Les Brèves

  • Les conférences

    9 h-10 h 30 : découvrir le panorama des solutions de financement pour entreprendre

    11 h-12 h 30 : le numérique, accélérateur de business

    13 h 30-15 h : évaluer le statut juridique le mieux adapté au projet

    15 h 30-17 h : les stratégies gagnantes pour construire et développer une entreprise pérenne

  • 60

    Experts seront présents lors

    du salon Objectif Entreprendre

LES CLÉS POUR CRÉER OU REPRENDRE UNE BOÎTE

Objectif entreprendre

Cette année, le salon Objectif Entreprendre, organisé par la Chambre de commerce et d’industrie de Touraine, vous donne rendez-vous le mardi 18 juin. L’idée ? Permettre aux porteurs de projets, futurs repreneurs ou créateurs d’entreprises, d’obtenir des clés de réussite auprès de professionnels. Claire Seznec

Chaque année, en Indre-et-Loire, 1 500 entreprises sont créées. À 95 %, elles n’ont qu’une seule personne en leur sein, le créateur. Ces deux dernières années, plus de 55 % des porteurs de projets de Touraine sont des femmes âgées entre 35 et 45 ans, généralement en fin de congé parental ou en reconversion. « Aujourd’hui, il est parfois plus facile de créer son emploi que d’être embauché, avance Gérard Vincent, vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Touraine en charge de la création-transmission-reprise d’entreprises. Mais tout le monde n’est pas fait pour ça... Il ne faut pas croire que c’est simple. » Pour s’en rendre compte, l’objectivité est de mise car les enjeux sont larges. Créer ou reprendre une entreprise est un véritable « projet de vie », autant professionnel que familial. Et le porteur de projet doit en avoir conscience. Il doit investir beaucoup de temps car « pour réussir, il faut que ce soit une obsession », affirme Gérard Vincent. Une autre qualité est requise pour ne pas échouer : « s’entourer des bonnes personnes, des bonnes compétences et rester humble : on ne peut pas tout connaître », spécifie-t-on à la CCI. Une méthodologie de travail doit être trouvée et tenue avec rigueur. Créer une entreprise n’est pas un « long fleuve tranquille » et les autres apportent au projet en racontant leurs expériences, en témoignant de leurs connaissances, en échangeant sur leur réseau. Quelquefois, le projet initial évolue tant, par les conseils des autres et les appétences du porteur, qu’il change complètement. « Il ne faut pas en avoir peur », estime Gérard Vincent. 

+ d'infos

Rendez-vous le mardi 18 juin, de 8 h 30 à 18 h, à l’Hôtel de Ville de Tours.

Les Brèves

  • LES ATELIERS

    9 h-10 h : être créateur et demandeur d’emploi

    10 h 15-11 h 15 : choisir et protéger le nom de l’entreprise

    11 h 30-12 h 30 : opter pour la franchise

    12 h 45-13 h 45 : mode d’emploi de la bonne assurance

    14 h-15 h : réseaux sociaux, vecteur de business

    15 h 15-16 h 15 : créer et reprendre une entreprise

    16 h 30-17 h 30 : microentreprise : stop aux idées reçues

Les Brèves

    ELIES, UNE HUILE AVEC DE LA BOUTEILLE

    Entreprendre en Touraine

    Depuis trois ans, Lauren Perriot, jeune entrepreneuse, navigue entre la Touraine et la Grèce afin de valoriser l’huile d’olive du sud du Péloponnèse et ses producteurs. Elle a créé la marque Elies, unique marque française d’huile d’olive traçable. Et c’est un succès. Claire Seznec

    Comme pour un vin, Lauren Perriot goûte l’huile d’olive, en détecte les notes de piquant, d’amertume et de fruité. Pas dans un verre à pied, mais dans une petite cuillère. Pas en bord de Loire, mais en Grèce, au Sud du Péloponnèse pour être plus exact, chaque mois de novembre.

    Pour comprendre cette attirance pour l’huile d’olive grecque, il faut d’abord plonger dans les vacances estivales de la trentenaire tourangelle, lorsqu’elle était enfant et que ses parents l’emmenaient en Grèce, pays avec lequel elle a tissé de forts liens. Puis, le temps nous emmène en 2013, en pleine crise économique. « J’étais une jeune diplômée et je n’ai pas vraiment trouvé l’emploi de mes rêves, avec la reconnaissance qui va avec, se souvient-elle. Alors je me suis expatriée en Grèce, en hiver, la saison de l’huile d’olive, pour travailler. » Entre les oliviers, arbres majestueux, Lauren a découvert tout un monde, loin de la ville, avec des personnes souriantes, confiantes, sans stress. Motivée, elle a donc proposé au producteur avec lequel elle a travaillé de vendre son huile « correctement en la valorisant » pour faire face au marché fortement détenu par l’Italie. Après trois ans de travail pour monter son projet, trouver des fonds et créer un univers, la marque Elies (« olive » en langue grecque) est née à Chédigny. Le concept ? Vendre une huile d’olive grecque traçable de la parcelle où le fruit a été récolté à la bouteille grâce à un flashcode.


    « l’huile d’olive est la seule huile comparable à un vin »


    Tout en transparence

    « Tous les ans, il y a un scandale : certaines huiles d’olive vendues par de grands groupes comme « extra vierges » (avec un taux d’acidité faible) sont, après analyses, simplement « vierges », explique Lauren. C’est triché sur la qualité ! » Forte de ce constat, la jeune entrepreneuse part du principe que les consommateurs peuvent et doivent savoir qui est et d’où vient le producteur et son produit. Chaque huile Elies provient d’une seule parcelle, cultivée par un producteur, afin de ne pas mélanger les goûts fruités et amers. Quelques fois dans l’année, des tonnes d’huile d’olive arrivent dans son atelier d’embouteillage, à Beaulieu-lès-Loches. Seule, elle les verse dans des bouteilles et bidons opaques, l’huile d’olive étant photosensible. Dans leur fond, parfois, de la pulpe d’olive reste, témoin d’un produit non filtré, non transformé. L’an dernier, deux tonnes d’huile d’olive Elies ont ainsi été vendues. Cette année, ce sera sans doute le double. Rien qu’en Indre-et-Loire, il existe 26 points de vente, dont des grandes surfaces « en pleine transformation » question consommation. Au mois d’août, Lauren va prendre l’avion, direction la Grèce, afin de trouver un nouveau producteur pour Elies. Mais d’ici là, elle doit embouteiller, encore, une ou deux tonnes d’huile, les livrer, donner des interviews à des médias nationaux, garder le lien avec les autres producteurs. Le rêve ultime de la jeune femme ? Avoir sa propre parcelle d’oliviers, au Péloponnèse, pour fabriquer son huile d’olive à elle. 

    Les Brèves

      Les Brèves

      • 74

        des entrepreneurs de la région sont stressés dans leur quotidien

      LES ENTREPRENEURS SE SENTENT ISOLÉS

      Centre-Val de Loire

      Selon le 5e baromètre de la forme des dirigeants, les entrepreneurs de la région Centre-Val de Loire s’estiment heureux et utiles dans leur travail mais aussi impactés par le stress et la surcharge de travail. Claire Seznec

      Généralement, le bien-être au travail est relié aux salariés. Cette fois, la fondation d’entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur et l’organisme OpinionWay s’intéressent aux dirigeants de micro et petites entreprises du territoire. Et ce 5e baromètre effectué dans la région Centre-Val de Loire* dresse un portrait contrasté. « Nous observons cette année combien le stress, la surcharge de travail pèse de plus en plus lourd sur la santé des dirigeants du Centre-Val de Loire, précise Hervé Frapsauce, président de la fondation. Le phénomène d’isolement se répand dans la région. » Un entrepreneur sur dix confie même avoir des journées « extrêmement stressantes ». Le manque de trésorerie et les incertitudes sur l’activité pèsent également dans la balance. D’autant que 20 % des sondés affirment que leur activité « était déficitaire » en 2018.

      Garder une vie saine

      En moyenne, les chefs d'entreprise interrogés travaillent 52 heures par semaine. Mais un sur trois travaillerait... plus de 60 heures par semaine. « Plus alarmant, ils seraient même 18 % à s’imposer plus de 70 heures de travail hebdomadaires », complète l’enquête. Forcément, ces nombres d’heures travaillées influent sur la facilité à concilier la vie professionnelle et la vie privée, un équilibre important pour la santé mais aussi pour l’activité. En Centre-Val de Loire, 34 % des dirigeants déclarent ne pas parvenir à le maintenir. Cette situation conduit également 44 % d’entre eux à se sentir isolés dans leur quotidien. A contrario, ils sont 9 % à se sentir très entourés.

      Heureusement, les entrepreneurs garderaient une bonne hygiène de vie, ce qui permettrait de tenir bon. D’ailleurs, certains (79 %) s’astreignent à une bonne alimentation quand d’autres (42 %) s’accordent le droit à une pratique sportive, bénéfique pour la santé physique et mentale. Ils demeurent cependant unanimes : les bonnes pratiques de prévention santé sont positives sur les performances de leur entreprise. Et si, en préservant ses salariés, les dirigeants se préservaient aussi et préservaient leurs entreprises de la crise ? 

      * Enquête réalisée auprès d’un échantillon de 112 entrepreneurs

      de la région

      Les Brèves

        LA SEMAINE PROCHAINE...

        Les Brèves

        • TANGO À L’OPÉRA

          15 et 16/06

          Pour clore sa saison, l’Opéra de Tours propose un programme autour du tango. Astor Piazzola est bien sûr de la partie avec le concerto pour bandonéon et orchestre Aconcagua, et Adiós Nonino. Mais ce n’es pas tout : on retrouvera aussi Le Bœuf sur le toit de Darius Milhaud, Estancia d’Alberto Ginastera et Danzón d’Arturo Márquez, sous la direction de Benjamin Pionnier.

          Sam. 15 à 20 h et dim. 16 à 17 h au Grand Théâtre de Tours. Tarif 12,5 à 52€. Résa. 02 47 60 20 20 et www.operadetours.fr. 

        • LA GUINGUETTE AUX COULEURS DE LA CHINE

          15/06

          Dès 11 h 15 et jusqu’en fin de journée, la guinguette de Tours se met à l’heure chinoise : démonstrations et initiations sportives, dégustations gastronomiques, pratiques artistiques et spectacles sont au programme de cette journée internationale.

          De 11 h à 22 h à la guinguette Tours sur Loire. Gratuit. 

        • MARCHE DES FIERTÉS

          15/06

          Un village associatif accessible dès 13 h et un défilé festif et revendicatif qui prendra le départ à 17 h depuis le château de Tours ! La fête se poursuivra au Temps Machine avec un enchaînement de DJ sets jusqu’à 5 h du matin.

          À partir de 13 h – défilé à 17 h depuis le château de Tours. Gratuit.