Les Brèves

    « On aurait pu faire une saison quasi exceptionnelle »

    Chambray Touraine Handball

    Avec huit victoires et un nul sur dix-huit matchs, le CTHB s’est qualifié pour participer aux playoffs au mois de mai. En attendant, il reste aux handballeuses chambrésiennes deux matchs à jouer avant la clôture du championnat régulier. Un contre Nice vendredi 14 avril, et un autre le vendredi suivant, contre Celles-sur-Belle (près de Niort). Yves Guérin, président du club, dresse un premier bilan de cette saison 2016-2017, où les handballeuses évoluent désormais en Division 1.

    Par Marie DEROUBAIX


    La Tribune Hebdo : Comment définiriez-vous la saison que vit actuellement le CTHB ?

    Yves Guérin : Nous avons vécu un début de saison très difficile, dû notamment aux blessures et à la construction du collectif, avec pour débuter, six défaites d’affilée. Après ces débuts de championnat difficiles, nous avons assuré la semaine dernière notre place en playoffs, qui était l’objectif du club puisqu’il amène directement au maintien.

    Quel est l’enjeu des deux prochains matchs ?

    Yves Guérin : Les deux prochains matchs vont servir à définir notre classement final avant les playoffs. C’est très important. Aujourd’hui on peut finir quatrième comme septième. Mieux vous êtes classés, plus l’adversaire est abordable en quart de finale. Donc ce sont deux matchs très importants. Surtout que l’on joue contre des équipes qui sont plus mal classées que nous. Nice est 9e et Celles-sur-Belle est 11e.

    Comment expliquer cette période difficile, face à une saison précédente brillante ?

    Yves Guérin : Entre-temps on a changé de division, on a atteint le plus haut niveau national ! On n’est pas du tout dans le même environnement. On avait renouvelé l’équipe à plus de 50 %. C’était un moment difficile car les joueuses ne se connaissaient pas forcément. On a eu aussi des blessures, comme Blandine Dancette qui ne joue pas de la saison à Chambray. Il nous a manqué pendant une longue période Mouna Chebbah qui est l’une des meilleures joueuses du monde. On a eu notre meilleur buteuse Vanessa Boutrouille qui a manqué tout le début de championnat. On a eu beaucoup de soucis, encore aujourd’hui pour Koumba Cissé qui a une rupture des ligaments. Si on avait eu la chance d’avoir tout notre effectif, on aurait pu faire une saison quasi exceptionnelle. Mais désormais nous sommes dans une bonne dynamique et je pense encore aujourd’hui qu’il n’y a pas beaucoup d’équipes qui souhaitent nous retrouver en playoffs.

    Quelles sont les forces de l’équipe ?

    Yves Guérin : Les forces de l’équipe, c’est une très grande paire de gardiennes, beaucoup d’expérience, un très bel esprit d’équipe et le managérat du staff parce que commencer avec six défaites, c’était loin d’être évident.

    Quelles en sont ses faiblesses ?

    Yves Guérin : La découverte d’une nouvelle dimension, quand vous arrivez dans une division supérieure. Et la malchance d’avoir des blessures majeures, ce qui a empêché pendant un long moment de travailler aux entraînements. Mais à partir du moment où on a eu le temps de travailler, on voit le résultat aujourd’hui.

    Quelle est la stratégie de recrutement du club actuellement ?

    Yves Guérin : On avait un côté droit complètement désertique qu’on a voulu renforcer. Pour cela, nous avons annoncé l’arrivée de deux joueuses : Szimonetta Planeta et Marine Desgrolard. Deux gauchères qui arriveront au club lors de la reprise des championnats pour la saison 2017-2018. On continue de travailler sur le recrutement. Il devrait y avoir encore deux ou trois joueuses.

    Plutôt des joueuses matures ou des jeunes talents ?

    Yves Guérin : Les deux, mais le but est quand même de rajeunir l’effectif cette année.

    Les Brèves

      Sport en bref

      Les Brèves

      • Marco Simone limogé

        Football

        Visiblement, l’ancien footballeur et aujourd’hui entraîneur toujours tiré à quatre épingles n’est pas dans une bonne spirale. Poursuivi par des huissiers pour un litige qui l’a opposé à une entreprise monégasque sur fond de rénovation immobilière, le voilà dorénavant sans employeur après son limogeage de Laval. Lui qui expliquait alors qu’il était encore à la tête de l’équipe du TFC, devant les médias, qu’il lui paraissait plus facile d’entraîner le Réal de Madrid qu’un effectif de Ligue 2 aura probablement l’occasion de rebondir. 

      • Le leader, pas maître chez lui

        Football

        Le TFC a ramené un point précieux de son déplacement chez le leader, Brest. Un point qui comptera évidemment au moment de faire le bilan mais qui, sur un plan purement psychologique, vaut bien plus. Car loin d’interrompre une belle série, le Tours FC a su ramener quelque chose d’un déplacement périlleux d’autant que Brest avait probablement pointé cette rencontre comme un potentiel « trois points » pour conforter sa place d’accédant.

        Si, par ailleurs, Orléans a vu son appel rejeté – même si le club compte aller plus loin dans la liste des recours – et ne récupérera pas ses quatre points de pénalité infligés par la DNCG, les équipes menacées de relégation se tiennent toujours dans un mouchoir de poche.

        Pour conforter cette dynamique, il faudra embrayer face à Sochaux à domicile vendredi. Une victoire à domicile serait encore un excellent signal. D’autant que les cinq journées qui suivront seront toutes d’importance. Le déplacement à Auxerre qui suivra, notamment. Tout comme la réception de Clermont qui précèdera un match qui pourrait être capital à Laval. Les Tourangeaux offriront-ils, lors de l’avant dernière journée, l’occasion d’une fête à domicile pour la réception du HAC ? En tout cas, il faudra avoir les nerfs solides en cette fin de saison.

      • Le TVB pour une grande fête

        Volley-ball

        Si à l’heure où nous écrivons ces lignes, les joueurs de Giampaolo Medeï sont probablement en train de se préparer psychologiquement à entrer dans l’arène italienne pour le match aller de cette finale en deux phases de la coupe d’Europe, Tours est déjà dans l’impatience de retrouver ses « guerriers » dans son antre tourangeau. Si évidemment, tous espèrent que le résultat de mercredi permettra au TVB de préserver toutes ses chances de succès au match retour, la fête du volley-ball est, elle, annoncée.

        Après une telle campagne européenne, après tant d’abnégation, tous les supporters auront en effet à cœur de féliciter l’équipe quel que soit le résultat final. Même si chacun rêve d’un sacre.

      • Les Remparts plus fort encore

        Hockey sur glace

        « On y va étape par étape » analyse Bob Millette, le coach de l’équipe tourangelle. Des étapes successives qui ont vocation à amener le club au plus haut niveau… En ligue Magnus. Et ce projet, toujours d’actualité, renforcé même pas l’émergence d’une nouvelle patinoire à l’horizon 2019, est en pleine maturation. Malgré un budget toujours relativement faible par rapport aux autres formations, « j’ai pu avoir les renforts que je voulais tout en conservant la colonne vertébrale » commente Bob Millette. Des renforts qui vont apporter expérience, impact physique et profondeur de banc. Autant d’éléments qui doit permettre à Tours de conserver son rang car « tout le monde se renforce » avec de surcroît un nombre important d’équipes qui débarque de la ligue Magnus. « Il va y avoir du lourd » commente le coach et « il faudra encore serrer les dents même si, de retrouver une patinoire totalement opérationnelle avec tous nos supporters c’est très motivant pour les joueurs comme pour les finances du club ».

        Bob Millette n’en a pas pour autant fini avec le recrutement : « j’ai encore trois joueurs à aller chercher ». Et visiblement, la réputation de sérieux de Tours l’aide dans ses démarches : « Ils savent qu’ici on travaille bien, que l’on rend nos joueurs meilleurs ». Et bien évidemment il y a le projet tourangeau mais « pour cela il reste encore beaucoup de coups de patins à donner. Mais on va faire le spectacle, c’est sûr ».