Les Brèves

  • 400

    chefs-d'œuvre constituent la collection du musée du compagnonnage de Tours

LES EXPOS ESTIVALES REVIENNENT EN 2020

Musée du compagnonnage

Arrivée à la direction du musée du compagnonnage de Tours en juillet, Virginie Tostain souhaite mettre à l’honneur les jeunes compagnons. L’année prochaine, une exposition estivale va permettre aux touristes et aux Tourangeaux de (re)découvrir le compagnonnage bien vivant du XXIe siècle. Claire Seznec

En plein cœur de Tours, le musée du compagnonnage est le 2e site le plus visité de la ville par les touristes étrangers après la cathédrale Saint-Gatien avec environ 45 000 visiteurs par an. Mais d’où vient un tel engouement ? « On ne trouve pas ce musée ailleurs, répond Virginie Tostain, directrice du site depuis deux mois. En France, seulement deux musées dédiés au compagnonnage sont publics. » Et le lieu a la particularité de regrouper des objets et des chefs-d'œuvre des trois sociétés de compagnonnage existantes sur notre territoire : l’Union compagnonnique des devoirs unis, la Fédération compagnonnique des métiers du bâtiment et l’association ouvrière des compagnons du devoir et du tour de France. Ces sociétés, aussi appelées mouvements, réunissent chacune de nombreux métiers artisanaux.

Un échange de savoirs

Mais, au fait, qu’est-ce donc que le compagnonnage ? Beaucoup de mystères planent autour de ces sociétés et de leurs activités. Pourtant, il s’agit simplement d’un « réseau de métiers, de formation, d’entraide et de transmission ». Pour un artisan, une formation auprès des compagnons, lors d’un véritable tour de France des ateliers, permet de se perfectionner. « Il apprend par les voyages, par les échanges de savoir-faire, explique Virginie Tostain. Au terme de son tour de France qui dure entre trois et cinq ans, il réalise un chef-d'œuvre, une pièce qu’il présente aux compagnons pour intégrer telle ou telle société. » Ce rite identifie particulièrement le compagnonnage. De nombreuses iconographies attestent de ces moments à partir du XVe siècle. Aujourd’hui, le cérémonial compagnonnique vit toujours.

Faire témoigner les compagnons

Le musée du compagnonnage de Tours exprime le message de ces sociétés grâce à des traces matérielles. Des milliers d’outils lui ont été donnés au fil des années. Des chefs-d'œuvre montrant la maîtrise technique et l’aboutissement de l’art des artisans y sont exposés toute l’année. Certains métiers présentés ont disparu, d’autres ne font plus partie d’aucune société actuellement. D’autres, encore, continuent d’exercer leur compagnonnage. Ces dernières années, les nouveaux compagnons ont réalisé des pièces de plus en plus modernes, ancrées dans leur époque. Afin de mettre en avant l’existence bien réelle du compagnonnage en France aujourd’hui, Virginie Tostain, fraîchement arrivée à Tours, souhaite relancer une exposition estivale. La première devrait être « une rétrospective sur les 20 ans du XXIe siècle dans le compagnonnage », avec des pièces récentes et, surtout, des témoignages de jeunes compagnons. Elle ouvrira ses portes au mois de juin 2020. 

Les Brèves

    Les Brèves

      « J’AIME ME METTRE LE NEZ DANS LES PARTITIONS »

      Opéra de Tours

      Baptiste Trotignon, pianiste 

      Déjà venu à Tours pour un concert organisé par le Petit Faucheux au printemps, le pianiste Baptiste Trotignon revient en Touraine… à l’Opéra ! Artiste en résidence pour deux saisons, il fera découvrir au public tourangeau plusieurs de ses facettes, entre l’improvisation jazz et la composition de pièces symphoniques. Propos recueillis par Émilie Mendonça

      Pour ceux qui vous avaient vu en concert à Tours en mars 2019, c’est étonnant de vous retrouver à l’Opéra plutôt qu’au Petit Faucheux. Comment est né ce projet de résidence artistique au Grand Théâtre de Tours ?

      C’est vrai qu’on trouve plutôt mes disques au rayon jazz ! Mais depuis 7 ou 8 ans, j’ai aussi décidé d’écrire de la musique pour des interprètes, dans le domaine du « classique », ou disons de la musique contemporaine écrite, sans improvisation. J’ai donc aujourd’hui deux facettes dans mon travail : l’improvisation au sein du jazz (au sens large), et mon versant plus européen, avec l’écriture. Je pense que c’est ce côté double qui a intéressé Benjamin Pionnier, directeur de l’Opéra, qui m’a proposé cette collaboration. Au fil de ces deux ans je proposerai donc ces deux aspects : des musiques écrites pour d’autres, et des moments où je serai sur scène, dans l’improvisation.

      Et comment êtes-vous venu à l’écriture ?

      J’ai un peu toujours été balancé entre mon amour de la tradition afro-américaine et du jazz, et mon goût pour la musique européenne (le « classique » si vous préférez), de Bach à la musique du XXe siècle, en passant par les romantiques. J’ai commencé par hasard à écrire pour des cordes il y a une dizaine d’années, mais la pierre fondatrice de ce travail a été l’écriture d’un concerto pour piano, pour l’orchestre national Bordeaux-Aquitaine, vers 2011. C’était une expérience jouissive, mais un plaisir différent…

      Le plaisir est ce qui vous guide ?

      Quoi que je fasse, la notion de plaisir est importante. Dans l’improvisation il y a le plaisir de l’éphémère, et dans l’écriture il y a le plaisir d’aboutir à une pièce finie, un peu comme un peintre, un sculpteur face à son objet artistique terminé. Et il y a aussi le plaisir d’apprendre, tout simplement ! Je suis un éternel apprenti, et j’aime me mettre le nez dans les partitions pour les comprendre, et apprendre à écrire pour d’autres instruments que le piano.

      Vous écrirez notamment une pièce pour le chœur de l’Opéra de Tours, avec violoncelle : ce sera une première fois pour vous ?

      J’avais déjà écrit pour un chœur amateur, ainsi qu’une pièce pour le violoncelliste Henri Demarquette et le chœur Vocello, à partir d’un long poème en prose d’Aimé Césaire. C’était une très belle expérience, qui m’a motivé à proposer à Benjamin Pionnier une création pour violoncelle et chœur, qui sera peut-être basée sur le Cantique des Cantiques…

      Les Tourangeaux découvriront aussi votre nouvel album You’ve changed : en quoi avez-vous changé ?

      Disons que cet album a été enregistré sur une période inhabituellement longue, et très mouvementée et douloureuse dans ma vie personnelle. Choisir ce titre, c’était faire un clin d’œil à mon parcours intime, à cette partie de moi que j’expose via la musique. 

      Les Brèves

        NOTRE ABÉCÉDAIRE CULTUREL DE LA RENTRÉE !

        Les Brèves

        • A- comme Attention les yeux !

          LA RICHE

          Une saison en mouvement, pour en prendre plein les mirettes ! On y retrouve bientôt les Rencontres de Danses Urbaines, et du cirque contemporain à foison avec Jetlag (le 12 oct.), Le rêve d’Erica (le 6 déc.), Est-ce que je peux sortir de table ? (25 janv. 2020), Zwaï (3 avril 2020)… La danse est aussi de la partie, avec des partenariats avec le CCNT ou le festival Écoute-Voir, sans oublier théâtre et musique, toujours au programme d’une Pléiade de bons moments.

          À ne pas rater : La mélodie d’ici et là, théâtre d’illusion le 14 fév. 2020.

          Pour tout savoir : soirée de lancement de saison le 19 sept. à 19 h 30. www.ville-lariche.fr. 

        • B-comme Bonsoir, buenas tardes et bongiorno

          SAINT-AVERTIN

          Son « Bonsoiiiir » emphatique a marqué des générations de téléspectateurs : Frédéric Mitterrand monte sur scène pour se raconter (11 oct.). La salutation se décline aussi dans d’autres langues, puisqu’on célèbre une fête des morts à la mexicaine et une semaine culturelle italienne en octobre… avant l’anglais d’Electro Deluxe en février 2020 !

          À ne pas rater : Fabienne Thibault en concert le 22 déc. 2019.

          Pour tout savoir : www.ville-saint-avertin.fr. 

        • C- comme Corps

          JOUÉ-LÈS-TOURS

          Joué-lès-Tours fait la part belle à la danse en accueillant bien sûr les Rencontres de Danses Urbaines, mais aussi le Théâtre du Corps de Marie-Claude Pietragalla (12 nov., en photo) avec La femme qui danse. Les corps de la compagnie EIA sont leurs jouets dans le spectacle de cirque Intarsi (3 déc.), tandis que dans Un vide noir grésille, c’est le corps qui lâche avec l’histoire de cet enfant atteint de glaucome…

          À ne pas rater : Jacques Gamblin, Je parle à un homme qui ne tient pas en place, le 19 nov. 2019.

          Pour tout savoir : https://espacemalraux.jouelestours.fr.

        • D- comme Différence(s)

          SAINT-PIERRE- DES-CORPS

          Le mélange des genres et des cultures s’impose dans divers lieux : le centre culturel, la salle des fêtes, la galerie Chabrier, la bibliothèque. Avec Si loin si proche de la compagnie Nomade in France (18 oct.), le chanteur Corneille (6 déc.) ou les danseurs de Nono Battesti (17 janv. 2020), le métissage dévoile toutes ses richesses artistiques !

          À ne pas rater : Corneille en concert le 6 déc.

          Pour tout savoir : ouverture de saison le 27 sept. avec la compagnie X-Press, à 18 h 30. Programme sur saintpierredescorps.fr. 

        • E- comme Éclectique

          MONTLOUIS

          De la danse aux musiques actuelles en passant par la comédie musicale, sans oublier l’humour et les spectacles jeune public, l’éventail est éclectique et électrifiant : Coups de feu sur Broadway (14 nov.), Partage à trois (X-Press le 6 déc.), Caroline Vigneaux (9 fév. 2020), Artus dans Duel à Davidéjonatown… À vous de choisir !

          À ne pas rater : Vérino le 7 mai 2020.

          Pour tout savoir : ouverture de saison avec Chraz le 11 oct. à 18 h 30. Programme www.ville-montlouis-loire.fr. 

        • F- comme Famille

          BALLAN-MIRÉ

          Retrouvez jeux vidéo et lecture du côté médiathèque, et du côté salle de spectacle, du théâtre pour petits et grands avec Chapeau Charlot (le 22 sept.) ou l’accueil du festival Festhéa, des spectacles en famille (Boombap le 13 oct.), et de la musique avec la venue de Renan Luce le 7 décembre en événement majeur du trimestre.

          À ne pas rater : Thé Vanille en concert avec de nouveaux titres, le vendredi 20 déc.

          Pour tout savoir : présentation de saison le 22 sept. à 15 h et sur www.laparenthese-ballan-mire.fr. 

        • G- comme Grange gagnante

          LUYNES

          Avec trois ans d’existence, la salle de spectacle luynoise a trouvé son identité, entre talents locaux, propositions familiales et découvertes. Les enfants seront gâtés avec Le café des oisillons (25 sept.), Mais il est ici le bonheur (4 oct.), ou PoPa (16 oct.). On se laisse enchanter par Marjolaine Piémont (30 nov.) ou par Armande Ferry-Wilczek et Antonio Placer (20 déc.). Et ce n’est que le début !

          À ne pas rater : Amours épiques, Arwen et Aragorn – lecture musicale le 23 nov.

          Pour tout savoir : présentation le 27 sept. à 19 h avec le Balluche de la Saugrenue - luynes.festik.net. 

        • H-comme Héros/Héroïnes

          CHAMBRAY-LÈS-TOURS

          Le mélange des genres dans toute sa splendeur et dans tous les sens ! Les héros de Duras passés au scalpel par Pivot dans Apostrophes (13 nov.), ou les héroïnes méconnues mises en lumière par le Printemps des Femmes 2020, notamment avec la pièce Mademoiselle Molière, il y en a pour tous-tes. Sans oublier LE rendez-vous qui décale nos repères : Car/Men avec les danseurs de la compagnie Chicos Mambo.

          À ne pas rater : Car/Men le 9 fév. 2020 (notre photo).

          Pour tout savoir : soirée d’ouverture ven. 27 sept. à partir de 18 h 30 – www.ville-chambray-les-tours.fr.  

        • I- comme Inattendu

          NOTRE-DAME-D'OÉ

          Oésia, trop loin du centre-ville ? La salle du nord de l’agglo vaut pourtant le détour, avec une programmation mélangée, de qualité : humour avec Bruno Salomone (27 nov.), chants du monde avec l’ensemble Lumen Laulu (18 oct.), cirque avec « Nez pour s’aimer » (en photo) ou le Cirque Morallès… et encore plus à découvrir au fil de l’année.

          À ne pas rater : Sanseverino le 19 mars 2020.

          Pour tout savoir : soirée d’ouverture

          avec Toukan Toukan le 20 sept. à 18 h 30 - www.oesia.fr. 

        • J- comme Jeux Joyeux

          AMBOISE

          Au Théâtre Beaumarchais, on s’amuse en musique avec les Fouteurs de Joie (4 oct. –

          en photo), avant que l’Opéra Bus ou le concert familial Gainsbourg for kids ne continuent à jouer sur toutes les gammes. C’est Marivaux et son Île des esclaves qui jouent avec les mots (17-18 oct.), tandis que Les habits neufs de l’Empereur jouent avec l’ombre et la lumière (31 janv. 2020). Quant à la Happy Manif du mois de mai 2020, elle se joue des codes de la visite guidée de manière participative.

          À ne pas rater : Adieu Monsieur Haffmann par l’Atelier Théâtre Actuel, le 13 mars 2020.

          Pour tout savoir : présentation de saison le 21 sept. - www.ville-amboise.fr. 

        • K- comme Kiffer avec les classiques

          SAINT-CYR-SUR-LOIRE

          Quand le contemporain réinvente les classiques du théâtre ou de la musique, c’est le public qui est comblé ! Anne Bacquet, Soprano en liberté, mêle humour et musique (4 oct.), la compagnie Gilles Bouillon jouera deux Feydeau (16 nov.), le Creative Sackbut Collective explore la musique ancienne (8 déc.), et des pièces comme Mademoiselle Molière (13 déc. – en photo), Kean (25 janv. 2020) ou Un cœur simple (13 mars 2020) soufflent sur ces classiques un vent de modernité.

          À ne pas rater : Le mètre-mot de la compagnie Wonderkaline, 5 déc.

          Pour tout savoir : lancement de saison avec Roukiata Ouedraogo le 19 sept. - escale.saint-cyr-sur-loire.com.

        • L- comme Local

          LANGEAIS

          Les musiciens Foued et Pierre-Louis Labonne, Vero LP, les danseurs de la compagnie X-Press, les comédiens des compagnies Coucou la Fourmi, Compagnies 21, Fouxfeuxrieux, Tite Compagnie (notre photo – Les Dents du Peigne), Sept Épées, l’Orchestre Symphonique Région Centre-Val de Loire ou le photographe Jean Oliviéri, l’artiste Gil KD… Tous ces talents de Touraine seront à Langeais !

          À ne pas rater : Liz Van Deuq et ses chansons tragicomiques, le 12 oct.

          Pour tout savoir : ouverture de saison le 13 sept. à 18 h 30 - www.langeais.fr / langeaisculture.festik.net. 

        • M- comme Musical

          ROUZIERS-DE-TOURAINE

          La saison touche bientôt à sa fin en pays de Gâtine et Racan, mais le tempo ne faiblit pas avec des rendez-vous musicaux : le festival des Quatre Temps (15-16 nov.), Fred Radix dit « Le Siffleur » (30 nov.) et le spectacle musical et familial « Le trésor de la musique » (14 déc.).

          À ne pas rater : Les Quatre Temps bien sûr !

          Pour tout savoir et réserver : www.gatine-racan.fr / www.sallequatrevents.com.

        • N- comme Ne pas oublier !

          CHATEAU-RENAULT

          La saison à Monts, c’est de janvier à décembre. On poursuit donc l’aventure pour clôturer cette année avec Carnet de notes (12 oct.), Le Bal de la sorcière mirabelle (29 oct.) et Perrault et autres contes (1er déc.) en musique et en famille, de l’improvisation théâtrale, et des expositions.

          À ne pas rater : Journée festive « Cocteau s’enjaille » le 28 sept.

          Pour tout savoir : www.monts.fr. 

        • O- comme On continue

          MONTS

          Ne pas oublier Château-Renault, bien sûr ! Cette année, la saison s’annonce locale et talentueuse, tant pour la musique avec l’Orchestre d’Harmonie de région Centre (27 oct.) ou Orphée aux Enfers d’Offenbach (26 janv.), que pour le théâtre. Les compagnies régionales Compagnie Discrète (Horizon, 28 sept.), Service Compris (13 mars 2020) ou les Trois Clous (Amitié, le 23 fév. 2020) sont de la partie, parmi d’autres rendez-vous à ne pas manquer.

          À ne pas rater : Horizon, le 28 sept.

          Pour tout savoir : www.ville-chateau-renault.fr

        • P- comme Prestidigitation

          FONDETTES

          Le temps fort de ce début d’année, c’est bien sur le Fondettes Magic Show avec trois sessions d’un spectacle mêlant prestidigitation, illusion et arts circassiens. La saison verra s’enchaîner musique classique, conférences de l’université du temps libre, et moments festifs en famille.

          À ne pas rater : Fondettes Magic Show du 11 au 12 oct.

          Pour tout savoir : soirée d’ouverture avec concert des Alumni Poulenc le jeudi 12 sept. à 19 h – www-fondettes.fr.