Les Brèves

  • Le chiffre : 17

    C’est le nombre d’épreuves qui ont été concourues cette année au meeting Gilbert-Bozon.

Le club de natation de Tours s’illustre à domicile

Les Enfants de Neptune

Le club des Enfants de Neptune de Tours a battu tous les records samedi 4 et dimanche 5 février lors du meeting Gilbert-Bozon, qui s’est déroulé à la piscine du même nom. À moins de deux mois des qualifications nationales, Céline Pagé-Sabourin, entraîneuse, est confiante pour ses petits protégés. Rencontre.

Par Marie Deroubaix

54 clubs se sont affrontés au meeting Gilbert-Bozon, à Tours, le week-end du 4 et 5 février. Bilan ? « Nous sommes le premier club en termes de podiums et en termes de titres », se satisfait Céline Pagé-Sabourin, entraîneuse des Enfants de Neptune de Tours (ENT). Ses élèves ont su se démarquer parmi les 360 nageurs présents, dont l’âge variait de 13 à 25 ans. Parmi les prodiges du bassin, on retrouve la tourangelle Julie Boutin. À 18 ans, elle a remporté ses six épreuves : le 100 m nage libre, 50 m, 100 m et 200 m dos, 50 m, 100 m et 200 m papillon. Son triplé sur les épreuves de dos lui a permis de signer un autre triplé : son 3e trophée Gilbert-Bozon, récompensant le meilleur total des cotations à l’addition des points du 100 m dos et du 200 m dos. Julie Boutin est en équipe de France depuis six ans et s’entraîne au club des ENT depuis l’âge de 8 ans.

Des entraînements six à neuf fois par semaine

Autre espoir du club, Sarah Moreau, qui espère se qualifier cette année pour le championnat de France Élite. À bientôt 16 ans, elle a terminé la compétition avec six podiums dont trois titres en six courses, sur le 400 m et 800 m crawl, et le 200 m papillon. Elle confesse que « les entraînements du mois de janvier ont été durs ». Il faut dire que les nageurs des Enfants de Neptune doivent s’accoutumer d’un rythme particulièrement intense : « Les entraînement varient entre six à neuf fois par semaine selon le niveau. À cela, il faut également rajouter deux à trois séances de musculation par semaine », explique Céline Pagé-Sabourin. Mais pour le meeting Gilbert-Bozon, l’entraîneuse a fait preuve de stratégie : « Je les avais ralentis deux jours avant pour qu’ils fassent de bonnes performances ce week-end. » La prochaine étape pour les élèves de Céline Pagé-Sabourin est le meeting de l’Ouest, les 4 et 5 mars. « C’est le dernier meeting de travail avant les qualifications nationales qui auront lieu à Rennes du vendredi 24 au dimanche 26 mars », explique l’entraîneuse avant d’ajouter : « Ces meetings permettent aux nageurs à la fois de s’entraîner mais aussi de voir où ils en sont. » Parmi les espoirs du club que Céline Pagé-Sabourin souhaite voir se qualifier aux championnats de France Promo, catégorie en-dessous du championnat de France Élite, on retrouve Orhan Dine-Moreira (18 ans), Léa Cepeck (14 ans), Nathan Cloutour (17 ans) et Lola Bachet (18 ans). 

Les Brèves

  • Comment le meeting Gilbert-Bozon est-il né ?

    Gilbert Bozon est devenu champion de France en 1951 à l’âge de 16 ans. Entre 1952 et 1955, il améliore les records du monde sur le 100 m dos et le 200 m dos et devient Champion d’Europe en 1954 à Turin. Il ne parvient pas à remporter de médaille lors des Jeux Olympiques de 1956 à Melbourne. Il prend alors sa retraite sportive et devient entraîneur. Il prit par la suite la présidence du club de natation des Enfants de Neptune de Tours. Lorsqu’il décède le 21 juillet 2007, les dirigeants du club des ENT décident d’organiser, à sa mémoire, un meeting d’envergure nationale.

Sport en bref

Les Brèves

  • Le raté du TFC

    Football

    Difficile de trouver des points positifs dans la prestation des joueurs de Fabien Mercadal, face à Amiens, mardi dernier à domicile. Certes, Amiens, troisième du classement, n'a aucun doute sur ses forces alors que le TFC, en lutte pour le maintien, est loin d'afficher des certitudes. La situation semblait encore plus complexe mardi soir. Car si les dernières rencontres de l'équipe tourangelle laissaient à penser qu'une dynamique avait été enclenchée et qu'il ne manquait qu'un soupçon de réalisme pour qu'elle porte ses fruits, mardi soir, c'est une autre formation, brouillonne, friable, sans inspiration, qui a pris place sur la pelouse.

    Si le montant a privé, en seconde période, le TFC d'une égalisation qui aurait peut-être permis d'entamer un autre match, la fatigue de ce sprint pour tenter de revenir au score et la fébrilité excessive explique ce large score (0 à 3) et le carton rouge qui a réduit l'équipe à dix.

    Avec la victoire d'Orléans et d'Auxerre, le TFC se retrouve ainsi lanterne rouge avec néanmoins un match en retard. Mais ce raté n'est pas à reproduire. Il y a urgence à prendre des points.

  • Les Remparts solides

    Hockey sur Glace

    Que peut-on regretter après la prestation des Remparts contre Anglet : la défaite évidemment. Mais uniquement la défaite. Si la prolongation a été fatale face à une équipe que le coach tourangeau savait difficile à manière, les joueurs locaux, de retour sur leurs terres  – glacées –, ont réalisé un match sérieux. Le portier des Remparts, lui, a démontré une fois de plus que l'équipe pouvait lui faire confiance pour se sortir, parfois, de situation plus que complexe.

    Avec ce petit point glané, les Remparts conservent leur quatrième place. Et il y a fort à parier que ce match aura des répercussions positives dans les rencontres à venir. D'autant, Brest devient pressant dans le dos des Tourangeaux au classement. Maintenant, il faut ramener des points et des victoires.

  • Le groupe a tenu

    Volley-Ball

    Le TVB a su passer deux étapes importantes au fil de la semaine. Le match aller à Thessalonique était évidemment d'importance car il fallait marquer les esprits à l'extérieur. Une belle performance (3 sets à 2) qui permettra, peut-être, aux Tourangeaux de faire peser totalement sur les épaules des Grecs la tension de la rencontre au match retour. Une victoire avec le bonus psychologique sur lesquels le coach du TVB comptait avant ce huitième de finale de coupe d'Europe.

    Pour compléter le tableau, la victoire face à Nice, au courage cette fois, est aussi une performance de taille compte tenu du programme épuisant des Tourangeaux. Un succès d'équipe, dans la solidarité... De quoi conforter les choix de Giampaolo Medeï qui nous confiait récemment que son arme fatale, c'était l'esprit de groupe et son homogénéité. La preuve par deux.