Les Brèves

    2e ligne de tram : « Le boulevard Jean Royer est une évidence »

    région


    Entre le boulevard Béranger et Royer, le cœur des élus balance... Alors que le conseil métropolitain s’est réuni lundi 16 octobre pour valider le projet de deuxième ligne, et qu’il ne fait plus de doutes que les hôpitaux Trousseau et Bretonneau y seront rattachés, reste des incertitudes sur ce point. Pourtant, pour Alain Devineau, ancien adjoint à l’urbanisme : « le boulevard Jean Royer est une évidence ! Il a toujours été prévu de le faire passer par là. Cela permettra de desservir le quartier des casernes Beaumont-Chauveau, qui va accueillir 700 nouveaux logements. Sur ce boulevard, il y a du renouvellement urbain de part et d’autres, contrairement à Béranger, qui ne peut en accueillir. » Hors, le tracé d’un tram doit se penser de manière « visionnaire », en prenant en compte « l’aménagement de la ville pour les 20 ans à venir », et pas seulement apporter une réponse à un problème de mobilité. Autre problème révélé par l’ancien adjoint, « il a toujours été difficile de négocier avec les architectes des bâtiments de France pour faire passer un tram boulevard Béranger. » Enfin, il paraît essentiel à Alain Devineau que le tracé passe par le quartier des fontaines « afin de le désenclaver, comme cela a été fait pour les quartiers du Sanitas et de La Rabière ». Les délibérations sur ces corridors se feront suite à des études complémentaires (fréquentation, coût, impact sur l’urbanisme). Il faudra donc encore être patients. 

    Les Brèves

      Les Brèves

        Voitures électriques Une recharge ultra-rapide inaugurée

        ON Y était

        C’est en grande pompe qu’a été inaugurée la nouvelle borne de recharge électrique du département. Le super chargeur, situé à l’entrée de l’A10 de Sainte-Maure-de-Touraine, va permettre de recharger un véhicule électrique ou hybride en 25 minutes (au lieu de 2 heures sur les bornes normales).

        Les Brèves

          EN DIRECT

          Les Brèves

          • On passera bientôt de 273 à 272 communes

            Indre-et-Loire

            Au 1er janvier 2018, la commune de Tauxigny fusionnera avec celle de Saint-Bauld. La nouvelle commune prendra le nom « Tauxigny-Saint-Bauld » et la municipalité siègera à Tauxigny. 

          • Fermeture des serres du Jardin Botanique

            Tours

            Les serres de collection Biodivers du Jardin Botanique seront exceptionnellement fermées au public jeudi 19, vendredi 20 et lundi 23 octobre (ouverture prévue le week-end), puis du lundi 30 octobre au vendredi 3 novembre. 

          • La grogne de Val Touraine Habitat

            Logement social

            Le premier bailleur social de la région Centre-Val de Loire, Val Touraine Habitat, loge 7 % de la population du département. Il a voté une motion lundi dernier pour protester contre les mesures du Gouvernement visant à faire baisser les loyers dans les logements sociaux. 

          • Les cyclistes ne feront pas étape à Tours

            Tour de France 2018

            Certains avaient une lueur d’espoir... Mais il n’en sera rien. Tours ne sera pas une ville étape du Tours de France 2018. C’est désormais officiel grâce au parcours dévoilé mardi dernier par les organisateurs. La dernière fois que la ville avait accueilli les sportifs était en 2013. 

          TOPS & FLOPS

          Les Brèves

          • TOPS

            Circulation douce

            Un nouveau pont à la Gloriette !

            Jusque-là, les Jocondiens qui voulaient se rendre à la Gloriette, à pied ou à vélo, ne le faisaient pas sur un passage sécurisé. Désormais, la passerelle du Placier, au-dessus du Cher, permet d’enjamber Joué-lès-Tours et Tours de façon totalement sécurisée. La passerelle fait 23 mètres de long. Il a fallu deux mois de travaux avant qu’elle ne voit le jour.


            Joué-lès-Tours

            Nettoyer, balayer, astiquer...

            Depuis cet été, la ville de Joué-lès-Tours a sa brigade « Ville Propre » pour s’assurer du nettoyage quotidien de la voie publique. Disponible sept jours sur sept et capable d’intervenir en moins de deux heures, elle est complémentaire à la Propreté Urbaine et répond à différents besoins comme le nettoyage des trottoirs et l’entretien de la signalétique. Elle peut aussi gérer les encombrements des rues et les désordres liés à l’assainissement. 

          • FLOPS

            Amboise

            Menaces sur le centre de périnatalité

            Alors que la maternité d’Amboise a fermé en 2003, c’est cette fois-ci le centre de périnatalité qui est menacé de disparaître. Ce centre d’hébergement de proximité accueille les femmes et leurs enfants après l’accouchement. Environ 200 personnes ont manifesté pour défendre cette structure, samedi 14 octobre, suite à la décision de l'Agence régionale de Santé (ARS) de baisser les subventions qu’elle lui accordait.


            Football

            Les entraîneurs du TFC remerciés

            Avec neuf défaites et deux match nuls, le TFC ne brille pas cette saison en Ligue 2. De quoi prendre des décisions drastiques. Ainsi, les deux coachs Gilbert Zoonekynd et Nourredine El Ouardani ont été écartés par le club. 

          DERNIÈRE MINUTE - TOURS

          Les Brèves

          • Des adjoints pour une nouvelle équipe

            Après le vote qui a consacré Christophe Bouchet en tant que maire de Tours, quelques évolutions sont à noter dans l’exécutif de la ville de Tours. Des nouveaux venus tout d’abord avec Marion Nicolay-Cabane qui entre en première position en tant que première maire adjointe. Henri Rousseau, lui, devient adjoint en charge de la sécurité. Un homme qui aura fort à faire puisqu’il se retrouve au cœur des « compléments » apportés par Christophe Bouchet au projet initial de la majorité. Jérôme Tébaldi, lui, devient adjoint mais conserve la charge d’œuvrer sur les relations internationales. Autre nouvelle tête : Yasmine Bendjador.

            Pour ce qui concerne les « anciens », quelques précisions ont été données notamment sur les attributions qui restent inchangées. Thibaut Coulon conserve l’économie et le développement numérique. Hélène Millot conserve les finances. Et Christine Beuzelin aura toujours un regard sur la culture.

            Mais au lendemain de cette soirée de redistribution, aucune autre information n’a émergé. On imagine mal que Christophe Bouchet soit encore en phase de réflexion. Encore que. Puisqu’il n’a pas donné de précisions – à l’exception de ceux cités plus haut – lors de la conférence de presse qui a suivi le conseil municipal extraordinaire. La liste complète à retrouver sur notre page Facebook dès que… sur : www.facebook.com/tribunetours

          Les Brèves

            Une nouvelle cellule pour traiter les signalements préoccupants

            Protection des enfants

            En 2016, 1 191 informations préoccupantes ou signalements d’enfants en danger ont été traités. Un chiffre en augmentation par rapport aux deux années précédentes. Face à ce constat, le département, chef de file de la protection à l’enfance depuis 2007, a décidé de mettre en place un tout nouveau protocole d’actions. Explications. Marie DEROUBAIX 


            « Le traitement d’une information préoccupante doit se faire en trois mois. En Indre-et-Loire, et c’est notre honneur, on respecte ce délai, contrairement à d’autres départements », explique Jean-Gérard Paumier. Toutefois, le président du Conseil départemental d’Indre-et-Loire pense que le dispositif de recueil des informations préoccupantes (DRIP), instauré en 2010, n’était pas assez efficient. Avec le DRIP, dix points d’entrée permettaient de transmettre une information préoccupante, ce qui ne garantissait ni une équité de traitement, ni des modes d’action cohérents sur l’ensemble du département. Une toute nouvelle cellule, baptisée CRIP37*, vient ainsi de voir le jour. Elle centralise toutes les informations préoccupantes signalées sur le territoire et incarne l’interlocuteur privilégié de l’ensemble des professionnels, de l’Éducation nationale, des hôpitaux, des médecins et spécialistes libéraux, des associations, des services de police et de gendarmerie ou encore des élus locaux. Cela permettra un meilleur traitement des données, notamment des signaux faibles : « Plusieurs informations peuvent se recouper, au fil du temps, d’où l’importance de traiter ces petits signaux », explique-t-on. Aurélie Béron, juge pour enfants, se satisfait d’une telle initiative : « In fine, la CRIP va permettre à l’autorité judiciaire de prendre plus rapidement des décisions avec moins de déperditions des informations, un délai de traitement plus rapide, et une aide à la prise de décision grâce à un interlocuteur unique. » 

            * La CRIP est aussi la porte d’entrée pour tout citoyen qui a des doutes et des inquiétudes concernant un enfant. Le correspondant du service national d’accueil téléphonique est le 119. 

            Les Brèves

            • La phrase

              « La CRIP est là pour que les enfants, nombreux, puissent voir leur situation personnelle traitée dans les meilleurs conditions », Louis Le Franc, préfet d’Indre-et-Loire. 

            Les Brèves

              Une reprise pas encore solide

              Fédération Française du Bâtiment 37

              2017 marque incontestablement un mieux dans la filière du bâtiment. Mais les marqueurs ne sont pas au vert partout et cette reprise est fragilisée par des nouvelles dispositions fiscales et réglementaires.


              La Fédération Française du Bâtiment 37 a récemment communiqué des chiffres pour mettre en perspective une reprise annoncée. Elle se confirme enfin en 2017 avec notamment une croissance de l’activité sensiblement plus forte que celle annoncée en 2016 avec + 4 % contre 3,6 % initialement.

              Mais ces éléments positifs sont à prendre avec un peu de recul. Stéphane Pouëssel, président de la FFB37, a en effet mis en exergue quelques chiffres qui démontrent une disparité dans les éléments de croissance.

              Car si effectivement les mises en chantier de logements neufs dans le département sont dans la moyenne nationale (+ 15,6 %), le non résidentiel, lui, ne suit pas la courbe nationale et reste en recul.

              De la même façon, alors que la performance énergétique est sur toutes les lèvres, tant en France qu’au cœur de l’Indre-et-Loire –même si l’activité d’amélioration et d’entretien des bâtiments est sur une bonne courbe–,

              sur cette notion particulière et alors que l’environnement institutionnel est favorable, aucun décollage n’est encore en vue.

              De fait, si la courbe de l’emploi est toujours en léger décalage avec la reprise, en Touraine, la tendance reste encore et toujours en négatif pour ce qui concerne le premier semestre 2017.

              En revanche, les carnets de commandes étant mieux orientés, les défaillances d’entreprise continuent à reculer.

              Des craintes pour l’avenir

              Mais à peine ces éléments sont-ils posés que Stéphane Pouëssel tire la sonnette d’alarme. Les ventes de logements ont ainsi décroché dans le deuxième trimestre 2017, tant dans le collectif que dans l’individuel. « D’ailleurs le nombre et la production de crédits immobiliers pour le neuf baissent aussi sur la même période », précise-t-il. La FFB 37 ressent également, comme partout en France, les effets induits par la baisse des dotations de l’État aux collectivités. Jamais le taux de réalisation des investissements annoncés n’a été aussi faible ces dix dernières années.

              Enfin de nombreux dispositifs incitatifs en réflexion, comme le crédit d’impôt transition énergétique que Stéphane Pouëssel estime menacé en l’état, pourraient freiner cette pâle reprise.

              L’inquiétude est d’autant plus grande chez les entrepreneurs et artisans de cette filière que l’augmentation du plafond de chiffre d’affaires annoncé pour continuer à bénéficier du statut de micro-entreprise pourrait générer une « ubérisation » de l’économie et « c’est l’ensemble de notre système d’apprentissage, et au-delà de l’ensemble de nos organismes paritaires de branche, qui se trouveront fragilisés », ajoute le président de la FFB 37. 

              Les Brèves

                Les Brèves

                  Christophe Bouchet vainqueur au troisième round

                  Élection du maire de Tours

                  C’est au cours d’un conseil municipal extraordinaire qu’a été élu le nouveau maire de Tours mardi soir. Une « compétition d’ego » pour l’opposition, une fracture à ciel ouvert pour la majorité. Avec le départ de Serge Babary, démissionnant de son poste pour aller siéger au Palais du Luxembourg, la place laissée vacante était très convoitée et à partager, à part égale, entre les soutiens de Christophe Bouchet et de Xavier Dateu. Ce qui n’a pu se régler en famille s’est donc réglé en public lors d’un ultime vote. marie deroubaix

                  Tout aurait pu se dérouler dans le calme et l’apaisement… Mais ce serait mal connaître le monde de la politique ! Jeudi 12 octobre, Christophe Bouchet remporte la primaire de la majorité municipale, aux termes d’un scrutin haletant. Après deux tours à égalité, l’homme de 55 ans est élu candidat de la majorité au bénéfice de l’âge, – comme le prévoyait les règles dans ce cas de figure –, contre Xavier Dateu, 52 ans. Il ne restait plus qu’à attendre mardi 17 octobre pour entériner les choses, avec le vote du conseil municipal tout entier. Mais c’était sans compter avec l’entêtement de Xavier Dateu, qui, contre toute attente, tentait le tout pour le tout en annonçant qu’il briguera le siège laissé vacant à l’occasion de ce conseil municipal.

                  Tous les regards étaient ainsi tournés vers la salle des fêtes de l’Hôtel de ville avec une majorité qui, elle, n’était pas à la fête. Car il a fallu faire avec les critiques.

                  Nicolas Gautreau, du groupe d’opposition « Les Démocrates », a regretté d’assister à « une compétition d'ego, avec les « états d’âme de chacun étalés sur la place publique. Nous aurions préféré que les élus de la majorité démissionnent en bloc pour donner aux Tourangeaux le pouvoir de revoter et désigner démocratiquement leur maire et leur équipe municipale. » Même analyse du côté du groupe « Tours à Gauche ! » pour lequel Cécile Jonathan a pris la parole : « Vous êtes plus préoccupés par un jeu politicien de partage de pouvoir que par la défense de l’intérêt général et des préoccupations des habitants de notre ville. Si vous aviez eu du courage, vous démissionneriez afin de vous présenter devant les électeurs. » Mais, c’est une autre partition que la majorité souhaitait jouer, celle d’un conseil qui, comme elle l’avait fait après son élection, allait choisir en son sein le premier magistrat de la ville.

                  Christophe Bouchet, élu avec 30 voix

                  Mais alors que l’on attendait un scrutin serré, il n’en fut rien et le suspense est retombé très vite. Christophe Bouchet a été élu avec 30 voix, contre 15 pour Xavier Dateu. 10 votes blancs ou nuls ont également été recensés. Ils sont facilement attribuables à l’opposition. Mais la majorité comptant 42 élus, et avec 55 suffrages exprimés, on peut souligner que trois élus de l’opposition ont pris position, bien qu’ils avaient annoncé qu’ils ne le feraient pas.

                  Suite aux résultats, Xavier Dateu nous a confié ne ressentir « aucune amertume, ni aucune tristesse ». Il s’est même dit « content car la mairie de Tours a désormais un maire avec une vraie majorité. ». Pourtant, pour celui qui faillit devenir maire, la note est salée. Car outre cette lutte interne portée sur la place publique et qui lui sera immanquablement reprochée, il est, le même soir, exclu de l’exécutif. Le nouveau maire de Tours a dans la foulée de son élection procédé à un remaniement des postes d’adjoints. Xavier Dateu, Chérifa Zazoua-Khames et Céline Ballesteros, ont perdu leur statut. À l’inverse, sont rentrés dans l’organigramme : Marion Nicolay-Cabanne, propulsée au poste de première maire adjointe, Yasmine Bendjador, Henri Rousseau et Jerôme Tebaldi.

                  « Il n’y aura pas de changement d’axe politique »

                  Désormais maire de Tours, Christophe Bouchet a défini sa ligne de conduite. S’il précise qu’ « il n’y aura pas de changement d’axe politique », il souhaite tout de même renforcer certains services, à savoir la voierie et la propreté, ainsi que la sécurité. « La hausse du budget de la voirie va augmenter de façon très sensible », a-t-il précisé, avant d’ajouter : « En gérance avec la métropole, il passera de 1,4 à 3 ou 4 millions. » Et pour la sécurité, « on augmentera le nombre de caméras de sécurité et de policiers municipaux. ». Pour mettre en œuvre ces nouveaux éléments, son premier acte politique de maire, il ne compte pas couper dans les autres budgets mais plutôt déployer des ressources supplémentaires, comme « une meilleure gestion du patrimoine immobilier de la ville, la recherche de subventions auprès de collectivités locales voisines et de l’Europe, ou encore exploiter les ressources potentielles du mécénat ».

                  Une nouvelle ère s’ouvre ainsi pour la majorité municipale. Et si la soirée a été moins agitée qu’on aurait pu l’imaginer, Christophe Bouchet et son équipe vont devoir à la fois rendre crédible cette nouvelle mouture « post Babary », marquer les esprits, imposer la patte « Bouchet » d’ici à la fin du mandat et… se prémunir d’une opposition interne réduite en nombre mais dont personne ne peut, à ce jour, déterminer les effets de nuisance. Voilà un challenge qui nécessitera une vraie solidarité de l’exécutif. Christophe Bouchet arrivera-t-il à faire ce que son prédécesseur n’avait pas réussi à faire ? 

                  Les Brèves