LE CLIN D'ŒIL

Les Brèves

    LE MARDI SOIR, TOURS DÉBAT

    C’est nouveau

    La Ville de Tours lance un nouveau rendez-vous à destination des citoyens tourangeaux : les « Mardis du débat ». Ce temps d’échange doit permettre à chacun de poser ses questions sur les sujets municipaux. « Ces réunions renforcent notre engagement de proximité pris en 2014 », précise la Ville dans un communiqué, c’est-à-dire dans leur programme électoral de cette année-là (et sans doute pour 2020 pourrait-on estimer). Animés par deux adjoints à la Ville, les premiers débats se sont déroulés mardi 28 mai, de 18 h 30 à 20 h 30, avec pour thématiques « Bougeons dans la ville », sur les mobilités urbaines et les transports à développer dans les prochaines décennies, et « Partageons nos informations », sur la circulation des informations et l’accessibilité aux services publics.

    Pour l’heure, aucune autre date d’un « Mardi du débat » n’est divulguée par la collectivité mais les sujets pourraient ne pas manquer. Entre les commerces de proximité, les différents projets urbanistiques de la Ville, et la transition énergétique à réaliser, les questions citoyennes peuvent être nombreuses. 

    Les Brèves

      DERNIÈRE MINUTE

      Les Brèves

      • Shopping du dimanche

        Comme dimanche 26 mai, lors de l’événement Vitiloire, les commerces de Tours sont autorisés à ouvrir le dimanche 16 juin, suite à un arrêté préfectoral.

      ELLE A DIT

      Les Brèves

      • La collectivité Tours Métropole

        Tours Métropole Val de Loire tient à rappeler qu’elle œuvre depuis plus de 10 ans au titre de sa compétence politique de la ville en faveur de la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes et de l’accès aux droits pour les femmes, et qu’à ce titre, elle soutient financièrement les activités du CIDFF. Au titre du Contrat de Ville 2015-2022, Tours Métropole a versé à l’association 16 100 € en 2017, 18 000 € en 2018 et 16 100 € en 2019.

      TOURS

      Les Brèves

      • Vous avez envie de Loire ?

        Jusqu’au 1er juin, les associations, les particuliers et les entreprises sont invités à proposer des projets « facilement réalisables » pour animer les rives de la Loire de Tours entre le 1er juillet et le 30 septembre. Ce peut être un événement, une création artistique et encore une offre sportive. « Toutes les initiatives sont les bienvenues », lance-t-on au sein de la métropole tourangelle. Pour participer, il faut se rendre sur le site enviesdeloire.com. Les lauréats seront annoncés le 15 juin.

      EN DIRECT

      Les Brèves

      • DES INTERNES EN PLUS SONT ATTENDUS

        Centre-Val de Loire

        Il y a deux semaines, le Premier ministre a annoncé l’ouverture de 255 postes d’internat, étudiants admis en médecine, en région Centre-Val de Loire en 2019, soit 21 de plus que l’année dernière : « la priorité est de mettre en cohérence, dès cette année, le nombre d’internes accueillis en région Centre-Val de Loire pour la fin de leur formation et le nombre d’étudiants qui rentrent dans les études de médecine dans la région », a-t-il expliqué. Mais l’an dernier, sur les 234 postes ouverts, seuls 214 ont été pourvus… L’attractivité est donc en cause. Selon François Bonneau, le président de Région, il faudrait une augmentation de 100 places pour faire reculer le désert médical.

      • Deux animalistes interpellés

        TOURS

        Le mois dernier, des militants de la cause animale ont « libéré » des poules, des dindes et des truies dans des exploitations agricoles de l’Eure, l’Orne et l’Eure-et-Loir. Ils se sont filmés à visage découvert et ont diffusé les vidéos sur les réseaux sociaux. Il y a dix jours, une dizaine d’entre eux ont été interpellés en Île-de-France, à Nice, à Toulouse et à Tours, où deux militants résident. L’association « Boucherie Abolition » a dénoncé ces interpellations.

      • Le foot a son histoire

        Touraine

        Fin juin, un ouvrage sur le football tourangeau intitulé « Une histoire du football en Touraine » va paraitre. Co-écrit par trois auteurs de Tours (Benjamin Henry, Jean-Eric Zabrodsky et Antoine Burbaud), il raconte celles et ceux qui ont fait et marqué l’histoire de ce sport ces 60 dernières années sur notre territoire. Interviews, portraits, souvenirs, récits et même secrets… Ce pan historique est restitué dans 140 pages. D’ores et déjà, une campagne de financement participatif est en cours et le livre peut être pré-commandé jusqu’au 11 juin.

        Plus d’infos sur ulule.com/football-touraine/

      • À l’école dès 3 ans

        Indre-et-Loire

        À partir de la rentrée de septembre, les enfants de trois ans vont devoir être inscrits en école maternelle. Certes, déjà 97 % d’entre eux la fréquentent déjà en Indre-et-Loire : 5 830 élèves sont scolarisés en pré-élémentaire dans 123 écoles maternelles et 118 écoles primaires pour l’année 2018-2019. Avec la nouvelle obligation de scolarisation dès 3 ans, le nombre d’élèves va augmenter de 108. Pour les encadrer, les agents territoriaux spécialisés en maternelle vont bénéficier d’une formation continue. D’ici 2020, les élèves devront être maximum 24 par classe en grande section.

      • Souriez, dites « Cheese »

        Tours

        Lundi 3 juin s’est tenu le plus grand plateau de fromages du monde, au parc des expositions de Tours, dans le cadre du Mondial du Fromage. Long de 161 mètres linéaires et fort de plus de 850 variétés de fromages différents (au lait de chèvre, au lait de vache et même au lait de yack du Népal), il vient d’entrer dans le Livre des records. « On fera encore mieux l’année prochaine », promet Cécile Estivin, présidente de Tours Événements. Ce soir-là, 1 500 convives se sont régalés de ces douceurs, parfois un peu trop rapidement, n’écoutant pas le discours d’ouverture dans lequel on précisait de ne pas tout boulotter tout de suite. Ce Mondial du Fromage a aussi permis de récompenser le Champion du monde des maîtres fromagers : Evert Schönhage, maître fromager à Amsterdam. « Je suis arrivé sans attente particulière, lance le gagnant, coupe à la main. C’est une grosse surprise pour moi. »

      TOPS & FLOPS

      Les Brèves

      • TOPS

        S’évader à l’hôpital

        Afin d’humaniser les soins à l’hôpital Clocheville, la salle d’attente des consultations d’anesthésie a notamment été décorée avec l’association Inner Wheel. Sur les murs, un grand ciel bleu ludique avec des montgolfières, afin de s’évader en posant ses yeux dessus, qu’on soit enfant ou parent.

        Dormir au chaud

        Expulsée il y a dix jours de chez elle alors que ses enfants étaient à l’école, une maman congolaise a pu être hébergée par une enseignante jusqu’à présent. Après 5 ans sur le territoire français, à Tours précisément, elle pourrait obtenir un titre de séjour « Vie privée de familiale ». Une pétition en ce sens sera déposée en préfecture cette semaine.

        Un « Roi » à Tours

        Surprise au lycée Clouet à Tours : le chanteur Bilal Hassani, qui a représenté la France à l’Eurovision 2019, y a donné un petit show grâce à un concours de la radio NRJ. Une élève tourangelle l’a remporté et toute sa classe a pu profiter de ce concert privé. La classe.

      • FLOPS

        Européennes, la suite

        Alors que la préfère l‘Indre-et-Loire dédramatise la non distribution de 15 000 cartes d’électeurs pour les européennes, les groupes de gauche s’allient pour dénoncer « la radiation » de nombreux électeurs. Selon eux, « la sincérité du scrutin est gravement mise en cause à Tours ». Ils veulent même constituer des recours.

        Quitter le navire

        Jusqu’à présent dans la majorité municipale, Céline Ballesteros (ex-adjointe au commerce de Serge Babary) vient d’intégrer l’opposition, dans le groupe de Xavier Dateu. Il s’agit du 4e adjoint à quitter la majorité en quelques mois. Et les raisons demeurent les mêmes : problèmes de comportement et de ligne politique.

        Petite commune, petit siège

        Suite à une loi votée par le parlement français, la future assemblée de Tours Métropole prend en compte la population de chaque commune pour déterminer l’influence de cette dernière... Le monde rural est mis à l’écart par la politique « d’en haut », au détriment de ceux « d’en bas ».

      Les Brèves

        UN « BÂTIMENT QUI DANSE » POUR 2022

        Centre Chorégraphique National de Tours

        Trop excentré, trop petit et mal desservi, le Centre Chorégraphique National de Tours (CCNT) est au cœur des discussions depuis 2015. La mairie a pris la décision de le déplacer dans le quartier des Casernes Beaumont-Chauveau et nous dévoile aujourd’hui le projet concret prévu pour fin 2021 – début 2022.

        Dans un quartier en pleine rénovation, la tonalité à laquelle le bâtiment aspire est importante, voire même décisive. Un des enjeux principaux est l’implantation d’un véritable éco-quartier, grâce à une ouverture sur un parc et des espaces verts à disposition.

        Une station de tramway à proximité (ligne B à venir à l’horizon 2025), devrait aussi desservir l’ensemble de la structure et venir désenclaver le quartier jusqu’à présent très peu dynamisé.

        Un projet audacieux mais nécessaire

        L’architecte à l’origine du projet, Lina Ghotmeh, souhaite créer un bâtiment où danse et architecture font communion, un véritable lieu de vie pour les artistes et les spectateurs. Elle le décrit comme un « bâtiment qui danse », ouvert, lumineux et élégant. Les locaux doivent s’étendre sur 3 800 m2, comprenant une grande salle de 450 places, un studio de répétition, des logements pour les artistes, ainsi qu’un café et une billetterie dans le hall d’entrée. L’édifice se veut moderne, mais garde tout de même une affinité forte avec la ville et son histoire, par sa façade en bois par exemple. De plus, la réalisation de ce projet se base notamment sur une valorisation des savoir-faire locaux. Le budget total pour ce projet singulier s’élève à environ 11 millions d’euros hors taxe. Il sera en partie financé par la ville de Tours à hauteur de 2,3 millions d’euros, par l’État de 3,5 millions d’euros et par la région de 2,1 millions d’euros.

        Ce projet permet de dégager de nouvelles ambitions culturelles pour le CCNT. Thomas Lebrun, directeur depuis 2012, exprime sa volonté de recevoir des créations artistiques de plus grande ampleur, de sensibiliser d’autant plus les jeunes générations et les amateurs et de promouvoir des collaborations à l’échelle nationale voire internationale. 

        Les Brèves