Les Brèves

    Les alternants ont droit à leur hôtel !

    Formation

    Depuis septembre, l’hôtel de l’alternance, dans le centre-ville de Tours, accueille apprentis et stagiaires qui ont besoin de solutions de logement à la semaine voire à la nuitée. Un concept novateur inauguré vendredi 3 février avec les élus et les responsables du projet.

    Par Marie Deroubaix

    « Une priorité a été donnée à la jeunesse et à ce moment particulier de la vie qui est le temps de l’insertion. » C’est avec ces mots que François Bonneau, président de la région Centre-Val de Loire, a inauguré l’hôtel de l’alternance, vendredi 3 février, dans le centre-ville de Tours. Ouverte depuis septembre, cette résidence est une réponse aux besoins spécifiques des jeunes âgés de 16 à 30 ans, en formation par alternance (stage, contrat de professionnalisation ou apprentissage) qui cherchent un hébergement à la semaine, voire à la nuitée. « C’est une sorte de FJT (NDLR : Foyer de jeunes travailleurs) géré comme un hôtel », s’est satisfait Jean-Patrick Gille, député PS, avant d’ajouter : « c’est une idée simple à dire comme ça, mais ce n’est pas si évident à mettre en place. » Un constat que Jacques Lucbereilh, secrétaire général de la préfecture d’Indre-et-Loire, ne saurait démentir : « Plus de six ans ont été nécessaires entre la publication de l’appel à projet et l’inauguration. Il y a eu des difficultés techniques, juridiques et financières. » Finalement, cet hôtel de l’alternance a bel et bien pu voir le jour depuis la rentrée de septembre. Il comprend 45 logements, parmi lesquels sont proposés des studios de 20 m2 tout équipé ou des deux ou trois pièces jusqu’à 49 m2 à partager. En tout, 60 places d'hébergement sont disponibles. Chaque résident a également accès à des espaces de vie communs : cuisine partagée, salle de détente, terrasse et même salle de sport. Comptez 22 euros la nuit pour un studio et 18 euros pour une chambre dans un T3.

    Implanté sur le site des anciennes casernes Beaumont-Chauveau

    Ce FJT des temps modernes va permettre de créer un certain dynamisme sur le territoire : il permettra aux organismes de formation de valoriser leur offre en proposant à leurs stagiaires ou apprentis une solution d’hébergement adaptée. Pour les entreprises, cette résidence représente également une opportunité pour recruter plus facilement des jeunes en apprentissage ou en contrat de professionnalisation.

    L’hôtel de l’alternance est implanté sur le site des anciennes casernes Beaumont-Chauveau. Un emplacement stratégique sur un nouveau secteur urbain en mutation. Là aussi, il s’agit d’un vecteur de valorisation des filières de l’alternance, qui sont habituellement relayées en périphérie des villes. François Bonneau conclut : « Nous sommes la première région pour la place donnée à l’alternance. C’est la région qui a le plus grand nombre d’apprentis. »

    Les Brèves

    • Comment le projet a-t-il été financé ?

      Géré par l'association Jeunesse et Habitat, ce projet a été porté par Tour(s) habitat. Son coût s’élève à 4 millions d’euros. L'État en a été le principal financeur à hauteur de 1,8 million d’euros, suivi par l'Agglo (675 000 euros), la Région (450 000 ?euros), le Département (135 000 ?euros), le reste provenant de fonds propres et d'emprunts. 

    Actu People !

    Les Brèves

    • Philippe Briand en correctionnelle

      Ce n'est pas réellement une surprise pour le député et président de Tour(s)Plus. Il avait, lors d'une interview qu'il nous avait accordée, confirmé qu'il s'attendait à cette conclusion, faute pour lui que l'instruction sur l'affaire des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy ait pu réellement déterminer des responsabilités claires. Il expliquait : « je me sens couvert d'une boue que je ne mérite pas. Je sais ce que j'ai fait et ce que je n'ai pas fait ».

      Ce sera maintenant, lors du procès, que les treize prévenus pourront, peut-être, faire émerger une part de vérité qui sera potentiellement en mesure d'écarter certains de cette affaire encore trop mystérieuse. Est-ce que cette décision de renvoi sera de nature à écarter Philippe Briand de l'élection législative ? Probablement pas, d'autant qu'il déclarait dans nos colonnes « Je n'ai jamais été moralement mis en cause par les Tourangeaux et c'est ce qui compte ».

    • Bientôt la fin du suspense

      Les négociations vont bon train entre Les Républicains et l'UDI pour la désignation officielle des candidats aux législatives. Du côté du président départemental LR, Frédéric Augis, « sincèrement, je n'ai aucune information ». Sophie Auconie, candidate déclarée dans la troisième circonscription pour l'UDI, en revanche, confirme que la situation évolue : « Il reste encore deux ou trois points de blocage sur des désignations qui ne concernent pas notre région ». Aurait-elle des informations la concernant ? « Non. Les négociations sont en train d'aboutir et l'accord ne sera validé qu'à leurs termes. Mais je suis sereine ».

    Actualités en bref

    Les Brèves

    • Elle n’aura jamais aussi bien porté son nom !

      Tours Cité Internationale de la gastronomie a confirmé en un seul rendez-vous son aspect fédérateur sur le territoire. En effet, 15 des 22 confréries tourangelles avaient répondu à l’invitation de l’association. Elles se sont retrouvées à la Villa Rabelais, siège et lieu fédérateur de la structure présidée par Emmanuel Hervé : « Ce rassemblement marque un nouveau tournant important dans la mission qui est la nôtre de valorisation et de mutualisation des savoirs et des compétences existants. L’association ouvre par ces premiers échanges avec les confréries locales de nouvelles perspectives régionales pour contribuer à œuvrer au rayonnement du Val de Loire ».

      Si la photo est belle, pour cette image de rassemblement autour de cette structure à vocation de préservation, de transmission de patrimoine et de rayonnement, les participants se sont aussi retrouvés autour d’une table avec au menu les missions de l’association, ses projets et ses actions. Il fut notamment question de l’organisation, à l’automne 2017, du premier Festival de la Gastronomie et de l’Art de vivre. « Cette rencontre a permis d’échanger sur des thématiques chères à tous », ajoute Emmanuel Hervé : « la valorisation des produits du terroir, l’appétence – pour ne pas dire l’appétit – pour la convivialité et le partage autour de spécialités culinaires ou viticoles et le développement touristique et économique de la Touraine grâce à sa réputation gastronomique ».

      Des engagements ont été pris par certaines confréries pour venir s’ajouter aux actions menées par l’association et notamment le Grand Repas, le déjeuner champêtre de la Forêt des livres et bien évidemment ce festival qui s’annonce comme un grand moment.

      Tous ont promis de se retrouver à nouveau fin mars à la Villa Rabelais pour poursuivre les échanges et partenariats.