À l’assaut des châteaux pour chasser les œufs !

Les Brèves

  • Au château du Clos Lucé

    Le château du Clos Lucé, la dernière demeure de Léonard de Vinci, organise une chasse aux œufs en chocolat destinée aux enfants autour d’un parcours retraçant les inventions du Génie de la Renaissance. Les enfants pourront s’amuser et se régaler, tout en se cultivant. Il faudra qu’ils se montrent futés pour percer les énigmes qui protègent ces trésors chocolatés, dispersés dans les recoins les plus inattendus des jardins ! C’est une occasion pour les petits comme pour les plus grands de faire connaissance avec Léonard de Vinci tout en s’amusant.

    Informations pratiques : 2 rue du Clos Lucé, 37400 Amboise. Samedi 15 avril à 10h30 et 15h. Dimanche 16 et lundi 17 avril à 10h30. De 4 à 14 ans. 12€/personne. Places limitées : réservez au 02 47 57 55 78 ou à reservations@vinci-closluce.com 

  • Au château de Langeais

    Des indices disséminés dans le parc... Une mystérieuse louve et une intrigante chèvre... Une cabane perchée et les vestiges d’une chapelle... Les restes du plus vieux donjon de France et le souvenir d’un comte puissant et féroce... Petits et grands enquêteurs iront de découverte en découverte et perceront les secrets de la forteresse de l’an mil. Et bien sûr, les trésors de Pâques attendront les valeureux gagnants.

    Informations pratiques : Place Pierre de Brosse, 37130 Langeais. Dimanche 16 et lundi 17 avril, de 10h30 à 18h. Pour les enfants de 7 à 12 ans, sans réservation. Tarifs : entrée adulte à 9€, enfant 10-17 ans à 5€. Les animations sont sans supplément de prix. 

  • Au château du Rivau

    Accompagnés d'un animateur, les enfants partiront à la recherche des œufs en chocolat cachés dans les jardins. Ils devront résoudre des énigmes qui leur permettront de passer les différentes épreuves pour gagner les œufs en chocolat et rechercheront des objets représentant la vie de château.

    Informations pratiques : Rue du Château, 37120 Lémeré. Les 15, 16 et 17 avril à 11h et 15h15. Réservation conseillée. La chasse aux œufs convient aux enfants de plus de 4 ans. Plus de renseignements sur www.chateaudurivau.com. Droit d'entrée + 2€/enfant.

  • Une chasse au trésor sur les traces du bâtisseur de Cheverny

    Le parc du château de Cheverny ouvre ses portes aux aventuriers pour trouver le trésor du chancelier Henri Hurault. L’aventure les mènera aux quatre coins du Domaine et leur fera découvrir tous les mystères de Cheverny. Au programme : cachettes, histoire, architecture et anecdotes...

    Informations pratiques : 2€ par enfant (en plus de l’entrée sur le domaine). De 9h15 à 18h30. Plus de renseignements sur www.chateau-cheverny.fr. Cette chasse au trésor est proposée tout au long de l’année.

Les Brèves

  • NATURE ET CULTURE À CANDÉ

    Le Domaine de Candé conjugue nature et culture le temps d’animations pour toute la famille qui rythmeront les vacances scolaires. Dans le parc, les enfants pourront ainsi exercer leurs talents de bricoleurs et créateurs en fabriquant des nichoirs à oiseaux ou des cabanes à insectes. Et bien au chaud dans le château, on visitera en famille la bâtisse avec des visites contées qui rendent la visite ludique pour les petits comme pour les grands !

    Ateliers nature jeudi 13 avril à 14h, visites en famille mercredi 19 et vendredi 21 avril à 14h au Domaine de Candé, Monts. Ateliers 8€, visite guidée ou contée 4€. Résa. fortement conseillée au 02 47 34 03 70.

Printemps rime avec réveil de la nature : découvrons-la en famille !


BIENVENUE À LA FERME

Citadins ou ruraux, une chose est sûre : on connaît peu le monde agricole. C’est pourquoi les Chambres d’agriculture vous proposent le temps d’un week-end de franchir les portes d’exploitations agricoles membres du réseau « Bienvenue à la ferme ». En Touraine, ce ne sont pas moins de 55 agriculteurs qui défendent une agriculture à taille humaine et pratiquent la vente directe et l’accueil des visiteurs au fil des saisons.

Pour cet événement spécial Bienvenue à la Ferme qui se tiendra dimanche 16 avril 2017, une bonne partie d’entre eux sera logiquement de la partie ! Dix-neuf fermes ouvriront en effet leurs portes au grand public, avec a minima une visite de l’exploitation et une dégustation de produits fermiers.

En Sud-Touraine, les élevages de chèvre et leur fameux fromage seront à l’honneur à Ligueil, Sainte-Maure-de-Touraine, Marcilly-sur-Maulne ou Dolus-le-Sec. À Beaulieu-lès-Loches, Betz-le-Château, La Celle-Guénand, Faye-la-Vineuse ou encore Saint-Épain, les visiteurs découvriront tantôt les élevages de bovins et volailles avant de déguster une bonne pièce de viande, tantôt le maraîchage avec ses fruits et légumes de saison. Quant au vin, il est également à l’honneur du côté de Chargé, ou à Cravant-les-Coteaux pour déguster les vins du Chinonais.

Comprendre la fabrication du fromage, traire une chèvre ou récolter des asperges : l’occasion est idéale pour tester le circuit le plus court possible du champ au client !

Dimanche 16 avril (et dès le samedi 15 pour certains lieux). Programme détaillé sur www.bienvenue-a-la-ferme.com/centre – animations gratuites.

Les Brèves

  • LA FERME DU CABRI AU LAIT, PÉDAGOGIQUE TOUTE L’ANNÉE !

    Tout au long de l’année, Claire et Sébastien Proust accueillent petits et grands dans leur ferme de Sepmes, en Sud-Touraine. Entre deux traites et soins à leur troupeau de chèvres, ces jeunes agriculteurs partagent avec leurs visiteurs divers types d’animations, à commencer bien sûr par les chevrettes et la fabrication du fromage ! Mais les ateliers fromage des 13, 18 et 20 avril affichent déjà complet. Reste donc la découverte des animaux de la ferme à ces mêmes dates, en attendant les prochaines animations autour des plantes aromatiques et médicinales ou la naissance des chevreaux…

    Jeudi 13, mardi 18 et jeudi 20 avril à 9h30 : Animaux de la ferme et vie de la mare, à la ferme du Cabri au Lait, Sepmes. Tarif 6€. Inscription claireproust@cabriaulait.fr. 

Les Brèves

    À la conquête de la Touraine Viking

    Parcours d’histoire

    Les Vikings n’ont jamais eu autant le vent en poupe ! Après le succès de la série, l’épisode d’Astérix et Obélix, les groupes de métal et les jeux vidéo, pourquoi ne pas profiter des vacances pour remonter la Loire sur les traces de ces « barbares sanguinaires », plutôt d’origine danoise, qui ont durablement marqué la Touraine de leurs nombreux raids entre 843 et 903 ?

    Par Aurélie SCHNEL


    D’amont en aval, la Loire a déversé ses richesses sur la Touraine, faisant de la région une terre de convoitises, attirant les puissants et les envieux pour qui la cupidité n’avait aucune limite. Pas étonnant que durant tout le IXe siècle, les Vikings aient remonté le fleuve royal, attirés par l’odeur alléchante des conquêtes, de la gloire et des pillages, semant le chaos, l’effroi et la mort. Inspirant autrefois la terreur et forçant aujourd’hui l’admiration, les Vikings ont largement participé à la formation de la Touraine féodale. Pour s’en protéger on construit des forteresses, on élève des enceintes, on fortifie les villes, on tente de les convertir, on paye des rançons, on leur offre des terres et des châteaux. Ainsi, par exemple, le terrible Hasting, chef Viking, devient comte de Chartres en 882.

    Les premières incursions scandinaves dans l’Empire Franc datent de 799. Mais, les Vikings redoutent la Loire, fleuve impétueux dont les eaux bouillonnent. Toutefois, profitant des troubles politiques qui interviennent à la mort de Louis le Pieux, dès 843, les Normands cherchent à remonter la Loire depuis leur campement de Noirmoutier. Le 24 juin, plus de 4 000 hommes, à bord de 67 drakkars arrivent à Nantes sous le commandement de leur chef Hasting. La ville est mise à sac, puis c’est au tour d’Angers, de Saumur, de Chinon… Tours résiste. Une nouvelle tentative est faite en vain en 845. Mais, l’automne 853 est fatidique, la réussite Viking est totale puisque 105 navires Vikings remontent la Loire jusqu’à Amboise. À leur bord, environ 60 hommes par bateau, pillant systématiquement toute la Touraine à la recherche de trésors. De nombreux raids s’en suivent (857, 862, 865, 867, 869, 871), détruisant ce qu’on a à peine le temps de reconstruire. Les raids barbares en Touraine prennent définitivement fin en juin 903, alors que les côtes françaises y font face jusqu’en 1017. Saint Martin aurait protégé irrémédiablement la ville.

    Les Ponts-de-Cé, aux portes de la Touraine

    « J'ai traversé les Ponts-de-Cé. C'est là que tout a commencé... » dit la chanson d'Aragon. En 869, la menace Viking s’intensifie et Charles II, dit le Chauve ordonne la multiplication des fortifications et l’édification de défenses efficaces contre « ces diables de Vikings ». Ainsi, à l’emplacement stratégique de la confluence entre la Loire et la Vienne est édifié un pont fortifié complété d’une motte féodale protégeant ce qui constitue l’unique passage sur la Loire. Pour assurer leurs arrières, les défenses ligériennes détournent le débit de la Loire en développant une rivière secondaire : le Louet, bloquant le passage aux navires ennemis.

    Le château d’Ussé, forteresse Viking

    Bien avant d’être le merveilleux château de la Belle au Bois Dormant, Ussé était une forteresse en bois, érigée en 1004 par Gueldin 1er de Saumur, surnommé le Diable de Saumur, ancien Viking converti mais redoutable, à qui le comte de Blois, Thibaut II, avait confié les seigneuries de Saumur, d'Ussé et de Pontlevoy. Son fils Guelduin II lança en 1040 la construction du premier château en pierre.

    Tours

    La basilique St-Martin : Le 8 novembre 853, les Normands atteignent la ville de Tours. La population, terrifiée, se réfugie dans la cité fortifiée. Faute de pouvoir pénétrer les défenses, l’envahisseur se tourne vers le riche faubourg en plein développement, installé autour de la basilique Saint-Martin. L’édifice est intégralement ravagé, pillé et incendié.

    La brèche normande, rue des Ursulines fut le théâtre d’un véritable miracle. En effet, en 903, après avoir une nouvelle fois ravagé la basilique, les Vikings se ruèrent à l’assaut des remparts de la ville. Ils y campèrent durant 3 mois, terrorisant les habitants. Les défenses tourangelles prêtes à céder, on espéra un miracle. Il suffisait de demander ! La ville fut sauvée par Martin. Les reliques du saint, portées en procession, épouvantèrent les Normands, pris subitement de vertiges, et les mirent en déroute ad vitam aeternam ! Chaque année, ce « jardin des Vikings » accueille l’Association Torvald qui y reconstitue les grandes batailles.

    Marmoutier : L’abbaye de Marmoutier, la plus ancienne abbaye de France, n’échappe pas aux pillages, bien au contraire. En 853, une importante crue de la Loire, repousse les barbares qui, faute de mieux, s’attaquent à Marmoutier. L’abbaye est mise à feu et à sang, 126 moines sont massacrés, 24 en réchappent. Héberne, le prieur, eut à subir d’horribles tortures, mais survécut suffisamment pour assister au cruel spectacle du massacre de ses frères. Au total, cette année-là, les Vikings auraient saccagé 28 églises. Ils réitèrent en 903 et ravagent 22 établissements religieux.

    Saint-Martin-le-Beau

    Le 30 juin 903, après avoir été repoussés par les Tourangeaux grâce au miracle de Saint-Martin, les Normands sont finalement écrasés dans une sanglante bataille au cœur de la campagne tourangelle. Plus de 900 Vikings rejoignent le Walhalla. Sur le lieu de la victoire, on bâtit une église : Ecclesia Sanctus Martinus Belli, c’est-à-dire l’Église de la Guerre de Saint Martin, aujourd’hui Saint-Martin-le-Beau.

    Les Brèves

      Art et histoire au cœur de nombreuses animations

      Les Brèves

      • Découverte des métiers au musée du compagnonnage

        Pour les vacances, le musée du Compagnonnage a mis en place l’opération « prépare ton baluchon ! » Le principe ? Accompagnez vos enfants au musée sur un parcours ludique. Ils commenceront leur « Tour de France », ce long voyage qui leur permettra de se perfectionner dans leur métier pour devenir Compagnons. Munis d'un carnet de voyage qui leur indiquera le chemin, ils seront également soutenus par l’équipe du musée qui leur donnera quelques astuces afin de ne pas faire fausse route. Ce jeu de rôle les fera voyager à travers le musée à la découverte de l’artisanat. Ils apprendront ainsi les « ficelles du métier » !

        Musée du Compagnonnage, 8 rue Nationale, 37000 Tours. Jusqu’au 23 avril. Tous les jours sauf les mardis. De 9h à 12h30 et de 14h à 18h. À partir de 7 ans. Gratuit pour les moins de 12 ans / 4€ / 5,80€. Renseignements au 02 47 21 62 20 ou museecompagnonnage@ville-tours.fr - Site : www.museecompagnonnage.fr

      • Goûter, atelier modelage et visite au musée des Beaux-Arts

        Pour son animation « Tu es à croquer », le musée des Beaux-Arts de Tours mélange quête de connaissances avec un atelier manuel qui rime avec gourmandise. Adultes et enfants sont invités à un parcours jalonné par les portraits d’illustres personnages d’hier et d’aujourd’hui. Un intérêt plus particulier sera porté aux sculptures en buste présentes dans les collections du musée. La visite est suivie d’un atelier dédié au modelage en pâte d’amande… Cette médiation est réservée à tous les gourmands !

        Musée des Beaux-Arts, 18 place François-Sicard, 37000 Tours. Jeudi 13 et vendredi 14 avril, à 15h30. Réservé aux 6-10 ans. 

      • Une aventure dans un camp d’assaillant

        Partir à l’assaut d’une forteresse royale en suivant l’évolution des techniques de siège sur plus de trois siècles. C’est ce que propose le site de Chinon à travers une animation organisée durant les vacances de printemps. Un camp dédié aux enfants a été construit pour qu’ils puissent découvrir les équipements militaires et s’exercer au tir avec trois machines de jet adaptées à leur taille.

        Forteresse de Chinon, rue du château, 37500 Chinon. Tous les jours jusqu’au 23 avril, puis le samedi 29 et dimanche 30 avril et le lundi 1er mai, à 15h (1h). Tarif de la forteresse : 8,50€ tarif plein, 6,50€ tarif réduit, gratuit pour les moins de 7 ans. Réservation au 02 47 93 13 45 – Informations : www.forteressechinon.fr