019, près de 4 000 voyageurs, soit 2 % du total du trafic passagers de l’aéroport qui affiche une fréquentation de plus de 197 000 passagers. Une fréquentation en hausse par rapport à 2018 où 181 424 passagers avaient été transportés. La barre symbolique des 200 000 passagers n’a donc pas été atteinte, notamment en raison d’une baisse de fréquentation des vols sur la fin de l’année à cause des grèves du mois de décembre. Les cinq autres lignes desservies (Marseille, Porto, Londres, Dublin et Marrakech) par Ryanair sont maintenues. Elles affichent, selon la compagnie lowcost, un très bon taux de remplissage de l’ordre de 80 %, ce qui est tout à fait satisfaisant par rapport à d’autres aéroports de même taille. 

Les Brèves

  • EXPRESS

    TOURS

    Bataille de chiffres autour de la dette

    Le 47e et dernier conseil municipal de la mandature 2014-2020 a été le théâtre d’une passe d’armes entre le maire-candidat à sa succession, Christophe Bouchet, et ses opposants, Emmanuel Denis (EELV) en tête, également candidat à la mairie. Enjeu : le vote du budget 2020 qui a logiquement été approuvé par la majorité. Ce budget s’élève à 299,3 M€ dont 291,9 pour le budget primitif, 6,9 pour le grand théâtre et 0,5 pour les cimetières. Mais c’est surtout la dette qui a été l’objet d’échanges acerbes, la majorité avançant qu’elle avait fait baisser la charge annuelle de 16 M€ par an à 8,7 M€ dans le budget 2020. L’opposition lui rétorquant qu’elle avait augmenté la fiscalité et baissé les investissements mettant ainsi la ville à l’arrêt ! De bonne guerre en pleine campagne des municipales. L’encours de la dette se monte à 206 M€ soit 1 473 € par habitant.

    DÉPARTEMENT

    626 M€ de budget

    Le projet de budget a été présenté début février et sera voté en mars par l’assemblée départementale. Il s’élève cette année à 626 M€ avec un investissement record de 85 M€, soit 12 de plus qu’en 2019. Le président du Conseil Départemental, Jean-Gérard Paumier, s’est félicité au passage de la non augmentation de la fiscalité pendant tout le mandat. Les droits de mutation sur les successions et transactions immobilières sont en hausse pour atteindre 102 M€. Rappelons que les départements vont perdre une partie de leurs recettes fiscales liées à la suppression de la taxe d’habitation, et que ces droits de mutation représentent donc une part importante dans le budget.

    UNIVERSITÉ

    Un nouveau blocus écarté

    Contrairement à ce qui s’était passé du 13 au 23 janvier, avec un blocage du site des Tanneurs décidé par quelques dizaines d’étudiants, lors de la réouverture du site lundi 10 février, c’est une assemblée générale rassemblant près de 400 étudiants qui a débattu de l’opportunité ou non de reconduire une action de ce type. Devant l’opposition de la majorité des étudiants présents, les partisans du blocus se sont rendus à l’évidence : une nouvelle tentative de blocage serait vouée à l’échec... D’autres débats et ateliers sur les luttes actuelles, réformes des retraites et de la recherche notamment, seront organisés.

Les Brèves

    Records de douceur et d’ensoleillement en janvier !

    MÉTÉO

    Dans le prolongement d’une année 2019 remarquable par sa douceur, ce début d’année est marqué par un mois de janvier – le plus chaud au niveau de la planète – qui bat aussi des records d’ensoleillement et de douceur en Touraine. Avec les risques inhérents en cas

    de coup de gel sur une végétation qui s’éveille précocement... P. N

    Où sont passés les hivers rigoureux et les neiges d’antan ? Quand on se penche sur les relevés de la station Météo France de Parçay-Meslay, on peine à trouver des données d’un hiver digne de ce nom. Ainsi, en janvier, la moyenne des températures calculée avec deux relevés quotidiens (un au petit matin au plus frais, l’autre dans l’après-midi au plus chaud) est supérieure de 2,6°C aux normales de saison, avec une moyenne constatée sur le mois de 7,2°C contre 4,6°C les années passées ! Pour les minimales, l’écart est de même ampleur avec 4,5°C relevés en moyenne sur les 31 jours du mois au plus froid contre 2°C habituellement ! Soit plus du double des normales...

    Côté ensoleillement, la tendance est aussi nette puisqu’on a comptabilisé 90 heures de soleil sur la Touraine contre 70 en moyenne habituellement, soit près d’un quart de soleil en plus.

    Ce début d’année se place clairement dans le prolongement d’une année 2019 exceptionnelle à bien des égards, avec des records de chaleur d’aridité pendant l’été mais aussi de pluviosité à l’automne. Au final, l’année passée a été la 3e la plus chaude depuis 60 ans et l’existence des relevés après 2018 et 2011. La température moyenne sur l’année a été de 13,2°C contre 11,8°C pour une année « normale ».

    À titre de comparaison, en 2018, année la plus chaude de l’histoire des relevés, la température moyenne était de 14,5°C tout de même !

    2 150 heures de soleil contre 1 830 en moyenne habituellement

    L’année 2019 a été marquée par deux épisodes de chaleur exceptionnelle : en février et en juillet. Ainsi le 27 février on mesurait 23,4°C à Amboise, 23°C à Tours, record absolu de chaleur jamais enregistré à cette période de l’année. Puis il y eut la canicule fin juin, à la fois remarquable par sa précocité au tout début de l’été puis par des températures record avec 41,5°C enregistré le 29 juin. Un peu plus tard il y eut la 2e vague de grosses chaleurs fin juillet avec le record absolu de 43°C enregistrés dans le Véron, près de Chinon tandis qu’à Tours on frôlait les 41°C (40,8°C exactement). Fin août on frôla aussi les 38°C, température tout aussi exceptionnelle pour cette période. De fait, on a aussi frôlé les records pour l’ensoleillement qui a grimpé à 2 150 heures en 2019 contre 1 830 par an en moyenne.

    Conséquence de cet été étouffant, les précipitations furent très rares puisqu’on a comptabilisé 30 mm de pluie pendant 3 mois, de mi-juin à mi-septembre, à rapprocher des 50 mm en moyenne mensuellement. Mais après cet été historiquement sec, nous eûmes droit à un hiver exceptionnellement pluvieux puisque de mi-septembre à mi-novembre on comptabilise 300 mm de pluie contre 100 à 120 mm en « temps normal »...

    Une sécheresse estivale compensée par deux mois très pluvieux en fin d’année : voilà comment on pourrait résumer une année marquée par une météo atypique. Mais à laquelle on risque de devoir s’habituer car ces phénomènes hiératiques devraient se multiplier à l’avenir... 

    Les Brèves

      Les Brèves

      • EXPRESS

        JUSTICE

        Les avocats reconduisent leur grève

        Lundi 10 février, les avocats du barreau de Tours, réunis en assemblée générale, ont reconduit leur mouvement de grève pour la 6e semaine consécutive. Depuis le début de l’année, le Tribunal de Tours fonctionne au ralenti et les affaires sont reportées les unes après les autres alors que le tribunal avait travaillé d’arrache-pied l’an passé pour résorber le retard.

        « Tous ces efforts sont réduits à néant » selon les mots du président du Tribunal Christophe Régnard.

        POLICE

        Deux voitures vandalisées

        Deux véhicules de la police municipale ont été vandalisés dans la nuit de samedi 8 à dimanche 9 février dans le quartier des Rives du Cher alors que les équipes étaient en intervention dans un immeuble. Quand les policiers sont redescendus, leurs voitures avaient été bombardées par différents projectiles. 

      Le Café Fraternité inauguré rue de la Fuye

      SOCIAL

      Le Secours catholique d'Indre-et-Loire a présenté officiellement son nouveau Café Fraternité installé rue de la Fuye dans le quartier Velpeau et destiné à accueillir tous ceux qui le souhaitent les après-midis en semaine. F. M.

      Ils étaient une dizaine de bénévoles entourant Ursula Vogt, déléguée départementale, et Michel Bonnet, président, pour la présentation officielle du lieu. Mais ils sont une vingtaine de bénévoles mobilisables pour animer l'endroit ouvert depuis janvier rue de la Fuye à Tours. Un lieu qui s'ajoute à l'accueil dispensé par le Secours Catholique mais ouvert à tous et dont la convivialité est le maître-mot. « C'est ouvert à tous du lundi au vendredi de 14 h à 17 h, on voit de la lumière et on entre, pas besoin d'invitation », résume Ursula Vogt. Ici, du café, des gâteaux, du jus de fruit bio aux prix plutôt symboliques, attendent les hôtes. Pour ce qui est du cadre, c'est « commeà la maison ».

      À cet accueil s'ajoutent des animations, « selon les envies de chacun ». Les animateurs bénévoles ont déjà des projets d'ateliers : conversation anglaise avec Neil, Anglais arrivé de Montpellier, jeux de société avec Marie-France, « Do it yourself », veillée littéraire, tricot, café de l’emploi et même danse en ligne, avec Sandrine. Le café proposera également une « accorderie », sorte de bourse de services, et il a en projet un « atelier parentalité ». Les Young Caritas, jeunes bénévoles, animeront également des lieux.

      Les bénévoles, conscients de l'isolement de certaines personnes, en particulier des personnes âgées, entendent bien participer pleinement à la vie du quartier Velpeau en accompagnant les projets des habitants et n'excluent pas d'organiser, par exemple, une fête des voisins ou des concerts. Ils s'emploient maintenant à distribuer des flyers aux alentours pour faire connaître le café.

      +d'infos

      Café Fraternité

      35, rue de la Fuye à Tours

      cafefraternite.370@secours-catholique.org

      Les Brèves

      • Le RN à la peine dans le département

        Malgré le très bon score de Marine Le Pen à l’élection présidentielle en 2017 (30,77 %) puis de la liste RN aux Européennes (20,79 %), le parti peine à constituer des listes pour les prochaines élections municipales. Après le retrait de Véronique Péan à Joué-lès-Tours, il ne pourrait y avoir que deux listes dans le département : à Tours où Gilles Godefroy, l’un des deux conseillers municipaux sortants, est partant ; et à Ballan-Miré où Jean-Michel Pottier est un prétendant. Mais encore faudra-t-il attendre le dépôt des listes pour voir si l’une d’entre elles est bien RN car en 2014 aussi une liste devait être déposée et ce ne fut pas le cas. Outre la difficulté de trouver des candidats, le RN doit aussi passer l’obstacle de la parité car pour les militants, c’est tentant, mais pour les militantes, c’est l’attente...

      • 429 KM

        LE CHIFFRE DE LA SEMAINE

        C’est le nombre de kilomètres de routes départementales sur lesquelles la vitesse de 90 km/h va être rétablie. Sont notamment concernées la D 943 (Tours-Loches), la D 751 (Tours-Chinon), la D 910 (Tours-Sainte-Maure), la D 766 (Château-Renault - Neuillé-Pont-Pierre - Château-la-Vallière), la D 760 (Loches - Sainte-Maure -Chinon) et la D 31(Château-Renault - Amboise - Loches).

      TOPS & FLOP

      Les Brèves

      • TOPS

        Le CHRU en soutien des femmes victimes de violences conjugales

        Le CHRU de Tours a signé une convention avec le parquet pour permettre aux victimes de violences conjugales de bénéficier d’une prise en charge judiciaire rapide. Grâce à une ligne téléphonique dédiée, elles pourront rentrer en contact avec les services de police ou de gendarmerie sans avoir à se déplacer en vue d’un dépôt de plainte futur. Le but est d’éviter de laisser repartir la victime sans lui proposer une prise en charge judiciaire. Cela peut aussi permettre de limiter les risques de récidive, car un cas signalé et traité est beaucoup plus dissuasif pour l’auteur des faits. Même si la victime ne souhaite pas porter plainte, elle pourra aussi faire constater ses blessures au service des urgences médico-judiciaires à l’institut médico-légal de Tours, également signataire de la convention. « Une avancée très importante » pour Caroline Lefranc, directrice adjointe du CHRU Trousseau puisque la prise en charge médicale assurée par ses services est ainsi complétée par la prise en charge judiciaire.

      • FLOPS

        Les sinistrés du coteau de Montbazon pas sortis des éboulis

        Le 14 décembre dernier, une partie du coteau s’est effondrée en deux temps – à 4 du matin, puis à 22 h – sur les maisons situées au pied de la forteresse de Montbazon. Bilan du sinistre : entre 500 et 700 m3 de tuffeau dans le jardin de six maisons qui, depuis, sont frappées par un arrêté municipal interdisant d’y habiter jusqu’à nouvel ordre. Ce qui n’arrange évidemment pas les familles, d’autant qu’une d’entre elles, venait d’acheter il y a moins de 2 ans à cet emplacement. Ce dont on pourrait s’étonner mais sans doute qu’un diagnostic géologique réalisé à l’époque ne pouvait prévoir que les pluies abondantes de l’automne allaient fragiliser le coteau à ce point. Mais il est à parier qu’avec l’alternance des périodes de grande sécheresse comme on en a connu l’été dernier, et de fortes pluies comme à l’automne, ce phénomène se généralise ici et ailleurs. En attendant, les victimes espèrent que le décret de catastrophe naturelle soit pris rapidement afin de leur permettre de passer à autre chose... Au pied du coteau ou ailleurs ?

      Le clin d'oeil